Brigitte Lahaie : retour en images sur sa jeunesse d’actrice X

Son nom fleure bon le 35 mm et la révolution sexuelle. Un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître. Elle fit partie de cette génération d’actrices post-68 qui inventèrent le porno moderne français.

C’était le bon temps ! Celui oublié de ces petites salles obscures qui fleurissaient dans ce Paris classé X. Une époque désormais révolue. Le Louxor a été fermé récemment, succédant ainsi à la quinzaine d’autres cinémas pornos qui avaient mis la clé sous la porte avant lui. Ces salles aux sols jonchés de Kleenex, souvenir fugace de la séance précédente. Un petit côté trash qui manque un peu aujourd’hui.

Brigitte Lahaie reste le symbole de ce temps révolu. Vendeuse dans un magasin de chaussures, à l’âge de dix-huit ans, la jeune femme comprend très rapidement qu’elle peut jouer de ses charmes pour affoler les sens des hommes. Aussi, elle décide de franchir un premier pas et commence à poser nue pour des magazines de charme.

Je vous parle d’un temps…

Et puis, le virage s’enclenche et Brigitte emprunte la voie du X. Celle d’un porno où les scénaristes faisaient encore preuve d’humour et de créativité dans leurs scripts. Les scènes hard étaient ramenées à un niveau plus érotique et moins anatomique qu’aujourd’hui. Les acteurs jouaient encore en costumes, dans des décors naturels et ce n’était pas parce que prise comme une furie par un Jean-Pierre Armand déchaîné à même le sol, dans un pré au milieu des vaches, qu’il n’y avait pas là une certaine recherche d’un esthétisme sous-jacent et non d’un travelling, zoom et gros plan sur une vulve dilatée et pénétrée par un phallus de type scud ou exocet. Oui, à l’époque, c’était champêtre. L’amour était dans le pré.

On ne peut, certes, pas dire, en comparaison des actrices actuelles et de leurs trois cents films au compteur en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, qu’elle fut très prolixe. Elle apparut dans environ soixante-quinze films au cours des quatre années que dura sa carrière [1976-1980]. Si la quantité n’y était pas, la qualité était, elle, au rendez-vous. Elle tournera avec les grands réalisateurs de l’époque : Gérard Kikoïne, Burd Trandbaree ou Patrick Aubin. Les labels d’alors, Alpha France ou René Château se l’arrachent.

Rayon X et radios

Elle peut s’enorgueillir aujourd’hui d’en avoir fait dresser des queues, rien qu’à l’évocation de son nom. Et combien peuvent, grâce à elle, profiter de la perte de trois dixièmes d’audition à l’oreille gauche, due à des astiquages trop fréquents ? Et quels titres ! Rendez-vous compte ! Je suis une belle salope, Ondées brûlantes, Auto-stoppeuses en chaleur, Parties de chasse en Sologne ou Secrétaires sans culottes, Ça laisse rêveur non ?!

Et puis, comme pour toutes, vint l’heure où la retraite sonne. Désormais loin des plateaux, Brigitte se recycle. Pendant quinze ans, l’ex-star du X de ces années 70-80, sera chaque après-midi [de 14 à 16 heures] la conseillère « sexo » de couples perdus ou de solitaires névrosés sur les ondes de Radio Monte Carlo [RMC] dans Lahaie, l’amour et vous. évincée de l’antenne en 2016, elle reprend immédiatement du service sur Sud Radio dans Deux heures d’envie, de joies et de plaisirs, basé sur le même concept et à la même tranche horaire.

Des mots pour des maux

En janvier dernier, c’est la catastrophe. Signataire, aux côtés de Catherine Deneuve, Ingrid Caven ou Catherine Millet entre autres, de la tribune du monde « Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle. » destinée à avertir de l’effet pervers que pourraient avoir les hashtags #Metoo ou #Balancetonporc [Le Monde, 9 janvier 2018] suite à l’affaire Weinstein, elle déclare quelques jours plus tard en direct à la journaliste Caroline De Haas sur l’antenne de BFM TV que « l’on peut jouir au cours d’un viol ».

C’est le scandale et plusieurs des cosignataires de la tribune se désolidarisent de ses propos. Elle expliquera ensuite au cours d’une interview sur TV5 Monde, que ce choc est dû à une mauvaise interprétation de sens et de contexte. Non pas minimiser le viol, mais pour elle, « parfois, le corps et l’esprit ne coïncident pas ». Lynchée dans les médias et sur les réseaux sociaux, l’ex-star du X sortira profondément blessée de cet événement. « Je suis une femme qui a souffert dans sa chair et qui depuis trente ans aide les femmes à se libérer. C’est tout. Et quand on est incomprise à ce point, c’est vrai que ça fait mal. »

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).