Du chanvre à la chambre

Dans un article paru dans The Guardian, il y a une quinzaine de jours, on pouvait lire que la marijuana n’est pas que soporifique. Elle pourrait également être un facteur de tonus sexuel. Les chercheurs, de la très sérieuse Stanford University School of Medicine, viendraient d’arriver à cette conclusion.

Les scientifiques ont demandé aux participants de l’enquête, combien de fois ils avaient eu des rapports hétérosexuels au cours des quatre dernières semaines, et à quelle fréquence ils avaient fumé de la marijuana au cours des 12 derniers mois.

Quitte à fumer, je préfère la pipe.

Les chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Stanford ont découvert que les femmes qui consommaient quotidiennement de la marijuana avaient eu des rapports sexuels en moyenne 7,1 fois au cours des quatre dernières semaines, en comparaison de 6 fois pour celles ayant nié avoir consommé de la marijuana au cours de l’année précédente.

Chez les hommes, les consommateurs quotidiens ont signalé un rythme de 6,9 fois sur le denier mois comparativement à 5,6 pour les non-utilisateurs. Les résultats ont été publiés dans le Journal of Sexual Medicine.

Ça sent le pneu brûlé… ne t’inquiète pas, c’est moi qui fume.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé rétrospectivement les données compilées sur 50 000 Américains, âgés de 25 à 45 ans, entre 2002 et 2015, par la National Survey of Family Growth [NSFG]. La NSFG l’une des branches du célèbre CDC (Center for Desease Control), agence fédérale de contrôle et de prévention des maladies, qui a commandité l’enquête.

« En d’autres termes, les consommateurs de marijuana ont plus de rapports sexuels [aux environs de 20 %] que ceux qui s’abstiennent », a déclaré l’auteur principal de l’étude, le Dr Michael Eisenberg, professeur adjoint d’urologie à Stanford.

Cependant, le Dr Eisenberg a bien expliqué que l’étude ne devrait pas être la source d’une mauvaise interprétation, comme ayant prouvé un lien de cause à effet : « Je pense que nous aurons besoin d’informations plus larges sur les effets sur la fonction sexuelle et la santé en globalité. Plus de résultats seront nécessaires afin que nous puissions mieux comprendre comment la marijuana affecte chaque organe du corps ».

J’adore avaler la fumée.

Étant donné qu’un couple « normal » a des rapports sexuels une fois par semaine, il avancerait que fumer de la marijuana doperait la vie sexuelle du couple, qui pourrait avoir jusqu’à 20 fois plus de rapports chaque année.

« Je pense que si vous demandiez à un homme ou à une femme, d’avoir 20 fois plus de rapports sexuels par an, cela leur semblerait trop », a déclaré le Dr Eisenberg.

Rappelons qu’il est illégal de posséder, de cultiver, de distribuer ou de vendre du cannabis en France comme au Royaume-Uni et que son usage « récréatif » est prohibé en Australie. 29 États sur le continent américain et le district de Columbia ont légalisé [pour les adultes, cela va de soi] l’usage médical et récréatif de la marijuana.

Nous rappelons que fumer nuit gravement à la santé. La preuve en image.

En juillet, le Nevada est devenu le cinquième État américain à vendre de la marijuana à des fins récréatives, ouvrant dès lors un marché, qui devrait surpasser n’importe quel autre pays, grâce aux millions de touristes qui affluent chaque année à Las Vegas. Il a donc rejoint le Colorado, l’Oregon, Washington et l’Alaska en permettant aux adultes de se procurer, en toute légalité, de la marijuana.

En 2013, l’Uruguay est devenu le premier pays au monde à adopter une loi légalisant l’utilisation récréative, la vente et la culture du cannabis. Les pharmacies ont finalement commencé à en vendre [sous contrôle de l’État] directement aux consommateurs le 19 juillet 2017.

 

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).