Suivez-nous

Actu/News

Les 10 meilleures parodies politiques

Dimitri Largo

Publié

le

Le climat politique est en totale fusion ces temps-ci : ça part dans tous les sens ! Cela-dit, cela fait des années que le porno s’en amuse à travers des parodies loufoques et grivoises mais souvent tirées de faits réels. Passage en revue de ce qui se fait de mieux en la matière.

Erection nationale (2016)

L’un des premiers film du studio Jacquie et Michel Elite et réalisé par Kris Bakelit. En vedette, une Julie Valmont plus plantureuse que jamais ! Après un crash aérien qui a vu la disparition du chef de l’opposition, la MILF rousse se retrouve avec une voie royale pour être la candidate investie aux primaires de son parti. Sur les recommandations de son conseiller politique interprété par Max Casanova, elle s’adjoint les services de Fira Ventura, fraîche émoulue de l’Ena, qui va lui cibler les adversaires politiques restant à éliminer. Ca tombe bien, ils ont tous le même vice : le sexe ! Avec un casting affichant aussi Ana Polina, Marina Beaulieu et Angel Wicky, cette parodie s’adresse particulièrement aux amoureux des fortes poitrines. 

DXK (2011)

Une production estampillée Hot Video qui rebondit sur les déboires de Dominique Strauss Kahn avec Nafissatou Diallo, la femme du ménage du Sofitel de New York qui l’a accusée de viol en 2011. L’ancien favori socialiste à l’élection présidentielle de 2012 y est parodié sous le nom de David Sex King, un politicard libidineux et ventripotent qui se balade en peignoir léopard. Pour son interprétation, c’est un Roberto Malone aussi crépusculaire que Marlon Brando dans L’île du Docteur Moreau qui s’y colle. Entouré d’Anissa Kate, Katia de Lys, Ivana Sugar et Sandra Romain, la légende italienne cadre parfaitement avec l’idée que l’on se faisait de DSK lors de ses sauteries. Ce film est aussi la dernière occasion de le voir déballer sa queue lourde et épaisse. Il jouit désormais d’une retraite paisible du côté de Rome, si tant est que ce terme a un sens pour lui…

Nailin’ Pailin (2012)

Sans Sarah Palin, Trump n’aurait jamais pu devenir ce qu’il est désormais : l’homme le plus puissant de la planète ! Egérie du Tea Party, l’ancienne Gouverneure de l’Alaska lui a préparé le terrain auprès de l’électorat rednecks. Faut dire qu’elle avait de sérieux arguments, abstraction faite de ses idées sans queue ni tête, résumés par Lisa Ann quand elle l’a interprétée dans la parodie de Hustler : une silhouette sexy, un pare-choc démentiel, des lèvres pulpeuses et une queue de cheval qu’on a envie d’attraper. A l’heure actuelle, le film reste le plus gros succès vidéo de la compagnie de Larry Flint.   

The Donald (2016)

Parfait candidat à la parodie, Donald Trump a bien évidemment eu droit à des films dédiés à sa personne. Beaucoup sont pourris de chez pourris, mais The Donald a le mérite de sortir du lot. La ressemblance de l’acteur Evan Stone avec l’original est plutôt convaincante et la personnalité outrancière de Trump permet au film d’éviter de s’embarrasser avec une histoire : une succession de sketches sous le bureau de campagne ou dans la chambre à coucher fera l’affaire. De toute façon, ce qui compte, c’est le casting et de ce point de vue, Hustler reste fidèle à ses principes avec des bombes comme Britney Amber, Alyssa Lynn ou Natasha Starr.

The Candidate (2017)

En 2017, le studio girl friendly Sweetheart Video surprend son monde avec l’histoire d’une politicienne lesbienne, la sénatrice Hanlon, interprétée par Brandi Love. En lice dans la course à la Maison Blanche, elle va devoir ruser pour dissimuler ses liaisons interdites à ses rivaux prêts à tout pour l’évincer. Un point de vue dystopique original et l’opportunité de voir Brandi et Penny Pax se bouffer la cramouille sur le sol du van de campagne.

Hard Brexxxit (2017)

Le Brexit, c’est comme une queue de black : ça n’en finit jamais ! Les Anglais en perdraient presque leur flegme légendaire, mais ce qui est sûr, c’est que le divorce avec l’UE ne leur fait pas perdre leur sens de l’humour. En effet, comme dirigeant à parodier, le studio britannique TelevisionX n’a pas trouvé mieux que Theresa May, qui ferait passer Angela Merkel pour un top model. Heureusement, le sosie, Rebecca More, est loin d’être fidèle à l’original. En prime, on retrouve les avatars de Jeremy Corbyn, leader du Labour, Trump et sa femme Melania entourés par Tina Kay, Alexis May et Busty Cookie.

Measure X (2014)

Un film au titre chelou qui fait référence à la mesure B qui imposa brièvement le port de la capote pour tous les tournages tournés dans le district de Los Angeles il y a quelques années. Nommé au titre de Meilleure Comédie aux AVN Awards 2014, le film de Mike Quasar produit par Zero Tolerance raconte un monde où le porno ne se ferait qu’avec des préservatifs sous la surveillance d’une police aux ordres d’un politicien corrompu qui, paradoxalement, n’aime mater que des pénétrations sans capuchon. A l’époque, le casting déniché était cinq étoiles : Capri Cavanni, Bonnie Rotten, Lola Foxx, Adrianna Luna et Jayden James.

Debbie for President (1988)

Après Debbie does Dallas, la légende Alicia Monet renfile les habits de lumière de la reporter Debbie et c’est pour la course à la Maison Blanche. Le patron de Debbie, alias John Leslie, l’envoie avec son cameraman Joey Silvera couvrir les élections présidentielles. Elle ira introduire le vice jusque dans le Bureau Ovale. Production Coast to Coast réalisée par Bob Vosse, Debbie for President est un must have dans une filmothèque. Notez qu’on y retrouve déjà Nina Hartley, l’Immortelle, qui rodera cette année encore dans les allées du salon de Vegas.

Erection Election (2014)

Entretemps, Nina, la sage femme du hard, a fait un passage sur le plateau d’Amber Michaels pour Erection Election. Dans le rôle d’une assistante politique qui en a assez des frasques de sa boss, Nina décide de prendre la sexy Amber en main et de lui infliger une série de sévices SM. On l’a fait pas à l’envers à la vieille ! Une scène lesbienne intergénérationnelle qui vaut son pesant de cacahuètes. 

USAss Elections (2016)

On termine par la plus cheap des productions mais pas la moins fun. Dans le pro-am américain, Carmen Rivera est une figure loufoque qui ne s’embarrasse pas du manque de moyens. Avec USAss Elections, co-produit avec une petite boite allemande, elle se contente de mettre des masques en carton de Trump et d’Hillary Clinton à ses acteurs. Celui qui porte le masque de Trump se fait même enculer à grand coup de striker. Ca n’a pas de sens, c’est ridicule et c’est bien pour ça que c’est génial.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.