Suivez-nous

Actu/News

Une retraite par trans… position

Vincent Lacrosse

Publié

le

Info relatée par le Daily Nation : un argentin de 59 ans et fonctionnaire des impôts, a légalement, sur le papier, changé de prénom et de sexe, afin de pouvoir prendre prétendre à ses droits cinq ans plus tôt.

La loi argentine autorise les femmes à prendre leur retraite à 60 ans, tandis que les hommes doivent attendre d’en avoir 65. Elle autorise également les personnes à changer « légalement » de sexe sans recourir à une quelconque opération de réassignation sexuelle, selon le site d’informations Informate Salta. « Il s’agit clairement d’un cas d’abus des droits à la retraite et de la loi sur l’identité de genre », a déclaré Matias Assennato, responsable de l’état civil de la province de Salta.

Un site Web spécialisé dans les news insolites apporte quelques précisions : on pense que l’individu en question a déclaré ce changement de sexe dans le but de percevoir des prestations sociales de manière anticipée en raison d’antérieures plaintes répétées concernant l’inégalité des différents âges de la retraite et consulté des avocats, mais n’a pas eu la patience nécessaire pour mener sa plainte à bien.

Sergio Lazarovich est devenu un sujet de débat partout en Amérique du Sud et probablement dans le monde entier. Ses intentions ont été rendues publiques par l’un des membres de sa famille, qui a contacté les médias argentins en expliquant aux journalistes que, tout au long de sa vie, Sergio n’avait connu de relations amoureuses qu’avec des femmes et qu’il entretenait des relations hétérosexuelles même après avoir demandé son changement de sexe.

« Tout au long de sa vie, il a eu de nombreuses relations avec des femmes. La plus longue a été celle avec la mère de ses deux enfants qui a duré plus d’une vingtaine d’années, jusqu’à leur divorce. Après cette séparation, il a eu de nombreuses relations, plus ou moins courtes, mais toujours avec des femmes », a déclaré à Informate Salta, ce membre de la famille qui a préféré rester anonyme. « À aucun moment il ne s’est senti attiré par les hommes et a même fait de nombreux commentaires tout au long de sa vie contre les gays et les transsexuels. »

Selon cette personne, sa décision de devenir « Sergia » a été motivée par la conviction de l’injustice concernant cet écart d’âge, entre les femmes et les hommes, pour faire valoir des droits à la retraite. Il s’était apparemment plaint de ce fait à ses amis et à sa famille à plusieurs reprises par le passé et avait, en fait, prévu d’agir à ce sujet depuis un certain temps.

« Il est convaincu qu’il est injuste qu’il doive, parce qu’il est un homme, travailler cinq ans de plus qu’une femme », a-t-il déclaré. « Il travaille sur cette question depuis plus de trois ans, a été informé par des avocats et son premier objectif était de déposer une plainte auprès de l’État pour discrimination. De cette façon, s’il gagnait, il pourrait travailler cinq ans de moins, mais cette solution aurait pu prendre de nombreuses années et personne ne pouvait garantir que le tribunal statuerait en sa faveur. »

Quand on lui a demandé pourquoi il avait décidé de rendre publiques les prétendues motivations de Sergia Lazarovich, la personne en question a révélé à Informate Salta qu’il estimait que Sergio voulait tirer parti d’une loi destinée à protéger les minorités sexuelles pour atteindre son objectif : « Cette loi sur l’identité de genre est bonne. Elle protège les personnes transgenres. Sergio a voulu profiter de cette loi. Il fait partie de ces personnes qui n’ont pas d’éthique et qui sont moralement imparfaits. Ce n’est pas cette loi qui est à remettre en question, ce sont les gens. C’est un acte totalement égoïste et nuisible car il a démontré que s’il a pu le faire, tout le monde le pouvait. Cela m’attriste d’être lié à une personne capable de s’abaisser si bas pour obtenir gain de cause. »

Après que la nouvelle est devenue virale, Sergio a publié une déclaration accusant les médias de mentir et leur conseillant d’enquêter davantage avant de publier de tels récits. S’il admet avoir changé son nom de « Sergio » en « Sergia » et administrativement son sexe, il affirme que c’est pour cause de raisons personnelles qu’il se refuse à expliquer.

Cependant, tout en répondant à El Tribuno sur la controverse entourant ses motivations, Sergio a déclaré que « cela n’aurait été un problème pour personne, si tout le monde prenait sa retraite à 65 ans », ce qui laisse à penser que cet écart d’âge légal l’insupporte.

Sergio(a) Lazarovich n’a pas encore effectué sa demande de retraite anticipée auprès de l’administration nationale de la sécurité sociale [Anses], bien que son parent anonyme affirme que ce n’est qu’une question de temps. Ricardo Muller, directeur régional de l’Anses à Salta, où réside Lazarovich, a déclaré aux journalistes que tout le monde était au courant du cas de Sergio/Sergia dans les médias et que s’il demandait une pension, son éligibilité serait tranchée par un tribunal. L’Anses engagerait alors le processus de pension, mais il reviendra au tribunal de décider si Sergio sera effectivement en droit de percevoir les allocations de Sergia.

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.