Suivez-nous

Actrices

Annabel Redd : l’anti-Axelle

Dimitri Largo

Publié

le

Chanteuse belge sèche, rousse et diaphane, Axelle Red a connu un beau succès au tournant du siècle. Vingt ans plus tard, sa Némésis est américaine, s’appelle Annabel, ne sait pas chanter non plus, mais a des seins énormes et les étale dans le divertissement pour adulte. Une bonne manière de fixer pour des tas d’années sa sensualité…

85. Bonnet E. Ou F. À ces niveaux-là, peu importe. « Ils sont naturels. Des deux côtés de ma famille, les femmes ont de très gros seins. Il n’y avait pas moyen que j’en ai des petits », assure Annabel, Redd de son nom, plantureuse pornstar rousse de l’Illinois. À 23 ans, ce n’est pas son visage, plutôt porcin, qui est sa carte-maîtresse, mais bel et bien ce rack ou râtelier comme on dit outre-Atlantique. Son énorme poitrine tend les nœuds. Et les nœuds, ça la connaît : « J’ai commencé comme modèle fétichiste, avec des cordes, quand j’avais 18 ans. C’est de cette manière que j’ai été repérée. Je faisais un peu de cam’, confie-t-elle au bon vieux Captain Jack. J’étais déjà dans le business. C’était ça ou un avenir à servir des cafés, alors pourquoi ne pas y aller à fond ? ». Ça se tient. Une demi-décision débouchant sur un bordel au carré, autant plonger.

Ceci étant dit, elle raconte quand même que sa première scène lui donnera une grosse envie de couler un bronze. « J’étais méga anxieuse et j’ai eu des crampes d’estomac. J’avais mal mais je ne voulais pas m’afficher en allant aux toilettes pour mon premier tournage. Ça aurait été embarrassant ». Là encore, ça se tient. Repeindre la cuvette aurait pu heurter la sensibilité de son partenaire, en l’occurrence, Oliver Flynn, sans parler de l’odeur… « De commencer par une interview m’a permis de me détendre. J’ai eu du temps et de l’espace pour respirer. J’ai aimé ça ». Toutefois, renseignements pris, Annabel baratine, car sa première scène, elle l’a accomplie avec le vieux Jake Crew, dès 2016, dans Chubby Chaser 4, un obscur film de BBW édité par EyeCandy. À cette époque, elle était ronde, très ronde et comprît qu’elle collectionnerait les tournages de niche bas de gamme et n’embrasserait jamais la carrière dont elle rêvait. Il lui fallut trois ans pour affiner sa silhouette, mais son combat contre la prise de poids dure lui depuis plus longtemps. « Je dois surveiller tout ce que je mange. Si je me relâche, je prends. J’ai essayé des régimes différents. J’ai été vegan pendant sept ans, mais ce qui me manquait le plus, ce sont les cheeseburgers ! ».

Ce faux-départ aura néanmoins eu le mérite de faire mûrir sa réflexion. Pas assez jolie pour devenir une superstar, mais portée par une poitrine qui la rend insubmersible et une chevelure rousse recherchée, Annabel Redd va faire son petit bonhomme de chemin toute l’année 2019. En 2020, sa carrière prend un coup de fouet. Elle est sollicitée à la faveur d’un creux sur le marché des performers et quelques grands noms de l’industrie la testent. Il fallait rectifier une erreur aussi : celle de n’avoir pas détecté le potentiel de son bubble butt, d’autant que l’amour du rough sex, elle l’a. « Je suis avide de sexe et j’ai besoin de jouir avant de m’endormir. On peut m’appeler par tous les noms du dico, je vais aimer ! ». La liste des trucs pervers qu’elle affectionne est longue et ferait dresser les cheveux sur la tête d’un anti-porn, mais c’est précisément ce qui doit plaire à ses 100k followers, qu’elle abreuve de tweets sur sa vie intime et qui, en retour, la plébiscitent.

À la faveur de sa carrière qui décolle, Annabel Redd, désormais représentée par East Coast Talents, a choisi de vivre à Miami, sous des cieux plus doux et cléments que ceux de Chicago. Pour ses séances de yoga en plein air, c’est mieux. Pour les clubs de strip aussi. Dès qu’ils rouvriront leurs portes, elle fera admirer son déhanché, elle qui a commencé le ballet à l’âge de deux ans. On ne dirait pas comme ça, mais la rousse danse aussi bien qu’elle suce : comme une reine. Ouvertement bi avec une dominante lesbienne, Annabel Redd vit avec une femme. Elle est engagée dans la défense des droits des LGBT et s’attache à montrer qu’une femme qui n’est pas dans les canons porno habituels est largement aussi bandante que les bimbos habituelles. Un combat qu’elle partage avec sa meilleure amie, Cleo Clementine, autre rousse au cul bombé d’exception, qui lorgne vers la niche de la Big Beautiful Woman suivant les productions. De son côté, avec The Morning Surprise, Shot Her First 3, A Trim and a Shave, Step Mother Son Perversions 5, Annabel Redd s’affiche désormais seule sur les covers de film. Chenille devenue papillon, elle fera de 2021, son année.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.