Valentina Ricci, ingénue libertine

Elle était arrivée de Belgique et avait débarqué dans l’industrie pour adultes à 23 ans, en mai 2016. Elle avait, et a toujours d’ailleurs, de sérieux atouts pour réussir dans le milieu : un appétit sexuel débordant, des courbes incendiaires [85D], un narcissisme décomplexé et une farouche détermination ! À l’époque, on était persuadé qu’elle possédait tous les atouts pour devenir une star et… on ne s’était pas trompé !

Très portée sur le sexe, elle avait connu sa première expérience à 15 ans et demi et, depuis ses 18 ans, elle était avec le même compagnon. Il était d’ailleurs aussi branché sexe qu’elle, puisqu’ils étaient libertins tous les deux. Ils faisaient régulièrement des exhibs en cam. Un jour, alors qu’elle s’était rendue au Salon de l’érotisme de Namur, un photographe l’avait repéré et lui avait proposé de tourner pour Jacquie & Michel.

Dans son premier film, La Sextape, que Tristan Seagal avait réalisé en juin 2016 pour J&M Élite et qui s’inspirait de l’affaire de la sextape de Karim Benzema, Elle tenait le rôle d’une escort de luxe dans une soirée un peu arrosée qui, bien évidemment, dérapait. Et, même si elle préférait les scènes hétéros [alors qu’elle avait un côté bi assumé], elle avait apprécié se voir avec plusieurs filles. Ça l’excitait. Ce qui la gênait, plus, c’était de ne pas être au centre de l’attention. Pour sa seconde scène, elle se sentait davantage mise en avant, puisqu’elle y était seule avec son partenaire, Josh.

Une chose est sûre, même si l’idée la séduisait, elle n’osait pas trop, à l’époque, se lancer à corps perdu dans le hard et avait d’ailleurs tenté de trouver d’autres voies par le biais d’études dans le but de devenir gérante d’une entreprise de pompes funèbres. Le regard de son entourage et, notamment, celui de sa famille, la bridait. Et puis, après réflexion, elle s’était dit, qu’au final, elle devait vivre sa vie et s’épanouir comme elle l’entendait. Elle avait donc osé franchir le pas. Et ce n’était pas le phénomène de brièveté de carrière des actrices qui allait l’arrêter. Elle y avait songé. Se demandant si ça valait le coup, dans le cas où elle ne ferait qu’une courte carrière, de s’afficher et de donner cette image d’elle-même qui la suivrait jusqu’à la fin de ses jours… Mais elle avait l’intention de continuer tant que ça marcherait. Elle avait, de toute façon, pris la décision, pour les jours d’après, de continuer à travailler dans le milieu du sexe, pour des salons érotiques ou des shootings.

Elle se définissait elle-même comme mystérieuse et renfermée [elle n’aimait pas trop parler de sa vie], gentille et perspicace [elle avait une bonne analyse des gens et, en général, elle se trompait rarement] voire « jolie ». Son but était de vivre un maximum d’expériences différentes. Elle adorait la levrette, sucer, les doubles-pénétrations. Elle s’était tentée, en privé, à la double-anale, mais c’était une pratique impossible pour elle. Son fantasme ultime ? Un gang-bang dans le cadre privé et « hors antenne » puisqu’elle considérait comme dégradant le fait que cela soit filmé. En tout cas, elle avait réalisé de nombreux fantasmes et avait exploré de nombreuses pratiques.

Valentina Ricci ne souhaitait tourner que pour du porno professionnel, l’amateur ne lui plaisait pas. En ce sens, l’univers de Jacquie et Michel et de ses pornos scénarisés, lui correspondait totalement. La suite de sa carrière a d’ailleurs prouvé qu’elle avait raison.

Aujourd’hui, celle qui ne souhaitait tourner que pour du hard professionnel [elle n’aimait pas l’amateur] et, en ce sens, l’univers des pornos scénarisés de J&M lui correspondait totalement, qui aimait la house, Mad World de Gary Jules, L’Exorciste [qui l’avait traumatisé], les films d’horreur du type Hostel ou Saw [elle y appréciait les scènes de tortures et la présence de serial-killers] et les histoires de fantômes puisqu’elle se disait fascinée par le surnaturel, continue de dépasser ses limites pour se procurer toujours plus d’adrénaline pour différents studios de production. Peut-être est-ce une façon pour celle qui souhaite ne ressembler à personne, de combler ce besoin de reconnaissance et de marquer les esprits pour se sentir, au final, au centre du monde.

Sa filmographie chez Jacquie & Michel

La Sextape [2016].

Vices à la française [2016].

Contes de fesses [2016].

Cuckold [2016].

Assurances anales [2017].

Deux vraies sœurs jumelles et leurs consœurs [2017].

Black escort agency – Femmes de pouvoir [2017].

La Catin [2017].

Duel de salopes [2017].

Escort squad [2017].

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.