Onlyfans : le réseau social privé des stars du X, pour les fans

À l’heure où tout le monde s’affiche nu, en érection, ou parfois en action sur les réseaux sociaux ou applications, voici qu’un nouveau phénomène fait sensation. La plateforme Onlyfans permet de se faire un peu d’argent de poche, en mettant de façon pas si publique que ça, ses meilleurs clichés les plus torrides.

On ne va pas se mentir, on a tous reçu un jour une photo ou une vidéo d’un pote qui se tripote, qu’on le veuille ou non. C’était toujours sur Snapchat, Tumblr, ou en message sur Twitter, WhatsApp, téléphone… Ce qui est certain, c’est que cela venait toujours de votre pote en question qui décide de vous envoyer ceci, même s’il ne vous excite pas du tout. Par contre, si un de vos amis vous fait fantasmer, peut-être qu’avec un peu de chance il possède son compte sur le site Onlyfans.

Le principe est simple. Si cet ami que vous imaginez volontiers dans le plus simple appareil possède sa page, il peut déposer ses photos les plus hot qu’il veut sans problème. Seulement, tout le monde ne peut pas le voir car c’est public, mais pas tant que ça. Là où la plateforme est maligne, c’est qu’il faut payer pour avoir accès au profil en question la somme d’environ 10 $. Reste à voir le niveau de fantasme ainsi que le niveau de finance, car, comme nous le savons bien, ils sont intimement liés !

Ce qui est intéressant, c’est que ce phénomène, principalement masculin, se démocratise complètement. Déjà, car les gens qui y postent les photos se font de l’argent, mais également parce que ce côté faussement privé donne une idée de protection. En gros, cela rappelle les sites pornographiques à l’époque où les photos de modèles différents dominaient. Car c’est tout bonnement cela, de la pornographie. Les utilisateurs vendent leur image et leur nudité dans le but d’exciter des gens. De nouvelles études se penchent d’ailleurs sur ce courant, en se demandant si finalement tout le monde n’est pas un acteur porno.

L’exhib est une pratique qui a toujours eu un franc succès. On l’a vu à l’époque sur Tumblr ou même sur Twitter avec l’anciennement célèbre hashtag « #nakedsunday » [à traduire par « dimanche nu »]. Seulement à l’époque, c’était de l’exhib gratuite. Maintenant, avec l’explosion des sites d’exhib permettant de se faire des sous, comme les sites de webcams majoritairement amateurs, l’argent devient un argument de poids. De plus, à force de voir des gens toujours aussi bien montés les uns que les autres, ce type de sites laissent la place à des hommes moins parfaits, plus « normaux ». Il n’y a pas vraiment de mise en scène, rien de surfait, il n’y a que des corps qui correspondent complètement à la catégorie « amateur » qui connaît un immense succès.

Seulement, on ne sait pas forcément qui va payer, peut-être que votre voisin vous dira le lendemain qu’il vous a vu sur le site. De plus, le risque est d’être sacrément déçu sachant qu’il n’y a aucun moyen d’avoir un aperçu du contenu de chacun. En gros, reste à savoir si vous êtes prêt à faire le choix d’être une pornstar à votre niveau, ou un joueur de poker qui n’a pas peur de jouer sa mise.

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.