Suivez-nous

Actu/News

Premiers pas dans le libertinage : mode d’emploi

Pierre Des Esseintes

Publié

le

La première expérience du libertinage constitue toujours, pour un couple, un bouleversement des habitudes sexuelles, et parfois une mise en danger. Nous avons tenté de répondre aux questions les plus fréquentes que se posent les couples débutants. Suivez le guide.

Faut-il être très amoureux pour libertiner ?

Le libertinage, avant de constituer un ensemble de pratiques de sexualité plurielle, c’est d’abord la démarche d’un couple qui, après quelques années de vie commune, s’est posé la question de savoir comment « booster » sa sexualité.

Dans sa préface au livre de Christine Ley, Voyage au pays de l’Echangisme, Frédéric Beigbeder parle de l’échangisme comme d’une « solution » pour faire durer son couple,  reposant sur « des règles du jeu très précises, qui permettent de protéger l’amour en le séparant du sexe. »

Le libertinage nécessite beaucoup d’amour, de dialogue et de compréhension au sein du couple. Selon le sexologue Denis Fruleux, le libertinage « pourrait être la continuité d’une trajectoire amoureuse, construite à l’origine dans une intimité suffisamment conséquente dans sa qualité, comme dans sa durée. »

Didier Menduni, auteur du Guide de la France coquine et libertin confirmé, m’a confié qu’il n’inviterait jamais, dans un club, une femme dont il n’est pas amoureux : « Si je suis libertin, assure-t-il, c’est pour offrir à la femme que j’aime un surplus de plaisir. »

Pour sa première soirée libertine, faut-il préférer le club ou la soirée privée ?

Quand on débute dans cette sexualité, il faut bien comprendre ce qu’une soirée privée signifie : se retrouver avec des gens que l’on ne connaît pas, pour faire des choses que l’on a jamais tentées auparavant ! Le club libertin, au contraire, permet de se rendre compte des pratiques, de se mettre dans l’ambiance, sans passer tout de suite à l’action. Ainsi, on peut « prendre des images », se poser des questions sur ce que l’on a envie de faire (ou pas), et en parler ensuite en couple, de retour à la maison. On peut aussi choisir un club proposant un restaurant, ce qui permet de converser avec d’autres couples, s’informer sur les us et coutumes… Dans certains clubs, il existe des salons fermés, dans lesquels on peut s’isoler à deux, pour commencer. Un bon moyen pour faire l’amour en dehors de la maison, sans pour autant se mélanger à d’autres couples dès la première fois !

Faut-il organiser sa première soirée libertine chez soi ?

Pourquoi pas, mais attention : êtes-vous vraiment prêt à recevoir des inconnus dans l’intimité de votre foyer ? Proposer à un couple de partager des ébats dans votre chambre à coucher est une très mauvaise idée. Être libertin, c’est aussi poser des limites, et respecter l’intimité de son couple. Si la soirée se déroule dans votre salon, attention au préservatif que vous retrouverez inévitablement, des semaines plus tard, coincé entre les deux gros coussins du canapé !

La règle d’or à respecter : le consentement mutuel.

Même si cela paraît évident, attention, avec votre conjoint(e), à être bien d’accord sur le but de votre sortie, et sur ce que vous voulez faire. Si l’un des deux partenaires du couple est « poussé » par l’autre, cela risque de mal se passer.

Kevin, patron de La Chrysalide à La Seyne-sur-Mer, assiste fréquemment à ce cas de figure : « En général, je sais tout de suite déceler lequel a été poussé par l’autre. C’est souvent l’homme qui entraîne sa compagne. Au début, tout va bien, on se montre curieux et tolérant, on prend un verre ou deux, puis, si la fille s’enflamme et embrasse un homme, son compagnon va se rendre compte qu’il ne contrôle plus rien, et il peut très mal le vivre…  Ça arrive tout le temps ! On a l’habitude de réagir rapidement à ces situations. Il m’est arrivé fréquemment de raccompagner le couple à la sortie, en lui expliquant qu’il n’était pas prêt.»

C’est pour cela aussi que pour une première fois, il est préférable de sortir en club. « Une scène de jalousie dans une soirée privée, prévient Kévin, on ne sait pas comment ça peut partir ! ».

Mesurer les risques

Vous vivez en couple, et vous êtes tous les deux persuadés que votre complicité est inébranlable. Mais attention, en soirée libertine, même si vous mettez au point un système de codes indiquant à l’autre que vous préférez, à un moment, que le jeu s’arrête, gardez à l’esprit que la sexualité nous déborde parfois. Ainsi, dans le feu de l’action, on peut facilement dépasser les limites que l’on s’était imposées. Chez certains couples, l’interdit consiste souvent en un refus de partager ce qui doit, selon eux, ne relever que de la sphère de l’intime : le baiser, par exemple. Or, on le sait, on a vite fait d’embrasser son partenaire, dans le feu de l’action.

Peut-être vaut-il mieux, alors, ne pas se donner trop de limites, comme le conseille Didier Menduni : « Il faut monter sur la planche de surf, et voir où la vague va nous mener. Une fois revenu sur le rivage, on peut réfléchir à ce que l’on a aimé ou pas, et voir ce que l’on envisage pour l’avenir. »

Précisons que ce point de vue est loin d’être partagé par tous les libertins. Parmi eux, nombreux sont ceux qui préfèrent contrôler le jeu et procéder par étapes !

Lors de la première soirée en club, est-il préférable de ne rien faire ?

L’animateur Patrick Sébastien, grand connaisseur du libertinage, m’a confié qu’il était préférable de « ne rien faire la première fois. Simplement regarder ce qui se passe, y repenser par la suite. Et si vous vous sentez assez costaud pour faire quelque chose la deuxième fois, allez-y ! Ce sont des endroits formidables, où l’on peut vivre ses désirs en toute liberté, ou l’on n’est pas jugé, et où il n’y a besoin d’aucun investissement affectif. »

On peut évidemment passer une excellente soirée en club libertin et ne rien faire d’autre que danser. Pour une femme, s’habiller ultra sexy sans avoir peur de se prendre une main aux fesses est déjà un plaisir en soi… Mais il arrive fréquemment, selon Kevin (de la Chrysalide), que dès la première fois, « les couples aillent un peu plus loin que ce qu’ils avaient décidé au départ. »

Procéder par étapes

Danser la première fois, revenir une semaine après et faire un petit tour dans les coins câlins, la fois suivante s’enfermer dans un salon privé, essayer le côte à côtisme, puis du mélangisme, etc. : voilà la démarche la moins risquée. Enfin, même si cela paraît évident, souvenez-vous que vous n’êtes jamais obligé de rien. Certaines personnes influençables n’osent pas dire non et le vivent très mal.

Etre parrainé par un couple plus aguerri : une bonne idée ?

Assurément, mais attention toutefois à l’influence que peut exercer le couple de « parrains ». Selon Kevin, il peut exister un problème de conflit d’intérêts entre ce couple et les débutants : « on ne sait pas toujours sur qui l’on tombe. Tout le monde n’a pas forcément une bonne influence. Si les anciens prétendent initier les débutants dans le seul but de coucher avec eux, ceux-là risquent de se faire une fausse idée de ce qu’est le libertinage… Il faut que les gens soient autonomes, se fassent eux-mêmes leur opinion ! »

A vous, maintenant, d’inventer vos propres aventures dans le libertinage. Lancez-vous, surprenez-vous, en respectant votre couple. Enfin, dernière recommandation, et non des moindres : sortez couverts !

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.