Suivez-nous

Actrices

Tru Kait : une latina montante

Dimitri Largo

Publié

le

Derrière son nom de série télé, Tru Kait était à 22 ans une contender reconnue dans le body-building. Deux ans plus tard, elle fait la couverture de Penthouse dans un shoot où elle rend hommage à Sophia Loren. On pourrait jouer les blasés tant les newbies renversantes de beauté arrivent à la pelle ces temps-ci, mais là, il faut bien admettre que la latina de Long Beach fixe la barre très haut. Au point de niquer le game ? Eléments de réponse.

 « Restez en quarantaine avec moi ». En avril 2020, Tru Kait savait trouver les mots au moment où les politiques pataugeaient dans une mauvaise sémantique. Elle invitait les twittos à rentrer dans son monde pile poil un an après la création de son compte et le début de son aventure dans la peau d’une cover girl.

En effet, Kait, appelons-la comme ça, avait pour activité initiale de taper des poses sur Instagram. C’est sur la plateforme appartenant à Facebook qu’elle a commencé à dévoiler des bouts de fesses, tout en veillant à rester dans les clous de sa draconienne charte sur la nudité.

Assez vite, en décembre 2019, elle bascule sur Manyvids. Avec son copain, un Tchèque installé aux Etats-Unis et baptisé Tommy Wood, elle se met en scène dans ses premières sextapes. Ils sont beaux, amoureux et donnent à voir des scènes intenses et passionnées qui se vendent comme des petits pains. De plus, le couple est libertin. Quand elle se fait déboîter par Seth Gamble et Johnny Sins, des performers professionnels et awardisés, c’est lui qui est derrière la caméra (et qui se charge de l’échange de contenus, une pratique largement répandue entre les modèles qui consiste à se mettre d’accord pour ne pas prendre de rémunération pour tourner en échange du droit partagé d’exploiter la vidéo).

Il faudra patienter jusqu’en mai 2020 pour que sorte sa première scène mainstream avec Scott Nails pour Brazzers. Le deal pour sa première scène fut conclu en janvier, en marge des derniers AVN Awards à s’être tenus en physique. Il fait partie d’un accord plus global qui lie Kait par une exclusivité avec la galaxie Mindgeek pendant six mois.

Dans les semaines qui suivent, elle apparaît donc chez les studios frères, Reality Kings et Mofos. Futée, elle prend soin en parallèle de rester libre de produire ce qu’elle veut sur ses réseaux. Sur ce dernier point, avec un performer à la maison et des confinements à répétition, elle est très productive et enquille les sextapes, y compris lorsqu’elle se rend à Prague en juillet. Consternation chez les fans : elle ne va quand même briser son contrat pas faire du Legal Porn !? L’alerte est fausse : Kait ne fait que rendre visite à ses beaux-parents, mais en profite quand même pour sympathiser sur place avec LaSirena69 qui elle, est effectivement venue se faire déboîter chez LP.

Début 2021, son contrat pour Brazzers prend toutefois fin. Les loups du business sont à l’affut. Elle ne connaîtra pas un destin à la Madison Ivy et rebondit vite auprès de Jules Jordan qui l’accueille avec Manuel Ferrara en guise de cadeau. Elle lui fera admirer sa maîtrise parfaite du « Classic 5 » : missionnaire, levrette, cuillère, cowgirl et reverse cowgirl.

Le mois suivant, en mai, Penthouse allonge les lovés pour en faire sa Pet Of The Month. Kait est somptueuse et son shoot se veut un hommage à la légendaire actrice italienne Sophia Loren. « Je me suis sentie comme une princesse, du maquillage jusqu’à la garde-robe et les bijoux », avouera-t-elle après coup.

En fait, derrière chaque princesse, il y a une Cendrillon qui est plus cracra. Car personne ne sait encore que dans le même temps, elle s’apprête à balancer sur Onlyfans sa première scène de golden shower. Ses 178k followers ne vont pas tarder à être sur le cul. Certes, Kait ne rechigne pas à faire des faciales, mais de là à basculer sur de l’uro pour ponctuer une partouze, il y a un fossé qu’elle ne semblait pas destinée à franchir à un moment où sa carrière est à un carrefour.

L’influence d’un boyfriend est-européen et ce qu’elle a pu voir ou écouter des filles qu’elle a croisées à Prague l’année dernière semblent l’amener sur la voie perverse d’une Anna De Ville plutôt que sur celle conventionnelle d’une Gianna Dior. Dans le fond, rien de plus logique pour une fille qui fut au top dès ses débuts alors qu’elle ne l’avait jamais cherché. Après 15 mois aussi bizarres que merdiques, il est temps pour elle de s’éclater.

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.