Eros : Uber version sexe

BEP/PATRICK GHERDOUSSI/LA PROVENCE Illustration sur la prostitution

Vous en avez certainement entendu parler, c’est la nouvelle qui fait grand bruit à la fois dans le monde de l’électronique mais aussi dans le monde du cul. Et si le marché de la prostitution changeait du tout au tout pour devenir un simple service ? Commander une pute comme on commanderait un taxi en fin de soirée à 3 h du matin à moitié bourré, tout ça avec l’assurance de paiement sécurisé et de discrétion ultime, c’est maintenant presque possible. Zoom sur Eros, la nouvelle application qui fait scandale.

EscortPanel

Bon, vous voyez grosso-modo comment marche Uber, le service de chauffeur privé. Pour faire simple, votre application vous localise et vous envoie un chauffeur à l’adresse de votre choix. Aucune transaction d’argent de la main à la main, puisque pour bénéficier du service de chauffeur, vous devez au préalable enregistrer vos coordonnées de carte bleue. Eros, c’est un peu la même chose, sauf qu’ici pas question de chauffeur privé ou autre, mais de prostituées. Ce service un peu particulier, se pose donc comme le Uber de la prostitution. Cette nouvelle application se présente elle-même comme une place de marché décentralisée afin de proposer aux adultes consentants des rencontres via des relations sexuelles tarifées.

CustomerPanel

Ouverte à tous, l’application sera disponible sur tous les continents. Les femmes désireuses de vendre leurs charmes peuvent s’inscrire sur le site en remplissant une simple fiche. À indiquer, leur nom de scène, la zone d’activité et les tarifs. L’inscription n’est donc pas un processus compliqué et long, en quelques clics vous voilà devenue escort. Du côté des consommateurs, ils pourront consulter les profils enregistrés et ainsi sélectionner l’escort de leur choix. En un clic, le rendez-vous sera réservé et il suffira simplement de procéder au paiement.

e3ebedc451937b030d83c81dedf25

Afin d’éviter toute poursuite, les créateurs ont mis en place un système de paiement en crypto-monnaies, c’est-à-dire que pour pouvoir profiter des services d’une demoiselle, il faudra d’abord acheter des crédits en bitcoins ou en ethereums pour procéder au paiement. Le site n’est pas hébergé sur un serveur donc aucune possibilité d’être censuré ou fermé par une autorité compétente. Les créateurs semblent avoir très bien rodé leur plan. Ils assurent que leur priorité est de créer des relations de confiance entre les clients et les escorts dans la plus grande discrétion et sécurité.

914155f0200fad226cddfefb9d129

Bien évidemment, Eros est la cible de beaucoup de critiques. Certains estiment que cette prostitution 2.0 n’est pas légale et devrait se voir censurer. Pour eux, c’est un service qui peut permettre d’améliorer les conditions de travail des prostituées et des escorts. En attendant, la mise à flot du site est prévue pour le 23 septembre prochain, le site espère réunir 100 000 utilisateurs d’ici la fin de l’année 2017.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.