Suivez-nous

Actu/News

Stormy Daniels, Donald Trump : adultère, politique et dollars

Clint B

Publié

le

130 000 dollars, c’est montant de l’accord de non-divulgation qu’aurait conclu l’avocat de Donald Trump avec l’actrice pornographique Stormy Daniels, un mois avant l’élection présidentielle, pour qu’elle n’ébruite pas les détails de la relation qu’ils auraient entretenue en 2006.

S’il serait inutile et fastidieux de résumer la carrière de l’omniprésent Donald Trump, il convient de revenir sur le parcours de la somptueuse modèle. Aujourd’hui 38 ans, et toujours en activité, Stormy Daniels a débuté sa carrière à l’aube des années 2000. D’abord danseuse à Bâton Rouge (Louisiane), elle migre en Californie, contactée par son amie Devon Michaels pour participer aux scènes lesbiennes qu’elle produit. Une fois débarquée dans la Cité des Anges, son physique vertigineux et sa blondeur toute sudiste ne manquent pas d’attirer l’œil des productions d’alors, à commencer par Wicked Pictures, chez qui elle accomplit sa première scène hétérosexuelle et signe un contrat d’exclusivité en 2002. Ensuite, c’est l’ascension : 28 récompenses au sein des plus grandes cérémonies que compte l’industrie pour adultes, dont 4 statuettes aux AVN Awards, ainsi que son inscription au panthéon du Hall of Fame en 2014. Ça vous pose la bonne femme.

Dans cette longue et prolifique carrière, Donald Trump survient donc, anecdotiquement, en 2006, au cours du tournoi de golf pour célébrités, organisé au Nevada, où ils se sont rencontrés. Après s’être comptés fleurette en partageant un caddie de golf, les futurs amants se seraient revus pour « consommer » leur relation, sur demande du business-man. 

La suite oscille entre le gentiment indiscret et le profondément sordide. C’est que Donald Trump est, alors, déjà engagé auprès d’une autre : Melania « FLOTUS » Trump, depuis près d’un an. Mieux, celle-ci venait d’accoucher du petit Barron, leur premier enfant. Ce qui n’empêcha pas le coureur invétéré de coucher avec la star du X pour ce qui s’avéra être un rapport plutôt plan-plan, « digne d’un homme de son âge », selon les mots de Stormy Daniels. Elle se dit aujourd’hui incapable de savoir pourquoi elle avait cédé à ses avances, se souvenant seulement qu’elle espérait qu’il ne lui ferait pas l’affront de la payer après-coup. Trump, tout gentleman qu’il est, eut heureusement l’élégance de ne pas lui verser d’émolument, préférant, après l’acte, comparer son amante à sa fille Ivanka.

« Il m’a dit que j’étais quelqu’un qu’il ne fallait pas sous-estimer, que j’étais belle et intelligente comme sa fille… »

Mais puisque contrat de non-divulgation il y a eu, comment la presse peut-elle connaître les détails de cette coucherie ?

Le problème, c’est que les avocats du président, dans leur grande finesse, ont contracté avec Stormy Daniels au sujet de ses futurs déclarations, sans jamais tenir compte des interviews qu’elle avait déjà réalisées à ce sujet par le passé. C’est ainsi qu’une interview donnée en 2011, à une époque où les nombreuses histoires d’adultères du showman Trump n’intéressaient ni ne surprenaient personne, refait opportunément surface lorsque ce dernier devient le président des Etats-Unis le plus aberrant que le monde ait connu.

Comme quoi, les gens ont la mémoire courte…

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.