Une dodue confession

Une grosse dame complexée, fatiguée des régimes et friande de sex sessions qu’elle n’obtient qu’avec des types affreux… Jusqu’à l’arrivée salvatrice d’un Fat Admirer, comprenez « admirateur de grosses ». Elle nous livre, dans une graisse infinie, le récit de son dernier émoi.

Je suis une grosse. J’ai pendant très longtemps lutté pour m’aimer telle que je suis et m’accepter à ma corpulence actuelle. J’étais mariée depuis dix ans au moment des faits et nos rapports s’étaient limités depuis cinq ans à environ deux fois par an. Mon mari m’a dit qu’il n’était pas attiré par moi à cause de mon poids et j’ai accepté cela comme un fait sans question. Je pensais « bien sûr qu’il ne veut pas coucher avec moi… qui le ferait ? »

Ces mâles en rut peinent à défoncer les grosses.

J’étais dans un cycle douloureux honte mêlée à la fatigue d’un régime extrême et d’exercices. J’ai compris que mon problème n’était pas physique, alors j’ai commencé à suivre une thérapie. Je me sens toujours invisible en tant que grosse, mais j’ai beaucoup plus de rendez-vous qu’avant, je fais l’amour quand je veux, et ma vie sociale devient de plus en plus amusante. Mais il y a toujours un vide dans mon amour-propre. Je sors avec des hommes qui ne m’attirent pas vraiment parce qu’ils me font me sentir en sécurité. Ils ne me rejetteront pas.

C’était jusqu’au week-end dernier.

Le week-end dernier, j’ai rencontré un homme extrêmement beau dont le profil sur un site de rencontre disait « Envoyez-moi un message si vous êtes grosse ». Ce type qui m’a envoyé un message était un fétichiste (ou du moins je le pensais). Je trouvais l’idée, de ne triper que sur des grosses femmes comme des fétiches, un peu repoussante. Alors je lui ai posé la question. Je lui demandais s’il aimait regarder des femmes manger/grossir et d’autres choses extrêmes comme ça.

Après l’Espagnole… la Catalane ?

Il a expliqué que pour lui ce n’était pas un fétiche. C’était plutôt une orientation. Qu’un fétiche déplace des sentiments sexuels dans un objet parce que vous ressentez de la honte (par exemple, vous avez honte d’aimer le vagin). Il a dit qu’il voyait toutes les femmes comme des personnes et, tout comme les autres hommes, qu’il pourrait aimer une femme parce qu’elle est asiatique ou qu’elle a les cheveux roux. Lui préfère les grosses femmes. Pour lui, elles représentent la vraie féminité et les femmes minces seraient trop masculines.

Je n’avais aucune idée à l’époque de ce qu’était un Fat Admirer, ou FA, pour admirateur de grosses.

Nous nous sommes rencontrés et avons parlé pendant des heures de nos vies, de nos rêves et de nos hobbies. Je le trouvais intelligent, éduqué. Une carrière réussie et un corps athlétique terminent de me charmer. Et il m’a fait me sentir incroyablement jolie. Sexy même.

Le truc cool avec les grosses, c’est qu’elles se démènent au lit.

Quand il m’a conduit chez moi, j’espérais qu’il m’embrasserait mais il ne s’est pas penché quand il a éteint le moteur. J’ai marché (lentement) jusqu’à ma porte d’entrée, lui lançant des regards désespérés jusqu’à ce qu’il sorte enfin et dise « Laissez-moi vous accompagner jusqu’à votre porte ». Nous nous sommes embrassés. Il n’était pas juste un bon « embrasseur », il savait aussi comment utiliser ses mains et manipuler mon corps comme personne d’autre ne l’avait jamais fait. Le jour suivant, il m’a invitée à se revoir mais a répété qu’il n’était pas intéressé par le sexe. Il voulait attendre. Le sexe occasionnel finissait toujours mal pour lui et il voulait vraiment apprendre à connaître quelqu’un pour s’engager.

Finalement, nous nous sommes revus et sommes allés chez lui pour le « dessert » qui s’est rapidement transformé en « Nous aurons plus de place dans le lit » puis en « S’embrasser, c’est mieux sans vêtement ».

Regardez-moi ces nibards… À votre avis, quelle lettre pour ce bonnet ?

C’était le MEILLEUR coup de ma vie. Il m’a fait des choses dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Surtout pour une grosse. Il m’a fait me sentir belle et sans honte. Il m’a complimentée quand je me suis déshabillée. Il léchait des endroits qui me faisaient rougir d’embarras mais, wow ! Ca faisait du bien ! Il m’a ouvert l’esprit (et un autre endroit) au sexe sans complexe. Il m’a dit pour finir « Une grosse bi-bite pour une grosse da-dame ». Je crois que ça n’est pas fini. Cet homme m’a rendue heureuse, et je vaux bien deux nanas ah ah !

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).