Suivez-nous

Actu/News

Quand le libertinage booste la sexualité du couple…

Pierre Des Esseintes

Publié

le

Pour autant que la décision de libertiner soit prise à deux, le libertinage permet de dynamiser sa vie sexuelle sans créer de fracture dans le couple. Il permet dans bien des cas de redécouvrir son partenaire, mais aussi les possibilités de son propre corps. Aurélie et Mat, nous ont confié leurs motivations pour sauter le pas, et raconté leur nouvelle vie de couple libertin épanoui.

« C’était pas tous les jours la fête du slip! »

Aurélie, 34 ans, est venue avec son compagnon, Mat, 36 ans, pour une interview dans un café cosy du vieux Lille. « Tous les couples connaissent le problème, je pense… » soupire la jolie blonde en fixant sa tasse de café. « Avec le boulot, la fatigue, un enfant en bas âge, c’était pas tous les jours la fête du slip! », plaisante-t-elle. Puis, ses yeux pétillent lorsqu’elle avoue : « enfin ça, c’était avant ! Avant que l’on se rende en club libertin !» Mordant dans son cookie avec gourmandise, elle évoque ses premiers moments dans le libertinage : « C’est Mat qui m’a proposé. Pour une soirée de la Saint Valentin qui, pourtant, s’annonçait plutôt classique ! Je n’aurais pas aimé qu’il m’emmène dans ce genre de boîte sans me prévenir. Nous en avons beaucoup parlé. Je n’étais pas du tout partante, au départ. Mais il a su me convaincre, en m’assurant que nous n’étions obligés de rien, que la première fois c’était “juste pour voir” ». Mat savoure son cappuccino et regarde sa compagne avec admiration : « On avait besoin de déconnecter du quotidien, confie-t-il, et de nous retrouver. Pour ça, le club libertin est le meilleur endroit. C’est une sorte de cocon protégé, à l’intérieur duquel tout est possible ». « Et où rien n’est obligatoire…», renchérit Aurélie en souriant, reprenant la formule consacrée chez les libertins !

« Nous avons redécouvert nos corps »

Mat, radieux, justifie sa démarche : «  Nous n’avions plus de sexualité. Nous en étions à nous dire que faire l’amour signifiait restreindre le temps de sommeil. C’est pour vous dire que nous n’étions pas loin du naufrage ! ». Nous y voilà : le libertinage constituerait le moyen privilégié pour réveiller une sexualité assoupie. « Nous avons redécouvert nos corps, se réjouit Aurélie. D’abord, avant de sortir, on doit se mettre en valeur, bien s’habiller… ça, de nos jours, c’est plutôt rare ! En club, on peut s’habiller ultra sexy, et ce sera toujours valorisant, pas comme dans une boîte traditionnelle ou dans la rue. On ne se fera jamais draguer lourdement, ni traiter de pute. C’est la première démarche qui permet de regarder son couple autrement, de casser les habitudes. Moi, je me suis surprise à penser : wow, il est pas si mal, mon mec, finalement ! »

Une complicité retrouvée

Et après, une fois que l’on a passé la porte ? « Il est important de ne pas banaliser le truc, soutient Aurélie. Au début, voir son mec faire l’amour avec une autre fille, ça fait quand même un choc. Mais je suppose que ça a été pareil pour lui. La première fois, je me souviens, il me tenait la main pendant que je me faisais prendre ! Ça n’a l’air de rien, mais je me dis que c’est une belle preuve d’amour, de pouvoir aller au-delà de la jalousie… En sortant du club, nous nous sommes promis de ne jamais rien faire l’un sans l’autre ! »

De nouvelles pratiques

Pour Aurélie, le libertinage a été d’abord l’occasion de découvrir le corps d’autres femmes : « La bisexualité féminine est très valorisée dans ce milieu. Me voir faire l’amour avec des filles a été non seulement une source d’excitation pour Mat, mais aussi une révélation pour moi. Je me suis rendue compte que j’adorais caresser un corps de femme. C’est quelque chose que je trouve compliqué à réaliser en dehors du libertinage… » Et Mat, est-il tenté, lui, par la bisexualité ? « Je n’ai jamais essayé, mais pourquoi pas, un jour… L’avantage, dans le libertinage, c’est que l’on se reconnecte avec son corps et ses possibilités. Avec les autres “pratiquants”, on parle beaucoup de sexualité, rien n’est tabou, et évidemment, on apprend énormément ». Et les prochaines étapes ? Aurélie avoue être tentée par la double pénétration, un fantasme « qui occupe (s)on esprit depuis longtemps. D’ailleurs, poursuit-elle, c’est l’un des avantages majeurs du libertinage : on peut y réaliser facilement ses fantasmes. Si l’on se connecte sur un site de matching, et que l’on écrit dans son annonce que l’on veut absolument essayer la « double », comment ne pas passer pour une salope ? » Mat, hilare, renchérit : « dans le libertinage, personne ne se permettra de vous juger ! Si des gens le font, c’est qu’ils n’ont rien à faire là ! »

De nouveaux horizons

Puisqu’on parle de jugement, il m’est arrivé, en enquêtant dans les clubs pour les besoins de cet article, d’être heurté par les propos de certains patrons de clubs concernant la bisexualité masculine. Certains n’excluaient pas de virer manu militari des garçons ayant eu l’impudence de s’amuser entre eux ! Pourtant, le libertinage pourrait fournit aux hommes l’occasion de goûter à des plaisirs nouveaux ! Olivier, charmant quadra de Nice, m’a fourni par mail un témoignage, reflétant une réalité du libertinage dont on parle peu : « Peu après notre inscription sur un grand site de rencontres libertines, avec ma femme, nous avons rencontré un couple très sympa et très ouvert, Marc et Nathalie [les prénoms ont été changés]. Ils étaient bi tous les deux, et grâce à eux j’ai pu assumer mon attirance pour le sexe masculin. Ma femme a d’abord été surprise, mais lorsqu’elle m’a vu avec la queue de notre hôte dans la bouche, ça l’a énormément excitée ! Récemment, je suis même allé un peu plus loin. Marc m’a pris, à quatre pattes sur le tapis du salon, pendant que nos femmes se branlaient mutuellement en nous regardant. Un moment magique ! »

Redécouvrir son couple

Le libertinage, un moyen de renforcer la complicité, mais aussi d’éviter la tentation de l’infidélité ? « Sans doute, assure Mat. Le libertinage n’a de sens que s’il permet de redécouvrir son couple, de le valoriser, et de le respecter plus qu’on ne l’a jamais fait ! » Et tout ça, en baisant avec des inconnus ? Aurélie éclate de rire : « Oui, ça peut paraître paradoxal, mais c’est bien comme ça que ça se passe ! »

Le psychiatre et psychanalyste Willi Pasini explique dans son essai Les nouveaux comportements sexuels, qu’ « au rythme rassurant d’une vie à deux, beaucoup d’hommes et de femmes préfèrent la solution d’une sexualité au format multiple, de rencontres-croisements avec d’autres couples qui distraient et diversifient leur vie sexuelle sans créer pour autant de fracture. En effet, de retour chez eux, les échangistes aiment se raconter ce qui s’est passé et retrouver ensuite le désir de faire l’amour, mais cette fois à deux ». (1)

Etre libertin, ce n’est donc pas trahir l’amour, c’est simplement inviter d’autres couples à participer à des jeux qui ne relèvent, strictement, que du sexe.

Attention aux faux libertins !

Alors, le libertinage, panacée pour le couple ? A entendre le témoignage d’Aurélie et Mat, on pourrait le penser, et c’est bien souvent le cas, pour autant que l’épanouissement de la sexualité ne se réalise pas au détriment du partenaire. En effet, il arrive parfois, et les patrons de clubs connaissant bien cette configuration, que la compagne de ces messieurs soit reléguée au rôle d’objet sexuel, de « passeport » servant à franchir la porte d’entrée, ou de monnaie d’échange. Les habitués du milieu, et les professionnels de la nuit, savent repérer ces faux libertins qui restent heureusement minoritaires. Dans les clubs dignes de ce nom, ils se font éconduire courtoisement, mais fermement !

Protéger l’amour…

Finalement, selon les multiples témoignages de libertins que j’ai pu recueillir par e-mails, ou au fil des soirées, j’ai constaté que, pour une grande majorité des couples, la complicité, y compris sexuelle, se trouve renforcée. C’est en ce sens que Frédéric Beigbeder parle de la « solution échangiste » qui « repose sur des règles du jeu très précises, qui permettent de protéger l’amour en le séparant du sexe ». (2)

Protéger l’amour, certes, mais pour autant que les sentiments soient intacts. Car le libertinage ne peut en aucun cas être une solution pour sauver son couple. Didier Menduni, auteur du Guide de la France Coquine, m’a confié pour mon livre Osez le libertinage que la sexualité plurielle ne doit pas servir à autre chose qu’à s’amuser : « si le désir seul est éteint, alors effectivement, un couple peut être relancé de cette façon. Par exemple, lorsqu’un homme se rend compte qu’un autre s’intéresse à sa femme, et inversement, si une femme constate que son homme peut encore séduire, l’expérience peut être très stimulante pour le couple. »

Autre conséquence presque systématique dans la pratique du libertinage : même si l’homme se trouve à l’initiative de la première soirée, c’est souvent sa compagne qui va décider si « on continue ou pas ». C’est, pour le couple, une forme de nouvelle maturité sexuelle. Et une leçon d’humilité pour les hommes. L’adage « l’homme propose, la femme dispose » prend alors tout son sens. Selon le sexologue Denis Fruleux, si « 85% des hommes décidaient seuls du moment de faire l’amour avec leur compagne, ils ne sont plus que 15 % avec le libertinage. » Le libertinage redistribue les cartes du plaisir au sein du couple. Denis Fruleux ajoute que, loin de résoudre les problèmes de couple, le libertinage « pourrait être la continuité d’une trajectoire amoureuse, construite à l’origine dans une intimité suffisamment conséquente dans sa qualité, comme dans sa durée. » De simple jeu, il peut devenir le point de départ d’une nouvelle complicité amoureuse, et d’un épanouissement sexuel retrouvé.

(1) Willy Pasini, Les nouveaux comportements sexuels, éd Odile Jacob, 2003, p. 171.

(2) Frédéric Beigbeder, préface au livre de Christine Ley, Voyage au pays de l’Echangisme, éd. Favre, 2003, p. 8.

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.