Suivez-nous

Actu/News

Le meilleur du porn « covidé »

Dimitri Largo

Publié

le

Le porno ne perd jamais une occasion de se saisir de l’actualité et il n’aura pas fallu longtemps pour que les scènes en rapport avec la Covid et le confinement fleurissent. Certaines sont cocasses et valent le coup d’œil. Nous vous devions de les passer en revue.

 

Gone Viral : A XXX COVID A.I. Thriller

Un film absurde. Sicilia Ricci y incarne le docteur Sarah Connor, une nymphomane qui travaille sur un vaccin contre la Covid pour le compte du CDC à Atlanta. A travers l’écran de son ordi, elle vit des relations à distance perverses avec son responsable à Washington et un illuminati qui a piégé son ordinateur avec une intelligence artificielle, Malexa. Un film à réserver aux fans de la rouquine à lunettes aux seins énormes, adepte des butt plug et qui baise avec une machine fucker.

 

Hot Babes Quarantine (LetsdoIt)

En confinement, impossible de faire des trios et autres gangs-bangs et à moins d’être en couple, idem pour les boy/girl. Les actrices sont donc obligées de se rabattre sur des solos, quitte à y mettre de la fantaisie. C’est le thème de Hot Babes Quarantine dans lequel on peut voir Stella Flex s’enfoncer et sucer de gros godes en pleine nature ou Mia Split faire des grands écarts à poil dans sa salle de sport. Un total de six séquences qui valent qu’on s’y attarde surtout celle avec la démentielle Joséphine Jackson. Comment est-il possible d’avoir des seins aussi merveilleux ? 

 

Model Time Volume 5 (Adult Time)

Adult Time, qui appartient au géant Gamma Entertainment, est une plateforme d’abord pensée pour le porn alternatif (la féministe LGBTQI+, Bree Mills, en définit la ligne éditoriale). Avec la série des Model Time, elle laisse aux performers carte blanche pour réaliser des courts-métrages. Dans la quatrième scène du cinquième opus, Tommy Pistol met ainsi en scène sa version du confinement : celle d’un sex addict qui part à la dérive, entre branlettes compulsives, dépression et hallucinations. Car les pulsions sexuelles du performer se manifestent sous la forme de poupées dans ses délires. Elles lui parlent, le hantent et le persécutent pour qu’il les satisfasse. Une séquence vraiment à voir cette année, tournée comme un mythique conte de la Crypte. Avec l’actrice Faye DoneAway qui porte un masque ouvert autour de la bouche pour le satisfaire, on ne pouvait s’attendre qu’à une scène aussi curieuse que géniale. Tommy Pistol est définitivement plus qu’un acteur et on en espère d’autres du même acabit.

 

Lady Boss 4 (Girlsway)

Un film à vignettes lesbien avec des moyens et réalisé par Bree Mills cet été au moment où les contraintes sanitaires se sont relâchées, permettant aux actrices de se réunir pour une série de sauteries. Alina Lopez, Chanel Preston, Elena Koshka, Casey Calvert, Kenna James, Penny Pax et Serene Siren sont les protagonistes de trois histoires de baise au bureau, contrariées par l’imposition du télétravail. C’est qu’elles veulent être en présentiel les donzelles ! Comment pourront-elles se bouffer la cramouille par Zoom ? C’est toute la problématique de ce film qui met en lumière la détresse de celles qui ne jurent que par les cinq à sept entre collègues. On compatit.

 

Quarantined With Daddy (Desperate Pleasures)

Dans le titre, ils ont oublié le « step » avant « daddy »… Argh ! Mais on parle bien d’histoires de beaux-pères confinés avec leur belle-fille. Ouf. Evidemment, les brus sont ravies d’être enfermées avec le beaup sans qu’on sache où se trouve la femme légitime de ce dernier. Surement chez son beau-fils. Bref, chez Desperate Pleasure, on ne va pas s’embarrasser de vraisemblances non plus, surtout quand on a Jillian Janson au casting. Elle est le principal atout de ce film amat’ imposé par six mois de confinement.

 

The Stepmom Diaries Vol 8 (Erin Electra Prod)

Un film oblique où même le nom du couple est chelou : Erin Electra et Pluto Barragan. Erin est censée être la belle-mère de Pluto et elle a promis à son mari absent que son fils ne sortirait de la maison sous aucun prétexte. Que ne ferait-elle pas pour la santé de son beau-fils. Mais Pluto a envie d’aller voir sa copine. Erin va donc se sacrifier pour l’éponger et le sacrifice va vite se transformer en manège amoureux. On n’a clairement pas Liz Taylor et Richard Burton sous les yeux, mais ça pue l’authenticité. Pluto a vraiment une gueule qui colle à son nom. Un type qui rend perplexe…

 

Quarantine (Lita Lecherous)

Venant du monde du BDSM, Lita Lecherous est une actrice tendance gothique. Avec Quarantine, elle se met dans la peau de votre coloc’ au bout de dix jours de confinement, alors que personne ne sait quand cela prendra fin. Ennui, langueur, montée hormonale… à circonstances exceptionnelles, comportement exceptionnel, Lita va déployer tout son savoir-faire pour vous faire cracher en 22 minutes chrono. On est loin du huis-clos sartrien.

 

Isolation Masturbation (DoeGirls)

Un titre qui fait assez film de Chuck Norris à la Invasion USA. La réalité est plus terre à terre. C’est ni plus ni moins qu’une collection de branlette de blondinettes, avec une pipe qui se glisse entre deux solos. Bon, on a quand même affaire à de sacrés paquets, au premier desquelles Florane Russel qui nous gratifie d’une scène assez authentique avec une très jolie lumière. Ce n’est pas la Chevauchée des Valkyries mais on s’en contentera…

 

Truth or Dare (Trouble Films)

Action ou vérité, ça rappelle des souvenirs à tout le monde ! Dans sa version confinement porno, six performers, cinq filles et un mec, se retrouvent dans une réunion Zoom, pour se lancer les défis qu’on se lançait dans la cour de récré, mais version adulte évidemment. Une manière comme une autre de passer le temps et un concept assez fun qui a le mérite d’habiller de simples scènes solos. Confinés chez eux, les acteurs se dévoilent sans filtre et on en apprend un peu plus sur leur intimité. Tout le contraire de la bouse mainstream hexagonale qui est sortie cette année sur Amazon Prime (« Confinés »).

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.