Suivez-nous

Actrices

Vienna Black : une grande carrière dans l’ombre

Dimitri Largo

Publié

le

Pire qu’un crime, une faute comme dirait l’autre, car elle était passée sous nos radars. À la demande des internautes, intéressons-nous donc à Vienna Black, une pornstar new-yorkaise de 25 ans qui a connu trois premières années de carrière fastes, avant que cette dernière ne soit foudroyée par la pandémie. Covidée en mars, mais plus déter’ que jamais, Vienna mérite notre contribution à son (re-)décollage médiatique.

Vienna Black ne tourne pas autour du pot et ne fait pas tourner les mecs autour du sien, aussi appelé « anus ». Quelques semaines après ses débuts dans le porn, au printemps 2017, ce fut la totale : anal, ass to mouth, facial et tout un tas de trucs qui finit en -al. Repérée par Riley Reynolds, alors qu’elle allait sur ses 21 ans, Vienna Black fut séduite par le numéro de claquettes du mauvais garçon du porn yankee, qui l’enrôla dans son écurie Hussie Models. « Je travaillais dans une agence d’assurance, expliqua la Latina lors de son casting pour New Sensations. C’était bien payé. J’aurais pu faire ça jusqu’à la retraite, mais j’étais frustrée. Je voulais faire quelque chose de créatif dans un environnement safe. Je n’avais jamais fait de modeling auparavant, mais j’apprends vite pour peu que j’aie un plan de travail précis et que je ne sois pas guidée par l’anxiété et le stress. J’aime les activités où je me sens impliquée avec des brainstormings, des jeux de rôle. J’ai trouvé ça dans le X ». L’inspiration est une femme frivole…

Moins de deux ans plus tard, c’est au bras de son agent et dans la peau de sa girlfriend qu’elle assista à la cérémonie des AVN Awards. Repartie bredouille l’année d’avant, Vienna Black espérait bien obtenir la reconnaissance du métier ce coup-là. Elle pensait avoir fait ce qu’il fallait. Son année sophomore fut encore plus tonitruante que celle de rookie. Pas un studio ne lui avait échappé. La native du Queen’s avait fini l’année civile 2018 au rythme fou d’un tournage tous les trois jours. Mais la soirée est finalement partie en sucette et pas une de celles qu’avait l’habitude de prodiguer la candidate au titre de MVP des starlettes. Vienna ne récolta aucune breloque dans son baba ce qui mit son compagnon et agent de très mauvais poil. Visiblement éméché, Reynolds se fit virer de la soirée manu militari par la sécu du Hard Rock Hotel, comme le raconte sur son blog Mike South, la langue de pute la mieux renseignée du business. Dans le sillage de son grand chauve (sans col roulé), une Vienna Black tête basse, démaquillée et en mode claquettes-chaussettes.

2019 ne commençait pas sous les meilleurs auspices. Si son agent fît des pantomimes, sur le fond, pourquoi la New-Yorkaise aurait accordé de l’importance à ce que Napoléon appelait les hochets ? L’amour du public, l’actrice aux racines franco-écossaises par son père et dominicaine-brésilienne par sa mère l’a obtenu dès ses débuts, alors qu’elle étrennait son pseudo qui sonne comme un oxymore dans les œuvres d’Evil Angel, studio à la poésie légendaire.

Joueuse, bruyante et baveuse lorsqu’il faut sucer, provocante, bavarde et haletante quand elle est pénétrée par l’usine à rochers, Vienna Black prend son pied et joue avec l’objectif, jonglant joyeusement avec les codes du porn. Elle était faite pour être une icône sexuelle, mais n’en est pas encore convaincue. « Je suis en quête de moi-même. Je ne calcule pas lorsque l’on me propose un projet, expliquait en interview pour le studio AMK celle qui a de faux airs de Sophia Laure. Je me demande simplement si c’est un défi que je saurai relever ».

Vienna Black est une performeuse instinctive mais raisonnée, intelligente mais pas raisonnable. Elle n’est pas à une contradiction près, notamment lorsqu’elle affirme : « J’ai grandi avec mon père, donc je n’aime pas les histoires où je dois rentrer dans la peau d’une belle-fille plus jeune. Je trouve ça malsain. Le gars le plus vieux avec lequel je suis sorti avait 28 ans ». Et pourtant, à l’instar de ses consœurs, sa filmo est balisée de films du genre, de Confession Of The Babysitter à Lex Is Your Daddy en passant par It’s A Family Thing. Autre exemple : « Je ne fais pas attention au physique d’un homme, à ses muscles ou à son sourire, mais à ce qu’il dégage quand il rentre dans une pièce. Je suis sortie avec des mecs tatoués partout, balafrés, chauffeurs routiers… ». Non, V.B ne sort pas avec des « corps de lâche » même s’ils ont le cerveau de Houellebecq et donc oui, elle fait gaffe au physique à l’instar de Sasha Grey, Skin Diamond ou Misha Cross, qui aimaient elles aussi s’enticher de types bruts de décoffrage.

Quoi qu’il en soit, depuis l’épisode où elle est sortie avec son agent, Vienna Black semble être repassée durement au célibat et les tournages se sont raréfiés. Le cap des trois ans est à peine passé. Une éternité pour une pornstar. Bien possible qu’elle pense à sa reconversion car elle cherche à investir d’après son Twitter. Elle a le temps de chercher. Les restrictions sanitaires, elle les passe avec sa chatte, pas celle à laquelle vous pensez mais une autre, un matou à la tête plate et plein de poils : Sophie. C’est ce support de poids, ce roc de 2 kilos qui a aidé à la performeuse à surmonter une sale Covid contractée en mars et qui l’a clouée au pieu pendant deux semaines. Elle a fait 26 ans, le 27 mai. L’âge de la retraite inversé…

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.