Suivez-nous

Actrices

Du côté de chez Naomi Swann

Dimitri Largo

Publié

le

Naomi Swann correspond tout à fait à l’image que l’on se fait de la fille facile de Floride. Après deux années d’apprentissage sur le circuit, tout le monde se l’arrache et c’est mérité : cette millenial est dotée d’une souplesse innée lui permettant de faire des galipettes hors-normes. De plus, elle a une passion pour les pieds. Les siens en l’occurrence. On adhère et on adore.

Soleil, bikini et belles pépés : la Floride est un showroom à ciel ouvert où chacune se jauge à l’aune de ses courbes. Ça, c’est pour la partie de la population locale qui nous intéresse, le reste étant pour beaucoup des retraités de New York et Boston venus se la couler douce.

Naomi Swann, née en 1999, est dans la première catégorie. Le corps filiforme, les cheveux blonds jusqu’au derrière, les lèvres pulpeuses et les pétillants yeux en amande : elle est belle et bien bonne. De plus, hormis un tatouage abominable sur le bras gauche, elle n’est heureusement pas peinte comme un guerrier maori. Apparue dans le porn en 2018, Naomi a d’abord voulu percer dans les vidéos fétichistes par le biais de petits clips bombardés sur Clip4sale, la plateforme dédiée au homemade. A l’instar d’autres starlettes, Naomi a été embringuée dans le X amateur par sa colocataire qui se faisait des ronds en vendant des vidéos de sa chatte pendant qu’elle trimait comme serveuse. Mais alors qu’elle aurait pu se contenter d’argent de poche, Naomi Swann prend le goût du modeling et très vite, se convainc qu’elle peut gagner bien plus en se professionnalisant plutôt qu’en faisant bouffer ses arpions à des soumis. En janvier de l’année suivante, 2019, moins d’un an après sa première vignette, elle signe avec Motley Models, pas la plus foireuse des agences et qui la place sur tous les tournages. Alors certes, tout ce que Naomi peut raconter est insipide au possible. Certes, elle n’est pas Naomi Watts ou Hillary Swank avec des talents de comédienne qui crèveraient l’écran, bien qu’elle fasse le job. Toutefois, elle affiche d’autres qualités foutrement intéressantes.

La première, c’est sa capacité à tordre son corps pour exécuter les galipettes les plus improbables sur les chibres. Plus soft, aux derniers AVN Awards, elle exécutait la figure du cygne en posant pour les photos. Rien d’étonnant pour celle qui s’est baptisée Swann, le cygne, à une lettre près. Un temps, ce fut même Princess Naomi Swann, PNS pour les intimes. Quant à sa silhouette, elle l’a acquise grâce à « beaucoup de cardio. Car son hobby, c’est le rollerblade. J’en fais tous les jours et je fais même le grand écart facial tout en rollant » confiait-elle à l’insider Javi Mac lors de la dernière grand-messe AVN.

Sa seconde qualité, c’est son amour du pognon. A la question : « que devrait faire un de tes fans pour te plaire ? ». La réponse est sans équivoque : « Me payer. Il n’attirera jamais mon attention sans argent. Time is money ». Sur ce point, on pourrait penser qu’elle a tout d’une Kim Glow, la candidate de télé-réalité qui a défrayé la chronique il y a quelques jours sur instagram en déclarant qu’elle n’en avait rien à secouer du sort du monde pourvu qu’elle ramasse du cash, mais de l’autre côté de l’Atlantique, on est simplement cash avec le fric, sans honte, pudeur ou chichi. Et c’est une qualité quand on veut monter au sommet de la pyramide du business yankee (qui doit ressembler de loin au casino Louxor de Vegas, le premier à gauche en arrivant de l’aéroport Mc Carran).

La troisième qualité indispensable lorsqu’on veut faire sa place au soleil, c’est l’hypocrisie. Quand Javi Mac lui demande celle avec laquelle elle aimerait travailler, elle cite direct Riley Reid. « J’aime qu’elle soit « petite » and small comme moi (…) Elle ne le sait pas encore mais nous allons devenir B.B.F : best friend forever (comme disent les gamines entre elles) ». Traduction : elle ne peut pas l’encadrer et ferait n’importe quoi pour prendre l’ascendant sur une scène et l’évincer. Rien de plus logique, elles ont exactement le même profil et l’une est plus sur la fin que le début. On peut noter qu’elle a aussi la lucidité de ne pas se comparer à une Lana Rhoades qui est à l’élite du porn ce que le PSG est à la Ligue 1. Car pour l’instant, Naomi Swann est encore un peu tendre. Jusqu’ici, elle joue son rôle, mais celui-ci repose en grande partie sur l’esbroufe : « Je suis supposée faire dans la domination, mais quand les portes de la chambre se ferment, si je suis d’humeur à me mettre à quatre pattes devant un mec, c’est pour être une bonne petite soumise. Mais attention, chut, faut pas le dire ! ».

Depuis qu’elle a été écartelée par deux blacks en double chez Blacked, c’est un secret de polichinelle, alors gardons un œil dessus, il se pourrait bien qu’elle fasse son trou…

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.