Suivez-nous

Actrices

Martina Smeraldi : l’espoir italien

Dimitri Largo

Publié

le

L’Italie est éternelle. Le pays n’a jamais cessé de nous offrir parmi les pornstars les plus belles et emblématiques : La Cicciolina, Selen, Brigitte Bui, Anita Rinaldi, Roberta Gemma, Valentina Nappi… On en passe et des meilleures. Martina Smeraldi s’inscrit dans la droite ligne de cette tradition. Format de poche aux courbes diaboliques, la bombinette sarde n’est pas tombée dans le X comme une épouse adultère sur une queue : par accident. A l’occasion d’une interview à l’édition italienne de Vice, reprise dans la version française, Smeraldi confiait le pourquoi-du-comment de ses débuts dans le porn : « J’ai contacté un acteur que je suivais, Max Felicitas, et on a commencé à faire des tournages ensemble. Le reste a suivi. J’ai gagné en visibilité et d’autres « agences de production » m’ont contactée, dont Rocco Siffredi et les producteurs de Fake Taxi ». Emballé comme jamais depuis la Roumaine Black Angelika, Rocco s’est félicité sur sa chaine Rocco’s World de voir débarquer une compatriote de cette veine. Il sait de quoi il parle puisqu’il a pu la tester dans ses Rocco’s Intimate Castings 31… De son côté, Martina a pu profiter des conseils du maestro qui l’a prise sous son aile, prenant ainsi le relais du jeune Max Felicitas qui l’avait introduite dans le milieu. Pour la petite histoire, le hardeur pro-am italien a amené dans le porno Martina, qui était devenue sa petite amie, en pensant qu’il pourrait percer dans son sillage, conscient qu’elle avait quand même bien plus d’arguments que lui à faire valoir…

Peu après Rocco, Fakehub, le studio satellite de Pornhub, a dépêché une équipe en Italie pour mettre en stock des scènes de la Sarde. Faux percepteur, faux hôtel, faux taxi… C’est une demi-douzaine de vignettes qu’elle aura fait pour cette plateforme.

Sur les sets, elle fait étalage de ce qu’une pornstar peut envoyer de plus hard : anal, squirt, DP, lesb, gang bang, fist. D’ailleurs, Smeraldi fut si impressionnante aux yeux des Anglo-Saxons qu’elle fut invitée à participer aux AVN Awards de Vegas. Sur place, son charme n’échappe pas au réalisateur américain Dreadneck, qui réalise pour le prestigieux studio Tushy. Leur rencontre a accouché de Sweet Martina, une scène foutrement excitante où elle se fait sodomiser par Oliver Flynn. Le performer du Midwest a dû être aux anges. A la différence d’une Américaine uniquement guidée par l’idée de soutirer à son corps toujours plus de pognon, l’Italienne ne s’emmerde pas à faire monter les enchères : « je commence d’abord par ci, ensuite, je ferais ça ». Toujours à Vice, elle le confirme d’ailleurs : « Les salaires sont bien plus bas qu’on ne le pense dans le porno. Je le fais parce que j’aime ça et ça me rend heureuse. C’est plus important que l’aspect financier à mes yeux ». Il suffit de la voir pour la croire. N’a-t-elle pas pris l’habitude d’afficher sa passion pour le sexe chaque été du côté de Porto Cervo ? Le Saint Tropez sarde, sur la Costa Smeralda, est le lieu de villégiature favori de Flavio Briatore, ancien commodore de la Scuderia Benetton et un haut lieu des orgies de Silvio Berlusconi : les fameuses soirées bunga bunga. A 19 ans, elle n’a pas pu les connaître ou Sua Emittenza aurait salement déconné…

Bref, à son retour sur le vieux continent, elle continue d’enchaîner les plateaux entre fin janvier et début mars : elle ensorcèle Alex Conte le réalisateur italien qui officie pour le network Letsdoit et part tâter de la grosse queue d’ébène à Prague, chez Legal Porno. Le grand tour est bouclé avec la touffe de la Française Carollina Cherry à Barcelone pour Private, désormais dans le giron du proprio de LP.

Mais en ce début de printemps ensoleillé, il y a désormais un gros hic. Après des débuts en fanfare, la carrière de Smeraldi a été stoppée nette comme le monde entier. Depuis deux semaines, elle se contente (rarement) de retweeter ce que Fakehub met en avant la concernant. Comment lui en tenir rigueur avec la tragédie qui frappe son pays ? Comment penser encore au porn circus dans une situation pareille ? Dès lors, il n’y a plus qu’à espérer. Espérer que le monde sorte le plus vite possible de ce cauchemar et que ce dernier n’ait pas raison de la volonté de Martina de nous divertir avec son formidable fessier et ses lèvres charnues. L’Italie en aura plus que jamais besoin. Nous en aurons tous besoin.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.