Suivez-nous

Actu/News

Sexualité en France : les derniers chiffres

Pierre Des Esseintes

Publié

le

Ces dernières années ont été exceptionnellement riches en études sur la sexualité des Français. L’occasion de faire le point sur la diversité des pratiques dans notre beau pays, et de constater que les plus chauds du slip ne sont pas toujours ceux que l’on croit !

Nombre de partenaires : les franciliens champions !

Le site de vente de sextoys amorelie.fr a confié à Ipsos, en 2015, le soin de réaliser une enquête pour mieux connaître les pratiques sexuelles des Français. Cette étude a révélé que sur toute la durée de leur vie, nos compatriotes connaissent en moyenne 9,5 partenaires sexuels différents (8 pour les femmes, 11 pour les hommes). Évidemment, les 35 ans et plus ont davantage d’expérience (11) que leurs cadets (6).

Géographiquement, les franciliens remportent la palme du nombre de partenaires (16 en moyenne, contre 8 en Province). On compte 8 partenaires en moyenne dans le Sud-Est et 11 dans le Sud-Ouest. C’est à Paris que l’on compte la moyenne la plus importante du nombre de partenaires (17). Comme quoi, la chaleur ne dispose pas forcement à la multiplication des aventures ! Si certains coureurs invétérés font grimper la moyenne, une majorité a eu 5 partenaires maximum au cours de sa vie sexuelle. 4% des sondés n’en ont jamais eu (15% des 18-24 ans), 20% en ont connu un seul (22% des femmes et 18% des hommes), 21% en ont eu deux ou trois (23% des femmes contre 19% des hommes) et 16% de quatre à cinq (18% des femmes contre 15% des hommes). Ce sont les hommes qui déclarent le plus de partenaires au cours de leur vie : 19% (contre 16% des femmes) déclarent en avoir eu de 6 à 10, 12% (contre 9% des femmes) de 11 à 20 et 10% (contre 5% des femmes) plus de 20. Comment expliquer cette différence ? Les femmes auraient–elles tendance à sous-déclarer le nombre de partenaires qu’elles ont connus, de peur de passer pour des salopes, ou bien font-elles preuve d’une mémoire sélective en oubliant volontairement les plus mauvais coups ?

L’amour est dans le pré

Autre enseignement intéressant : la vie sexuelle des Français varie selon leur métier. Ainsi, on sera surpris d’apprendre que ce n’est pas chez les cadres urbains que l’on rencontre le plus d’échangistes, mais chez les agriculteurs ! 15% d’entre eux avouent pratiquer l’échangisme, contre 4% pour la moyenne nationale. La vie au grand air serait-elle bénéfique pour la libido ? A 48%, nos paysans confessent avoir déjà fait l’amour dans un lieu public, contre 29% des gens à l’échelle nationale.

Les métiers qui ont recours le plus fréquemment à des sextoys ? Les professions libérales (dentiste, avocat médecin, pharmacien, ingénieur, etc.), à 70% ! Elles pratiquent aussi le bondage (20%), davantage que les autres professions (11%).

Au-delà des statistiques, le plus important dans une relation sexuelle, c’est quand même le plaisir qu’on en retire. C’est là que le bât blesse, car le sexe, en France, n’est pas toujours synonyme de plaisir, loin de là. Ainsi, parmi les Français comptant au moins deux partenaires sexuels au cours de leur vie, 43% considèrent que la moitié seulement de leurs partenaires leur ont donné du plaisir. Parmi eux, 2% estiment qu’aucun ne s’est montré à la hauteur, 20% moins de la moitié et 21% la moitié exactement. Les femmes se montrent particulièrement insatisfaites de leurs partenaires : elles ne sont que 45% à estimer que la majorité d’entre eux les ont comblées ! Pour 23% des femmes, seule la moitié leur a procuré du plaisir, et 31% moins de la moitié. Du côté des hommes, les choses semblent mieux se passer : 68% d’entre eux considèrent que plus de la moitié de leurs partenaires leur ont donné du plaisir, dont 32% toutes ou presque. Seulement 21% des femmes considèrent quant à elles que tous leurs partenaires les ont satisfaites.

Le plaisir féminin, enfin reconnu !

Pourtant, le plaisir féminin est de plus en plus pris en compte. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude de 2018, menée par la sociologue Janine Mossuz-Lavau, pour son essai La Vie sexuelle des Français. La chercheuse a interrogé 65 Français, de 19 à 85 ans, hommes et femmes, issus de tous les milieux socio-professionnels. Elle a constaté, au cours de ses entretiens, une libération de la parole, notamment en ce qui concerne la bisexualité, mais surtout, une prise en compte inédite du plaisir des femmes. « On sait aujourd’hui, affirme la chercheuse, que le plaisir féminin existe, qu’il ne vient pas comme ça, qu’il ne suffit pas que le mec fasse des allées et venues rapidos. On sait qu’il y a un truc qui s’appelle le clitoris et que la pénétration ne donne pas le même plaisir, même si elle permet une fusion car les corps sont imbriqués » (source : AFP).

Du côté des pratiques…

Revenons à l’étude de l’IFOP. Elle nous révèle que les pratiques sexuelles préférées des Français sont la fellation ou le cunnilingus (70% les ont déjà pratiqués). La sodomie est plébiscitée par un Français sur quatre. L’amour dans un lieu public est une pratique qu’ils adorent, puisque 29 % d’entre eux ont déjà pris le risque ! L’usage des sextoys s’est peu à peu répandu, puisque 24% de nos compatriotes en ont déjà utilisé avec leur partenaire, et 20% seuls (27% des femmes contre 13% des hommes).

Les jeunes femmes sont les premières à reconnaître apprécier les vibes de leur rabbit (30% des femmes de moins de 35 ans). Les jeux de rôle et le bondage progressent chez les jeunes : 19% des moins de 35 ans ont déjà tenté les jeux de rôle, et 21% le bondage. Doit-on y voir un syndrome Fifty Shades ?

Bon, tout seul ou à deux c’est bien, mais à trois ou plus ? Combien de Français ont déjà tenté l’expérience ? Selon cette étude, 9% (12% des hommes et 7% des femmes) ! L’échangisme ne concerne, lui, que 4 % des sondés.

Vive les MILF !

Fin juin 2017, un site britannique d’information sur la contraception, Natural Cycles, a mené une étude sur 2 600 femmes divisées en trois groupes : moins de 23 ans, 23-35 ans, et plus de 36 ans. Résultat : plus elles avancent en âge, plus les femmes sont épanouies sexuellement. A partir de 36 ans, six femmes sur dix affirment obtenir fréquemment des orgasmes, contre cinq sur dix dans les autres groupes. Bon, c’est vrai, on le savait déjà… D’ailleurs, ne devrait-on pas parler aussi des plus de 50, voire 60 ans ?

Paris, ville de l’amour ?

En 2017 toujours, une étude menée par l’IFOP à l’initiative du site Cam4, et intitulée Observatoire de la vie sexuelle des Parisiens à l’heure des nouvelles technologies a comparé les Parisiens à l’ensemble des Français sur des questions relatives à la vie de couple, et aux pratiques sexuelles. Résultat ? La capitale se révèle un creuset d’expérimentation ou s’élaborent les sexualités de demain, et également un refuge pour les sexualités alternatives, comme l’homosexualité ou l’échangisme.

On compte près de deux fois plus d’homosexuels à Paris que sur l’ensemble du territoire. En effet, 13% des Parisiens se définissent comme gays, contre 7% ailleurs en province. Les expériences bisexuelles seraient également plus faciles à vivre à Paris, 27 % des Parisiens en ont déjà vécu, contre 17 % dans le reste du pays. Quant au libertinage, il a déjà été tenté par 15 % des Parisiens. C’est trois fois plus que la moyenne nationale !

Venons-en à la pratique sexuelle la plus répandue : l’infidélité. Sans surprise, la capitale est propice aux liaisons clandestines, notamment chez les hommes. 58 % d’entre eux ont déjà fauté, contre 48 % en province.

La capitale constitue également un réservoir d’opportunités pour vivre une sexualité récréative. Ainsi, les Parisiens avouent un nombre de partenaires sexuels deux fois plus élevé (19) que la moyenne nationale (11) ! Paris est aussi la capitale des idylles sans lendemain, pour les deux tiers des hommes (66%) et la moitié des femmes (50%). Dans ce même contexte, 44% des hommes et 14% des femmes avouent avoir fait l’amour avec une personne sans connaître son prénom !

PARIS – AUGUST 14: With the Eiffel Tower in the background, a young French couple kiss as they enjoy a dip in the Trocadero fountains during one of the hottest days of the summer August 14, 2002 in Paris. (Photo by Pascal Le Segretain/Getty Images)

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.