Du X avec des naines !

Le monde dans lequel nous vivons, me surprendra toujours. Des paraphilies, il en existe plein. Certains fantasment sur les rousses, les gros seins, voire les femmes enceintes. Mais la nanophilie… Parce que tout de même, se faire une pougnette devant une redif de Joséphine, ange gardien… Hein !

Jemma, elle a tout d’une grande…

Car en vérité je vous le dis, et c’est une vérité certes, pour certains, inavouable, ils fantasment sur les nains ! Alors, loin de moi l’idée de me poser dans la posture du jugement, car je suis de ceux qui pensent que l’on fantasme sur ce que l’on veut, du moment que c’est entre adultes consentants. D’ailleurs certains modèles de « petite taille », sont nonobstant dotés d’un charme certain. Allez donc jeter un œil voire les deux sur les shootings de Jemma chez SuicideGirls… Franchement… Elle est plutôt gaulée la petite, non ?

Bridget Powerz, ex-étoile naine ?

Alors bien sûr ne faisons pas une généralité, ce n’est sans doute pas non plus la niche la plus recherchée, mais tout de même. Outre-Atlantique, des studios tels que Filmco [Twisted Midgets, Midget Mania], Freaky Flix [Fuck that Midget, Midget Fuckers] ou encore Niche Films [A Midget Screw, Midget Nymphos], s’en sont fait une spécialité à côté des autres pratiques un tantinet « différentes » qu’ils aiment à tourner. Ces labels américains se sont d’ailleurs déjà taillé une solide réputation dans d’autres niches décalées. Des séries comme Furry Beavers ou « j’ai encore oublié de passer la tondeuse sur le terrain de jeu », Ready To Drop ou Knocked up and Ready to Fuck ou « t’as pas pris un peu ces huit derniers mois ? » ou encore Pissing Sluts ou Squirting Yellow, véritables odes à l’ouverture des vannes leur ont assuré quelques succès.

Twidget, à vous d’inventer le vit qui va avec…

Petits ! Petites !

Mais me direz-vous, pour qu’il y ait des films qui soient produits, il faut qu’il y ait, en dehors d’une caméra et d’un preneur de son, des acteurs et… des actrices. Et là ! Mais qu’en dire ! Si la majeure partie des tournages de cette « spécialité » s'est déroulée dans la première moitié du XXIe siècle, et qu’elles n’ont, certes, pas atteint une renommée mondiale, certaines ont tout de même déroulé quelques mètres de câble. Il suffit de s’attarder sur Bridget Powerz [1,09 m et 37 ans cette année] qui a mis fin à sa carrière de hardeuse en 2006. Si elle officie désormais en tant que strip-teaseuse dans certains clubs sur tout le territoire des États-Unis, elle aura participé, au cours de ses six années de présence sur les plateaux, à près d’une centaine de films [Double Midgetation, Littlest Squirt, Pee Midget Pee, pour n’en citer qu’une infime partie] aux côtés de pornstars telles que Mandingo, Ron Jeremy, Ashlyn Gere ou Lexington Steele. Dans certaines productions, sa route a croisé celle d’une autre actrice de petite taille : Twidget [ou Twiggit] avec laquelle elle a tourné quelques scènes, en particulier dans la série Midget Mania. Mais la carrière de Twidget, si elle s’étend sur la même période [2000-2006], n’aura pas été aussi prolixe. De Little Twigget’s Big Adventure à Tridget the Midget is the Squirting Princess en passant par Twisted Sex Tapes, elle ne sera apparue que dans une vingtaine de titres.

Gidget, pratique comme un gadget.

Les premières apparitions de personnes de petite taille dans le X français, remontent au début des années quatre-vingt comme dans la mythique scène entre Catherine Ringer et Désiré Bastareaud dans le film L’inconnue [Alain Payet, 1982] où l’ex-Rita Mitsouko fait preuve d’une gourmandise surprenante quand il s’agit de pomper un chibre. Avant de devenir les Giant Coocoo et autres Olaf Pouchkine dans les sitcoms qui feront la gloire d’AB Productions [Les Aventures de Dorothée : Un AMI, Le Miel et les Abeilles ou Les Nouvelles Filles d’à côté], l’a.b. mini Désiré Bastareaud aura, entre 1975 et 1991, fréquenté assidûment le milieu du porno aux côtés de réalisateurs comme Gérard Kikoïne, Claude Pierson ou Pierre B. Reinhard dans des chefs-d’œuvre comme La Nymphomane perverse, Qui m’aime me suce, La Doctoresse a de gros seins, La Comtesse est une pute ou Le Nain assoiffé de perversité, pour un total de plus d’une vingtaine de films.

Cinnamon, un petit parfum de cannelle…

Petits mais costauds !

En 1995, c’est la sortie de la parodie du conte Blanche-Neige, Snow White & 7 Dwarfs de Luca Damiano, où l’actrice Ludmilla Antonova, avant de finir empalée sur le dard tendu de son prince charmant [Jolt Gaber], passe déjà « entre les mains » de Zoltan, Istvan et Lucas, qui se font une joie de la démonter en long, en large et en travers.

Jemma, une toute petite bombe anatomique.

Jusqu’à la fin des années 2000, la série Midget Mania continuera de montrer que les femmes et les hommes de petite taille peuvent aimer la baise et en faire leur métier. Mais, certes, si elle s’est étendue dans le temps, cette niche à vécu et les productions dédiées aux amateurs de la nanophilie ne courent plus les rues. Aussi, pour les aficionados du genre, matez-vous donc un bon vieux DVD de derrière les fagots ! À défaut, vous pourrez toujours vous astiquer le chibre devant une rediffusion, sur TF1, d’une série cul-culte… Ou pas.

Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.