Suivez-nous

Actrices

Miyuki Son n’est pas là pour enfiler des perles

Cécile Saint Laurent

Publié

le

Si la mondialisation se caractérise, de plus en plus souvent, par la délocalisation des emplois, l’ubérisation de la vie ainsi que l’optimisation fiscale, on oublie un autre aspect plus humain : une mobilité sans cesse facilitée. Née au Japon, aujourd’hui installée en Espagne après avoir grandi au Brésil, Miyuki Son est un condensé du meilleur de trois cultures. Inutile de préciser, donc, que cela lui confère un profil à part dans le X actuel.

Miyuki Son. À première vue, un simple pseudo d’actrice X. Ah la la ! Quelle erreur jeune homme ! C’est comme de vouloir confiner Google à un simple moteur de recherche, Airbus à de la construction d’avions ou encore Nestlé à du chocolat ! Ne soyez donc pas aussi réducteur avec cette beauté asiatique atypique. Elle-même voit grand en se considérant comme une marque dans le sens où le but de la pornographie, comme toute autre activité commerciale, est de vendre au maximum. Hum, voilà un fantasme qui prend un sacré coup dans l’aile ! Toutes les actrices X ne sont pas insatiables sexuellement au point de ne pas pouvoir envisager de gagner leur vie autrement qu’en copulant devant une caméra.

Représentante internationale de la culture japonaise

La pornographie est un travail. Pour Miyuki Son, c’est donc un rôle à interpréter. Un beau rôle, certes, mais à temps partiel puisque la belle ne limite pas ses activités à la pornographie, raison pour laquelle ses performances interdites aux mineures sont finalement peu nombreuses malgré une carrière longue de cinq années déjà. Une poignée d’apparitions dans des DVD [dont Rocco’s Asian Attack chez Evil Angel], mais comme ce marché se meurt à petit feu, il est préférable de se connecter au grand réseau mondial de l’Internet pour la voir en action. Ainsi, au niveau des productions françaises, Pussykat avait tenté de la débrider sexuellement il y a quelques années, avant que l’ami Celian ne réalise un ippon pour Heavy on Hotties.

Si on prend la peine de franchir virtuellement les Pyrénées, on peut notamment l’admirer chez ce bougre de Torbe où elle en profite pour rappeler, à la Terre entière, que les Nippons sont de fins gourmets en se délectant d’un festin de liqueur masculine d’une petite trentaine de sources différentes. Rebelote chez Premium Bukake, avec 41 partenaires cette fois. Même dans les restaurants de ramen de la rue Sainte-Anne on n’a jamais vu une Japonaise avaler le bouillon avec tant d’appétit ! Comme quoi, le fait d’être asiatique n’est pas qu’un simple atout dans la redoutable panoplie de séduction massive de cette demoiselle aussi désirable que timide. Pour un peu, on aurait l’impression de friser une caricature des femmes d’Extrême-Orient, de natures douces et soumises, avec une allure mystérieuse, aujourd’hui bien ancrée dans l’imaginaire de l’homme occidental. Mais ce n’est qu’une impression de prime abord.

Elle samba les couilles

En réalité, Miyuki est bien loin d’être une caricature, notamment parce qu’elle n’a pas grandi au pays des samouraïs, la contrée de son père. Bien que née à Hiroshima, c’est au Brésil, le pays de sa mère, que l’actrice a passé l’essentiel de sa vie avant de débarquer à Barcelone, il y a quelques années, pour y lancer sa carrière pornographique. Une originalité qui n’est toutefois pas si rare puisque les Nikkei Burajiru-jin [terme utilisé au pays du Soleil-Levant pour désigner les émigrés ou descendants d’émigrés japonais au Brésil] représentent la principale communauté japonaise en dehors de l’archipel. Un reste historique du besoin brésilien en main-d’œuvre, pour la filière du café, à la suite de l’abolition de l’esclavage en 1888.

Ce métissage intercontinental confère à Miyuki Son des traits d’une grande douceur, laquelle s’en trouve particulièrement photogénique. Une caractéristique commune à bien des femmes japonaises issues d’un brassage génétique, à l’instar de Maria Ozawa et Saori Hara dans le porno ou encore Paula Kawanishi, Julia Abe et Melody Yoko dans le mannequinat. Des plages de São Paulo, elle a conservé une sensualité évidente pour accompagner l’opulente poitrine qu’elle arbore fièrement. Un signe extérieur de richesse sexuelle, pour une Paulista nippone dans la Costa Brava, au même titre que son postérieur accueillant, une spécialité à l’ombre du Morumbi. Les compatriotes de Neymar sont d’ailleurs célèbres pour posséder les culs les plus sexy de la planète [suggestions de recherches dans Google Images à des fins documentaires afin d’appuyer ce propos : Izabel Goulart, Gracie Carvalho, Ana Beatriz Barros, Alessandra Ambrosio, Adriana Lima, Gizele Oliveira ou encore Gisele Bündchen], un atout qu’elle ne rechigne pas à utiliser pour l’avancement de sa carrière. Lorsqu’un chibre s’y engouffre, il semble attiré vers l’obscurité la plus profonde aussi irrémédiablement qu’Otto Lidenbrock [principal protagoniste du roman Voyage au centre de la terre de Jules Verne] par les entrailles de la Terre.

C’est sans doute à ce niveau que le choc des cultures est le plus spectaculaire. Les amateurs de JAV [Vidéos japonaises pour adultes] ne sont pas toujours les plus gâtés quand il s’agit d’exploration de cavités anales. On peut évidemment s’extasier devant l’utilisation d’un furet de plombier, mais force est tout de même de constater qu’un bon coup de matraque est plus impressionnant, visuellement parlant. Si les Brésiliens sont experts en sensualité comme en intensité sexuelle, les Japonais brillent dans la créativité, ce qui permet à Miyuki d’exceller dans des scènes avec de la comédie ou du cosplay, à l’image des séries de Fake Hub. Par contre, les plus puristes doivent aussi s’illustrer au niveau de la créativité dans la mesure où la belle écrit son pseudo en hiragana et non en kanji [syllabaires japonais], il peut désigner une très belle neige, le bonheur ou plus simplement les perles Miyuki. À moins que ce ne soit une référence au destroyer de l’entre-deux-guerres. Il est vrai qu’avec ses obus, le rapprochement se tient.

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.