Suivez-nous

Actrices

Lexi Luna : La vie commence à 30 ans

Dimitri Largo

Publié

le

Active depuis près de quatre ans, Lexi ne fait pas de bruit. Mais comment une femme aussi sexy est-elle passée toutes ces années entre les gouttes ? La concurrence féroce ! Ses qualités ne pouvaient toutefois qu’éclater au grand jour : la native d’Indianapolis a des seins de dingue et une frimousse atypique. Pour ne rien gâcher, elle est smart et dirige sa carrière avec la vista d’une businesswoman. Portrait.

Lexi Luna est l’illustration que le corps et l’esprit sont les deux faces d’une même pièce. Sans sa tête bien faite, elle n’aurait jamais eu l’occasion de montrer sa plastique exceptionnelle. Car sa place au soleil, elle l’a acquise de haute lutte. Rien n’a été facile, même pour une jeune femme de 1m71 dotée d’un 95F de science-fiction. Son histoire avec le porn commence en 2016.

Elle a 26 ans lorsqu’elle se fait repérer sur le web par un recruteur (pour ce genre d’individu, le terme le plus approprié serait rabatteur). Ce dernier prétend travailler pour une agence et lui expose des conditions si mirobolantes qu’elle les juge « ridicules » confiera-t-elle dans une interview pour Fleshbot : « J’ai toutefois poussé mes recherches. J’ai découvert que l’agence était fiable alors j’ai tenté le coup. C’est plus tard que j’ai constaté qu’elle jouait dans une division atroce. J’étais sous représentée. Je n’avais que des tournages bas de gamme. A ce moment-là, j’ai réalisé que c’était à moi de me prendre en charge et pas à un agent. Depuis, mon appétit n’a cessé de grandir ». Le parallèle dressé par Lexi entre porno et sport pro est judicieux. Il y a en effet les performeuses de première division et les autres, celles dites du « second marché ». Et ce n’est pas le talent ou le physique qui détermine les promues et les reléguées, mais le fait d’être bien représenté. Car les agents puissants dotés d’un bon réseau font et défont les carrières. Ce sont eux qui trouvent les bons tournages et prennent soin de leurs clients qu’ils traitent comme des actifs (les fameux assets chers aux financiers).

En changeant de crémerie en 2018, Lexi Luna est promue dans la division supérieure, celle des stars. Adieu les Blazed Studios, Tugpass et autre Baitbus, bonjour les Girlfriends Films, Digital Playground et Brazzers. Chez ces derniers, les rois des gros seins, elle ne tournera pas moins de douze scènes, non seulement car à presque 30 ans son 95F fait fureur, mais aussi car elle possède de réels talents de comédienne. Jouer les jeunes belles-mères ou les profs particuliers lui va comme un gant. Ambitieuse, elle envisage de passer à l’étape supérieure. « Dans le futur, j’aimerais écrire des scénarios et aider à leur faire prendre vie. J’ai tellement d’imagination ! Mais je serais incapable de les filmer seule parce que je n’ai aucune compétence technique » confiera-t-elle après sa première scène lesbienne avec Shae Celestine pour Girlfriends Films.

Après l’ambition, c’est l’humilité qui caractérise une Lexi Luna, bien élevée dans les plaines de l’Indiana. « Je suis d’un naturel calme et studieux. J’ai appris à jouer d’un instrument. Je travaillais bien à l’école et j’ai toujours fait de mon mieux pour réussir ce que j’entreprenais. Tout n’a pas marché, c’est sûr, mais je n’ai pas de regret. Pas de regret de faire du porno car ce qui me donne le sourire tous les matins est de pouvoir contrôler mon propre agenda. Je ne m’étais plus sentie maître de mon destin comme cela depuis le collège ». La banane, on l’a quand on la regarde se faire démonter, cette bonne Lexi. Vorace, expressive, elle joue constamment avec sa paire de loches et prodigue des gorges profondes baveuses, la langue sortie et accompagnées de plein de gargouillis. Jamais elle n’hésite à relancer celui qui la pénètre, l’encourageant à y aller toujours plus fort et plus profond en se frottant la chatte. Si une seule scène devait résumer le cœur qu’elle met à l’ouvrage, ce serait celle pour Kelly Madison. On l’y voit transpirer comme une belle diablesse, au point qu’elle en a la peau huilée, avant de se prendre deux éjacs successives en all internal. On jurerait qu’elle ne simule pas. En tout cas, on se plait à le croire…

Actuellement à l’affiche d’une parodie du film Sonic le hérisson, Sonic the Vadgehog, réalisée par Wood Rocket, Lexi Luna et ses 120 000 followers montent en gamme de film en film. A ce rythme, elle dépassera la popularité d’une légendaire Milf aux seins énormes et à la taille de guêpe comme elle : Ava Addams. Cantonnée aux gonzos, Addams n’avait pas les qualités qui permettent à Luna de prétendre à des rôles plus complexes, tels ceux proposés par Bree Mills et son label Taboo Films. Tous les voyants sont donc au vert. Ça tombe bien : « Je suis fétichiste de la couleur verte avoue-t-elle sur le site de Fleshbot. Mes fans ne seront pas surpris de le savoir, mais je pense que personne ne peut comprendre à quel point j’aime cette couleur ». Et on imagine d’ici Lexi en train de sucer la mascotte d’un organisme de crédit…

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.