Suivez-nous

Actu/News

Les hommes préfèrent les rondes

Vincent Lacrosse

Publié

le

Les femmes ne sont pas les seules à être éduquées dans cette norme qu’il n’existe qu’un seul type de corps qui soit considéré comme sexy. Aimer « au grand jour » une femme qui s’écarte des canons de la société est toujours considéré comme facteur de rejet. Ceux qui assument leurs désirs ressentent parfois le besoin de le taire ou de vivre dans le déni.

D’après Hugo Schwyzer, professeur en études du genre, les hommes « trouvent sexy » ce que les autres hommes « trouvent sexy ». En gros, l’attirance hétérosexuelle est fonction des canons de la société, la femme servant de fondement à l’estime de soi de leur partenaire. Les femmes fortes, considérées comme un « déclassement » de l’image de leur partenaire, d’un point de vue sociétal, obligent de nombreux hommes hétérosexuels à nier être attirées par ces dernières.

Ceci, bien sûr, ne s’applique pas à tous les hommes hétérosexuels, car il existe une communauté d’hommes connue sous le nom de « fat admirers » [admirateurs de grosses]. En mai 2011, Camille Dodero du site The Village Voice interviewait l’un de leurs grands admirateurs, Dan Weiss, jeune homme de 26 ans, et fondateur du blog Ask a guy who likes fat chicks [Demandez à un gars qui aime les grosses]. Dans ses réponses, il réfute toutes ces légendes urbaines sur les raisons pour lesquelles un homme pourrait être attiré par les femmes rondes : ce n’est ni qu’elles sont plus faciles à mettre dans son lit, ni que ceux qui sortent avec elles ont un manque de confiance en eux. Le fait qu’en premier lieu il s’agit de croyances communes en dit long sur la façon dont ces femmes sont perçues dans le contexte sexuel.

L’auteur et militante des droits de l’homme, Virgie Tovar, évoque une autre idée fausse : « Les hommes qui désirent des femmes rondes sont considérés comme des déviants, des pervers sexuels, car elles ne sont pas conformes à la norme occidentale de la beauté. La vérité est que le désir humain, en particulier le masculin, varie beaucoup. Et, si nous vivions dans un monde moins prescriptif, nous verrions tous à quel point nos désirs sont divers. Malheureusement, nous ne vivons pas dans ce genre de monde. En Occident, c’est la maigreur. »

Peut-être que cela serait différent si les femmes fortes étaient représentées différemment dans les principaux médias. Hollywood pourrait mieux faire que de confier à Melissa McCarthy quelques rôles amusants, mais totalement sexués. Dans l’industrie de la musique, nous entendons rarement parler d’elles, hormis dans des chansons comme Only, de Nicki Minaj, où, dans le couplet qui lui est attribué, le rappeur Drake dit « qu’il aime les femmes fortes parce qu’elles sont du genre à vous sucer, avant de déjeuner avec vous. »

Les chercheurs en sociologie, Samantha Kwan et Jennifer Fackler, de l’Université de Houston ont brièvement décrit l’évolution des idéaux du corps au fil des siècles dans un rapport intitulé Women and Size. Selon elles, jusqu’aux environs du XIXe siècle, les femmes « charnues » et « voluptueuses » étaient représentées dans les œuvres d’artistes tels que Rubens ou Renoir. Quoi qu’il en soit, les corps minces ne sont devenus une référence qu’une fois que le marketing de masse a ciblé ce type de morphologie dans les campagnes de communication destinées à la mode et aux régimes basses calories. « C’est à cette époque que les tailles des vêtements ont été normalisées et que la découverte de la calorie a soudainement forcé le contrôle du poids à entrer dans l’inconscient universel », selon la gastronome Sarah Lohman. En d’autres termes, les régimes ont transformé la femme en produit commercialisable et vendable. Dans les années 1920, « la plupart des femmes américaines suivaient un régime ou se sentaient coupables de ne pas en suivre. Toute notre perception de la beauté, par rapport à la maigreur, s’est essentiellement manifestée par les personnes à travers l’histoire qui cherchent à tirer profit de notre estime de soi ».

En réalité, l’attirance a bien moins à voir avec le regard qu’on ne le pense. Selon les scientifiques, une grande partie de l’attirance sexuelle se résume aux phéromones de fertilité présentes dans notre odeur, à des traits de personnalité tels que gentillesse et intelligence. « Une attraction émotionnelle », qui est la principale qualité par laquelle vous « accrochez » sur quelqu’un. Penser que, parce que vous êtes dotée d’un certain physique ou d’un certain poids, les gens ne vont pas être attirés par vous, est tout simplement faux.

À vous, hommes hétérosexuels, qui ne parviennent pas encore à admettre extérieurement que ce type de femmes peut être aussi attirant qu’une femme mince, posez-vous la question : pourquoi cela ? Que craignez-vous vraiment ? La réaction de vos amis ? Mais de quel genre d’amis s’agit-il là, s’ils veulent vous empêcher d’être heureux ?

En fin de compte, les femmes fortes en ont assez d’être traitées comme des monstres et que les hommes attirés par elles soient considérés comme des déviants. Cette attirance existe et il est peut-être temps que celle-ci soit assumée au grand jour.

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.