Inde : il installe un épouvantail… d’une actrice X

Comment faire lorsque vous êtes maraîcher et que tout le voisinage commence à lorgner sur vos récoltes ? Pour éviter le mauvais œil, certains ont des méthodes pour le moins… surprenantes.

Banda Kindi Palle, c’est un petit bled paumé dans l’État de l’Andhra Pradesh, dans l’Inde du sud. Les gens s’y parlent grâce au joyeux dialecte du télougou, à ne pas confondre avec le « tes glou-glou », langage commun du dindon d’Europe.

L’ex-star du X avait pour habitude de se prendre de sacrés chibres.

Pour Chenchu Reddy, un maraîcher de 45 ans, c’était l’année des prodiges. Il n’avait jamais autant récolté sur ses terres de choux-fleurs et de choux. Comme il l’a déclaré à l’Hindustan Times : « Cette année, j’ai une bonne récolte sur dix acres. » Ce qui représente un peu plus de 40 000 m² [source : Wikipédia, parce que moi les lettres, ça va, mais alors les chiffres…], aussi il a commencé à se méfier du regard envieux de ses voisins, et surtout des passants qui ne seraient pas grattés pour aller en piquer quelques kilos directement dans son open space à ciel ouvert.

Sa voie pour Bollywood était déjà toute ouverte à l’époque.

Pas si épouvantable… l’épouvantail

Et puis, ne l’oublions pas, l’Inde demeure très superstitieuse. Aussi la trouille, face au risque de se retrouver avec le mauvais œil, qui peut vous tomber n’importe où, n’importe quand sur le coin de la gueule, pour l’année à venir [« J’ai eu une panne d’essence et tous les pneus ont crevé, j’avais pas de quoi prendre le métro, les taxis étaient en grève, mon smoking avait rétréci, ma tante a débarqué chez moi, on avait volé ma voiture ! La Terre a tremblé trois fois, y a eu une invasion de sauterelles ! »], l’a décidé à tout mettre en œuvre pour lutter, non pas contre le terrorisme comme Charles Pasqua en son temps, mais contre les mauvais sorts d’un voisinage trop envieux.

Qui veut prendre une douche ?

Il envisagea alors une solution extrême et mis son plan à exécution. Sans prévenir qui que soit, il installa, bien en vue, près de son champs, une affiche de… Sunny Leone, la célèbre actrice X. Bon pas une version bien hardcore sur laquelle la belle se ferait déchirer la rondelle, mais une soft, où elle est souriante et pose dans un seyant bikini rouge. Vous me direz que comme épouvantail, il aurait pu trouver pire. Un canon de DCA de 36, stratégiquement placé face aux habitations de ses voisins, aurait largement pu faire l’affaire. Mais que voulez-vous, les gens ne savent plus s’amuser de nos jours.

Pour une fois que ce sont des obus qui prennent une décharge…

Bumpers et bommalu

Sur le poster en question, il a inscrit dans la langue nationale : « Orey, nannu chusi edavakura », ce qui signifie par chez nous, « Hey, ne pleure pas ou ne te sens pas jaloux de moi ». Bref une sorte de si tu t’approches de mon champ, on va se la jouer médiévale, à la tenaille et au chalumeau, quelque peu plus poétique.

C’est quoi le texte ? Ah… Hein ? !

Mais pourquoi Sunny Leone allez-vous me demander ? Mais parce que l’ex-hardeuse d’origine indo-canadienne, s’est reconvertie dans les productions de Bollywood, à temps complet depuis 2012. Ce n’est plus en pompant du chibre qu’elle s’exhibe devant la caméra mais en chantant et en dansant dans un costume aux couleurs chamarrées. S'il n’est pas fan de la belle, qui trimbale ses miches entre les bommalus, sortes d’épouvantails à moineaux et les dishti bommas, gravures représentant des démons dans le champs, Chenchu Reddy confirme que « L’astuce a fonctionné. Personne ne regarde ma récolte maintenant. » Entre une tonne de choux et les obus de la donzelle, Tu m’étonnes !

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).