Suivez-nous

Actrices

Mandy Madison : hatha yoga domina

Dimitri Largo

Publié

le

La pandémie a suscité des vocations de pornstars à la pelle. Mandy Madison était une stripteaseuse et une prof de yoga qui n’aurait jamais dû être connue hors de Denver, mais la mise à l’arrêt des activités la força à se réorienter. Du femdom au hard, elle est encore en phase de butinage, mais sa beauté est si renversante qu’on ne pouvait que la présenter. On croise les doigts pour la voir s’inscrire dans la durée.

Mandy Madison se définit comme une « dominatrice next door ». Sa modestie l’honore, mais elle n’a pas le physique de madame tout-le-monde. C’est un missile de dernière génération. Qui plus est, elle réduit le champ de ses compétences.

Outre le femdom, elle commence à faire tout ce que l’on attend d’une pornstar classique : pipes goulues, levrettes et même des glory holes artisanaux confectionnés à l’aide d’une table de traite artisanale. Le public ne s’y trompe pas et en l’espace de 18 mois, ses vidéos ont été visionnées plus de 21 millions de fois et sont suivies par 80k pèlerins sur Pornhub. Et dire qu’à la base, elle était au fond du trou… « L’année dernière, je n’avais plus du tout de boulot. Mais j’ai toujours eu des touches dans le X et je me suis dit que c’était une chance à saisir cette fois-ci. J’en suis heureuse », témoigne-t-elle à AVN.

Si elle reste mystérieuse sur son âge, Mandy est devenue stripteaseuse en 2014, ce qui n’en fait pas le perdreau de l’année. Pendant cinq ans, du haut de son mètre 75, elle devient une figure des clubs de Mile High City. « Je dansais pendant que je finissais mon lycée, mais j’ai arrêté le strip dès lors que j’ai enseigné le yoga à temps plein ». Le yoga, c’est plus qu’une passion, un mode de vie. En 2019, la discipline dispose alors de sa meilleure ambassadrice. La suite, ce sont des vidéos Youtube à la maison, Covid oblige, puis le grand saut porno. « Je suis ouverte à tout et je filme moi-même. Je suis naturellement portée vers le côté girl next door sympa, mais j’ai commencé la domination soft à l’été 2020 confie-t-elle à AVN, après avoir reçu des requêtes suite à une vidéo que j’ai faite où je porte des bottes en latex ». Hors circuit, inscrite dans aucune agence, elle crée son site toute seule comme une grande. Enfin non, pas toute seule : elle peut compter sur l’aide de son mec en back office, une masse tatouée jusqu’au visage, qui lui prête sa queue pour alimenter ses updates. Ces dernières sont techniquement propres et variées, y compris pour de simples séances de pénétrations en doggy sur le lit, mais il est vrai que ses vidéos de Jerk off Instructions (JOI) et de Cum Eating Instructions (CEI) sont savoureuses. Sa voix douce et suave est hypnotique et ses caresses sont d’une sensualité exquise. Élancée et avec des seins ronds lourds (mais refaits), les pipes qu’elle taille sous la table à son mec, qui a glissé son braque dans un trou percé à cet usage, sont langoureuses et maîtrisées. En la regardant inlassablement, on est pris dans la hype comme les millions de bonshommes qui tombent sur ses travaux pratiques. Reste à savoir si elle va se lancer à fond dans l’aventure du porn ou rester dans le 100% artisanal. Si elle était inscrite en agence, elle ferait un carnage et les sollicitations doivent s’accumuler sur sa boîte vocale.

Le prix à payer ? Son couple risque de passer à la moulinette et elle le sait. Son emploi du temps ne lui appartiendra plus et les grandes balades dans les Rocheuses se feront plus rares. Il lui sera impossible de transposer son mode de vie de Denver à la cité des Anges. Le fog qui plane constamment sur L.A n’est pas l’ami des cyclistes… Car Mandy est passionnée de vélo : « J’ai horreur de conduire, je préfère enfourcher mon vélo ». Elle jumpe en VTT et se tape des descentes sur des pentes à 25%. Quoi qu’elle décide, elle trouvera toujours le réconfort auprès de son chihuahua qui ne la quitte jamais : Darko (de bon augure avant une potentielle collaboration avec le réalisateur Jonni Darkko). Les chiens, elle est prête à leur consacrer sa vie. « A terme, j’aimerais ouvrir un sanctuaire pour les chihuahuas abandonnés afin qu’ils retrouvent par la suite un nouveau foyer ». Pas sûr qu’il y ait beaucoup de chiens de ce type qui soient abandonnés étant donné leur prix, mais cette ambition en dit long sur la personnalité et l’altruisme de la jeune femme.

Une belle âme qui rejaillit naturellement sur son corps. A condition qu’elle embrasse totalement le destin qui lui est promis, Mandy Madison est à l’aube d’une grande carrière.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.