Suivez-nous

Actu/News

Le point sur le fist

Pierre Des Esseintes

Publié

le

Rares sont les pratiques sexuelles suscitant autant de fascination que le fist fucking. L’image d’une main pénétrant un vagin ou un anus évoque souvent la domination, voire le danger ou la violence. Pourtant, le fist peut constituer, s’il est exécuté dans les règles de l’art, un moment de complicité unique avec son partenaire.

Tout d’abord, posons-nous une question toute simple : pourquoi éprouve-t-on le désir de pénétrer un vagin ou un anus avec sa main entière ? Du côté du receveur, est-il si agréable de se sentir ainsi rempli, et de se faire distendre à ce point les chairs ? La pratique n’est pas anodine, et elle nécessite un échange approfondi (si l’on peut dire) avec votre partenaire. Car avec le fist, on expérimente avec lui une fusion totale, on entre au plus profond de son être, par une voie intime et vulnérable.

Avant tout chose, on se pose les bonnes questions. En ai-je vraiment envie ? Les orifices (vagin ou anus ) sont-ils suffisamment accueillants ? Mes mains ne sont-elles pas trop grosses ? Vont-elles, à force de caresses, finir par se faire accepter par les orifices ? Ensuite, il faut disposer de temps, et d’une disponibilité psychologique totale. Alors, vous êtes prêt pour une leçon un peu particulière ? Suivez le guide !

Jouez sur un terrain propre

Inutile de nettoyer le vagin avant un fist. La flore vaginale procure au vagin un auto nettoyage tout à fait suffisant ! Un lavement vaginal peut même se révéler dangereux, car il provoque un déséquilibre de la flore. A l’inverse, pour le fist anal, un lavement est indispensable, dans la mesure où la présence de caca, en plus de provoquer le dégoût, peut également irriter les tissus, et rendre la pénétration très désagréable. Optez pour un lavement à l’eau à température du corps, sans ajout de savon ou d’antiseptiques.

Lubrifiez !

Cela va de soi, même si certaines femmes pensent que la lubrification naturelle suffit pour pratiquer un fist vaginal, il est toujours préférable d’utiliser des gels, et en abondance ! Utilisez des gels à base d’eau ou de silicone. Pour le fist anal, deux options ont été popularisées par les gays : le Crisco, une margarine blanche, à la consistance épaisse, presque inodore, et le J-Lube, produit vétérinaire dont l’usage a été détourné. Ce dernier servait, en effet, à lubrifier la main avant de procéder à l’examen gynécologique des vaches. Le J-Lube se présente sous la forme d’une poudre à diluer dans l’eau. Ce produit procure une glisse exceptionnelle, et ne sèche pas, contrairement à tous les lubrifiants à base d’eau que l’on trouve en grandes surfaces. Petite astuce : une fois préparé, le J-Lube peut être placé dans le congélateur. La sensation de fraîcheur procure un plaisir incomparable, selon les amateurs !

Fist anal : peur d’avoir mal ?

Avoir envie de se faire enfoncer le cul par une main entière, c’est déjà une première étape, mais c’est loin d’être suffisant. Si vous n’êtes pas familier de ce genre de pratiques, voici quelques suggestions de produits efficaces :

  • La titanoréine lidocaïne 2% crème. Indiqué pour soulager les douleurs en cas d’affections anales, il a un effet anesthésiant très efficace.
  • La xylocaïne en gel spécial anesthésique. On conseille de la mélanger au lubrifiant. Convient au fist vaginal et anal.
  • Les suppositoires Lamaline, sur ordonnance. Efficace également, car il contient un extrait d’opium.
  • Et bien sûr, le poppers ! Connu pour lever les inhibitions et exacerber la sensualité, il est fréquemment utilisé pour faciliter la sodomie. Évidemment, il constitue la drogue (légale) idéale pour « s’ ouvrir » davantage à son partenaire. Attention quand même à l’euphorie que le poppers peut provoquer, n’allez pas au-delà de vos limites !

Nous ne saurions que trop vous recommander la plus grande prudence si vous utilisez ce type de produits. En effet, par la douleur, votre corps vous fait passer un message : il faut savoir l’entendre, et ne pas aller trop loin !

Entraînez-vous !

Si le fist vaginal ne nécessite pas d’entraînement particulier, le fist anal, lui, se mérite ! Il vous faudra vous entrainer à vous dilater les sphincters avec plusieurs godes (du plus petit au plus grand, bien sûr !). Ce stretching anal progressif peut durer des semaines, voire des mois. Et puis, un jour, vous vous sentirez prêt. Il ne vous restera plus qu’à trouver la bonne position et à vous détendre ! La position allongée sur le dos est idéale pour le fist vaginal. Pour le fist anal, la position à quatre pattes est recommandée : c’est celle qui présente le mieux votre anus à votre partenaire.

Erik Rémès, dans son excellent guide Osez le Fist fucking (éd. Alixe), cite le témoignage de Deborah Addington, auteur du guide consacré au fist vaginal intitulé The hand in the bush : « C’est arrivé “comme ça”. J’étais très excitée et je n’arrêtais pas de dire : “j’en veux plus, j’en veux plus !” et ma partenaire m’a répondu : “je ne peux pas plus, je viens de mettre mon pouce. Tu veux ma main ?” Et là, je me suis dit “waouh”. Je me suis retrouvée dans un espace transdimensionnel, et j’ai littéralement explosé. » L’auteur rappelle ainsi la condition incontournable pour réussir un fist fucking : l’excitation. Pour un fist vaginal, il est nécessaire de provoquer chez votre partenaire un état de fébrilité, d’attente. Ne lui imposez rien, laissez-là contrôler le jeu. Son corps lui appartient, et c’est vous qui êtes invité à l’intérieur, alors tâchez d’avoir un comportement exemplaire et ne prenez pas d’initiative sans y avoir été convié ! Excitez-là, d’abord en stimulant son clitoris de votre langue ou de vos doigts, puis entrez un doigt dans le vagin. Votre main sera idéalement équipée d’un gant de latex (pour éviter toute blessure avec les ongles). Introduisez vos doigts les uns après les autres, et ne soyez surtout pas avare de lubrifiant. Lorsque vous avez entré quatre doigts, utilisez votre pouce pour stimuler le clitoris. Jusqu’ici, tout va bien. Observez les réactions de votre partenaire, car le moment le plus délicat arrive : il faut maintenant entrer le pouce ! Placez vos doigts en cône (le pouce le long du majeur) et poussez doucement. Le vagin possède des capacités de dilatation exceptionnelles. Néanmoins, si votre partenaire ressent une douleur un peu trop forte, n’insistez pas et laissez-là souffler un peu. A propos de souffle, il est nécessaire que la fistée respire toujours lentement et profondément pendant l’opération. Peu à peu, fermez le poing et attendez que le vagin aspire votre main.

Effectuez des va et vient très lents, puis accélérez en observant toujours très attentivement les réactions de votre partenaire. Les mouvements de rotation sont particulièrement appréciés ! Tentez des mouvements circulaires en y associant une légère rotation du poignet. L’idéal, c’est de laisser faire votre partenaire, en l’incitant à s’empaler elle-même sur votre main par des mouvements de bassin.

Avec un peu d’expérience, vous pourrez tenter le punching, allers et retours du poing fermé dans le vagin, mais attention, là, vous jouez déjà dans la cour des grands ! En cas de douleur, si votre partenaire vous demande de vous retirer, faites-le avec une extrême lenteur, en un mouvement continu.

Le fist anal

Comme pour le fist vaginal , le jeu doit être entièrement dirigé par celui ou celle qui reçoit. Le donneur, lui, se met au service du fisté. C’est la base. Commencez par apprivoiser l’orifice anal par des caresses, introduisez un doigt, et laissez l’excitation monter… Puis procédez par étapes : jouez avec le trou, mettez un deuxième doigt, ressortez, ajoutez du lubrifiant, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous ayez les cinq doigts à l’intérieur. Là, c’est à votre partenaire de décider si vous pouvez continuer ou pas. Car le moment fatidique, c’est le passage de l’articulation du pouce. Resserrez bien vos doigts les uns contre les autres, tentez de ramener l’articulation du pouce au maximum à l’intérieur de la main et entrez, c’est ouvert ! Le fisté peut, à ce moment-là, sniffer un peu de poppers, ça passera mieux !

A ce stade, il faut bien vous souvenir d’une chose : quand on pénètre un anus, on force une porte, et l’on vient perturber un processus de contrôle. Abusez du lubrifiant et faites des mouvements très lents, sinon, vous provoquerez un réflexe de resserrement. Le fisté, lui, devra pousser, comme s’il était aux toilettes, afin de faciliter l’introduction de la main. Là encore, c’est le fisté qui contrôle le jeu : le cul absorbe la main jusqu’à se refermer sur le poignet. Cela peut être très déstabilisant pour le fisteur, qui aura l’impression que son poing est littéralement happé à l’intérieur du corps.

Bon, ça y est, la main se trouve à l’intérieur. Et maintenant ?

Il existe plusieurs techniques pour donner un maximum de plaisir à votre partenaire. Les principales sont :

  • Le soufflet : on ouvre et on ferme les doigts à l’intérieur du rectum.
  • Le piston : un mouvement de va-et-vient simple, que l’on peut combiner avec le punching : on rentre, on sort, avec le poing fermé… Réservé aux initiés !
  • Le vibrato : pour les virtuoses du fist, capables de faire vibrer leur poignet.

Le fist procure la sensation d’être rempli, mais il stimule également la prostate chez les hommes, ce qui peut conduire à l’orgasme, sans stimulation de la zone génitale. D’ailleurs, il n’est pas forcément recommandé de masturber le pénis pendant un fist, car cette caresse a tendance à resserrer les sphincters.

Voilà, vous avez à présent un aperçu de cette pratique qui, loi d’être brutale comme on l’imagine souvent, procure des moments de complicité incomparables avec son partenaire, homme ou femme. A vous d’imaginer, quand vous serez à l’aise avec ces jeux, des variantes un peu plus poussées, comme le double fist, le foot fucking, ou encore le « fist profond ». Alors, amusez-vous, et surtout, préservez votre santé !

A lire :

Osez… le fist-fucking, Erik Rémès, coll. Osez Xtrême, éd. Alixe, 166 p., 15,90 €.

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.