Suivez-nous

Actrices

Cassy Diaz. Les yeux revolver. La poitrine qui tue

Dimitri Largo

Publié

le

33 ans est un âge bien connu pour devenir célèbre et celui de Cassie Diaz, une actrice qui est arrivée de la Riviera pour rompre le dernier hiver. Du Sud, elle n’en a pourtant pas l’accent, mais ses yeux sont bleus comme la mer et sa gorge, profonde telle une fosse (/mer). Ok, je sors… mais n’empêche qu’elle est en vedette du prochain film de Jack Tyler pour J&M Elite, que pour LVDX, elle revient sur son début de carrière et surtout, sa grosse actu à venir. Enjoy.

LVDX : J’ai ouï dire que tu viens de terminer un projet ambitieux…

Cassy Diaz : J’ai eu le rôle principal. Le titre, c’est La fille du Président. C’était génial, Jack (NDLR : Jack Tyler, le réalisateur), il est génial. On a tourné en extérieur et de nuit parfois alors qu’il faisait 3°C. J’étais pas hyper habillée alors c’était compliqué ! Après, ça change des tournages que j’ai pu faire. Quand Jack m’a appelée, il m’a dit : « je te préviens, tu vas avoir beaucoup de texte », mais j’ai été briefée bien en avance pour l’apprendre. La plus grande place dans ce film n’est donc pas sur le « cul », même si j’ai deux scènes. Je précise que toutes mes scènes de comédie ont été faite en une seule prise. J’en suis fière. 

Peux-tu nous en dire plus sur l’histoire et ton rôle en particulier ?

(Elle rigole) C’est moi la fille du Président ! Je suis toxico et rejetée par mon père qui est corrompu. Une nuit, je me fais kidnapper à la sortie d’une boîte par un gang et je finis par me lier à mes ravisseurs. A la fin, mon père finit par tout perdre. J’ai du lire des textes de revendication avec un projecteur dans les yeux pour les scènes de demande de rançon ! (…) Que des mots recherchés, c’est la première fois que l’on va entendre parler de paupérisation du monde dans un film porno ! Quand je fais des tournages comme ça, je veux montrer que je suis pro.

Revenons aux origines, qu’est ce qui t’a motivée à faire du porn ?

Ce qui m’a poussée, c’est le côté caméra. Dans ma vie privée, je me faisais déjà filmer et un jour, j’ai eu envie que ce soit par des professionnels. J’ai envoyé un mail à Jacquie & Michel et j’ai été recontactée immédiatement.

Tu te faisais filmer par ton conjoint ou ton compagnon ?

Non, j’étais célibataire… C’était par des amis, quoi !

Des plans cul tu veux dire ?

(Elle éclate de rire) Voilà.

Pourquoi te lancer à la trentaine passée ?

Auparavant, j’ai eu d’autres envies… Moi, je vis en fonction de mes envies, celle d’explorer beaucoup de choses en privé, en club par exemple, car je suis libertine aussi. Dès que j’ai fait mes premières scènes, j’ai adoré. Je me suis découverte un attrait pour ce métier qui me plait vraiment beaucoup. Comme j’assume toujours ce que je fais, ce n’est pas quelque chose que je vais regretter plus tard.

Tu es libertine depuis longtemps ?

Non, c’est quelque chose que j’ai entamé il y a deux ans à la suite d’une longue relation de dix ans qui a été hyper compliquée. J’ai eu envie de m’amuser. 

Niveau libido, c’est la même chose ?

Ah non, non, j’ai toujours été très sexuelle ! Je suis née comme ça, je suis née pour ça, j’ai envie de dire ! Maintenant que je suis célibataire, je ne peux pas baiser tous les jours mais dès que je peux, le sexe, c’est non stop. D’ailleurs, j’ai même eu un surnom dans le milieu libertin. On m’appelait « la machine ». J’ai un gros rendement en terme de durée et d’intensité.

En effet, je suis tombé sur quelques-unes de tes fellations, c’est assez impressionnant…

C’est ma spécialité, quelque chose que j’adore faire et ça se ressent, tous les mecs me disent ça. Ca m’excite beaucoup et pour moi, c’est un art, comme un cunni. Je me perfectionne chaque fois un peu plus. Les gorges profondes, par exemple, j’ai appris ça l’année dernière. Ca me fait du sport aussi du coup !

Ton plaisir ne se trouve-t-il pas plutôt dans celui que tu donnes à ton partenaire ?

Oui, la réaction que je suscite me plait, mais j’aime vraiment sucer ! Quand je commence à faire une fellation à un mec, même lorsque je ne le connais pas, je vais voir au bout de deux ou trois minutes ce qu’il va préférer. Je vais sortir tout mon éventail et en fonction de ses réactions, je vais appuyer là-dessus. J’aime aussi commencer une fellation lorsque l’homme ne bande pas et le sentir gonfler dans ma bouche. Le gland est tout doux, j’adore ! 

Tu n’as pas de problème pour jouer avec le sperme ?

J’adore ! Je ne fais pas semblant de l’avaler et je dois être une des rares actrices françaises qui aime vraiment ça.

Revenons à tes débuts, comment ça s’est passé ?

J’ai fait deux scènes pour J&M, mon casting et un trio avec deux mecs. Ensuite, j’ai travaillé pour Sweet Prod en avril où j’ai fait notamment un trio, mais avec deux filles cette fois. Par la suite, ça s’est passé très vite, je suis parti à Prague et j’ai fait mon premier film Elite pour Canal Plus. L’été dernier, je me suis reposée. A cette époque, j’ai eu mes premiers moments de doute, je me suis demandée si j’allais arrêter ou pas. 

Pourquoi ?

A cause de Prague surtout.

Ah, tu as fait Legal Porn !

Oui, voilà…

Mais finalement, tu es toujours là.

Oui, ça me manquait trop. Au fur et à mesure de mes expériences dans le milieu, je découvre des choses qui me plaisent vraiment comme faire la grande scène des salons de l’érotisme et les théâtres lesbiens pour J&M. Je fais des cams aussi. 

Tu charbonnes comme on dit !

Oui car je ne fais que ça. Je ne peux pas me permettre de ne vivre que des tournages.

En tout cas, tu marches bien, tu as de beaux yeux, un bon socle de fans sur Twitter… Es-tu consciente de tout ça ?

Mon atout principal, ce sont mes yeux, je sais, d’ailleurs je m’en sers beaucoup, mais j’ai toujours eu du mal à me considérer comme une star. Je préfère ne pas parler de fan, mais d’abonné ou de communauté. J’en suis très proche. Je privilégie l’aspect humain et je ne cherche jamais à vendre quoi que ce soit. En salon, c’est pareil. Je ne « racole » pas, je laisse les gens venir à moi.

Parmi tes atouts, ce serait criminel d’oublier tes seins ! Ils sont naturels ?

Non, non, ce n’est pas naturel et figure-toi que lorsque je fais des cams ou autre, on me demande toujours si ce sont des vrais ou des faux. J’ai de la chance, ils sont extrêmement bien faits et je n’ai pas de cicatrices. C’est du D, ils ne sont pas trop gros, même si j’ai plus de 400 ml dans chaque sein. C’est quand même pas mal.

Tu fais de l’anal aussi ?

Oui, mais j’ai bien compris que si on veut durer un minimum dans ce milieu, il ne faut pas tout donner d’un coup, donc pour ce qui est des doubles et tout ça, je me donne encore le temps.

Tout ce qui est plan partouze, tu aimes ?

Oui, j’en ai déjà fait pas mal. J’aime bien quand ça fait orgie romaine avec plusieurs filles et plusieurs mecs qui baisent autour de moi.

Comment une femme comme toi peut-elle être encore célibataire ?

Je suis assez exigeante car j’ai vécu dix ans avec le même homme et je ne veux pas faire n’importe quoi. Après, ce métier est magnifique mais il y a une contrepartie derrière : je fais peur aux mecs.

Parce que tu leur dis que tu es actrice X ou parce qu’ils te reconnaissent ?

On ne me reconnaît pas forcément, mais je le dis de suite. Beaucoup de mecs pensent qu’il ne vont pas être à la hauteur ou se sentent obligés d’être hyper -performants en pensant que ça va me plaire, mais pas du tout. Quand je fais une scène, je travaille. Mes meilleurs coups n’ont d’ailleurs jamais été les acteurs ! Après il y a ceux pour qui je suis un fantasme, là c’est mort ! C’est un mec qu’il me faut, pas quelqu’un qui me voit comme un objet. Beaucoup ont peur du métier et ne sont pas partageur non plus. C’est assez compliqué au final.

Comment te comporte-tu en terme de drague ? Es-tu agressive ou pas ?

C’est un jeu. J’aime les jeux de séduction. Souvent, ce sont les mecs qui viennent à moi, notamment sur les sites libertins. Si un mec me plait, il va le sentir tout de suite dans mon regard.

Que nous réserves-tu pour 2020 ?

Fin janvier ou février, il est prévu que je parte à Budapest au moins une semaine. J’ai été bookée dans trois agences là-bas. J’ai pas un super niveau d’Anglais et on m’a dit que c’était les filles de la vingtaine qui marchaient bien, mais je me débrouille pas mal en langue et je ne suis pas encore une Milf ! J’aimerais bien faire une série du style Fake Taxi aussi, même si c’est à Londres que ça se tourne. Je n’y suis pas encore allée non plus, mais j’aimerais bien. 

Cassie, merci !

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.