Suivez-nous

Actu/News

Ils ont fait l’amour avec des extraterrestres

Pierre Des Esseintes

Publié

le

Vous connaissez peut-être l’exobiophilie, l’attirance sexuelle pour les extraterrestres. Mais savez-vous que certaines personnes prétendent avoir réellement vécu des rapports sexuels avec des entités non-humaines ? Enquête.

L’exobiophilie, l’une des paraphilies les plus étranges de la sexualité humaine, consiste à éprouver une attirance sexuelle pour les extraterrestres. On peut évidemment concevoir que les exobiophiles ont toutes les peines du monde à trouver un partenaire sexuel, puisque les aliens constituent une population plutôt discrète… Option de substitution : l’achat d’une poupée gonflable supposée ressembler à un alien. On peut aussi se tourner vers des sextoys rappelant, dans les grandes lignes, le sexe masculin, mais d’une couleur très éloignée de celle de la chair humaine, et ornée de reliefs bizarres… Le must de ce marché de niche : l’Ovipositor, un gode creux de bonne taille qui permet de déposer de gros ovules visqueux dans l’orifice de son choix. On aime particulièrement le modèle « G’lorp » avec ses mignonnes tentacules. L’idée consiste ici à se faire inséminer par un extraterrestre, et d’accoucher de ses œufs. Le porno a aussi joué avec ce fantasme. On peut citer, dans les années 2000, les parodies Space nuts, Porn Wars, ou encore This ain’t Avatar, qui mettent en scène les plus lubriques personnages issus de la diversité intergalactique. 

L' »alien lube » est fourni avec !

La plupart des exobiophiles se contentent de fantasmer, à l’instar de Gillian Anderson, inoubliable actrice des X-Files, qui déclarait : « j’aimerais faire l’amour avec des extraterrestres, c’est super excitant d’imaginer des relations intimes avec des non-humains ».  Mais certains humains ont déclaré avoir réellement vécu une expérience d’ « abduction » (anglicisme désignant un enlèvement par des aliens), suivie d’un accouplement inter-espèces ! 

Lors des abductions se déroulent souvent des examens approfondis.

Le premier cas célèbre de relation sexuelle avec une créature extraterrestre est celui du fermier brésilien Antonio Villas Boas. Lorsqu’un engin bizarre se pose dans son champ, le 16 octobre 1957, Boas veut d’abord s’enfuir sur son tracteur, mais celui-ci ne répond plus… Il tente alors de déguerpir en courant, mais se fait rattraper par un être humanoïde casqué, en combi grise argentée façon Bogdanov époque Temps X, d’environ 1,50 mètre. Il est bientôt suivi de trois autres, qui parviennent à maîtriser Boas et à l’emmener de force dans leur vaisseau spatial. 

A l’intérieur, le pauvre paysan se fait recouvrir de gel, puis on l’emmène dans une pièce qui peu à peu se remplit d’un gaz qui l’étourdit. Totalement à l’ouest, Boas est finalement conduit dans une autre salle, ou l’attend un extraterrestre femelle, nue et, selon lui, très attirante. Cheveux blond platine, poils du pubis écarlate, la femelle présente toutes les caractéristiques d’une humaine punkoïde plutôt bonne. Boas est grave excité et honore l’alien comme il se doit. Comme quoi, grâce au cul, on arrive toujours à trouver un terrain d’entente, malgré nos différences…  Après la saillie, la femelle frotte son ventre et pointe son doigt en l’air. Boas comprend alors que la cochonne de l’espace va élever leur descendance très loin de la Terre. Puis, Boas fait un petit tour du vaisseau spatial en compagnie des aliens. Il tente de caviarder un objet, histoire d’emporter un souvenir de son escapade, mais il se fait griller par les humanoïdes, qui le jettent dehors comme un malpropre. Le vaisseau spatial  s’en retourne alors vers les immensités intergalactiques aussi vite qu’un pet sur une toile cirée. 

Autre témoignage tout aussi incroyable, publié dans le China Daily  : celui du paysan chinois Meng Zhaoghuo.  En 1994, Meng aperçoit une lueur qui illumine un flanc de montagne. Croyant à un accident d’avion, il s’approche du lieu supposé du crash, puis perd connaissance. Plus tard dans la soirée, une extraterrestre de trois mètres de haut, avec douze doigts à chaque main et du poil aux pattes, lui rend visite, pour lui faire vivre quarante minutes de coït en lévitation (source : 20 Minutes). Meng a confié au China Daily : “je ne croyais pas aux extraterrestres avant d’en rencontrer”. Et de baiser avec eux, pourrait-on ajouter. 

Baiser avec une extraterrestre, l’américain David Huggins l’a fait lui aussi. Ce géorgien a même perdu son pucelage, à l’âge de 17 ans, avec l’une d’elles. Il raconte cette expérience dans l’hallucinant documentaire Love and Saucers (Amour et soucoupes volantes) https://www.youtube.com/watch?v=S8sTYQpqyrI. Dès l’âge de huit ans, Huggins a été approché par des aliens plus ou moins flippants. Mais sa plus belle rencontre, c’est avec une séduisante humanoïde. Lors de son dépucelage, il est couché sur le sol au milieu d’une clairière, et l’extraterrestre le chevauche pendant toute la durée de l’accouplement. Ensuite, contre toute attente, l’alien lubrique ne s’est pas envolée, sans lui dire au revoir, vers d’autres galaxies. Au contraire, leur relation s’est poursuivie… « C’était vraiment ma petite amie », raconte Huggins. Pour mieux faire connaitre son histoire, Huggins s’est mis à peindre des dizaines de tableaux, illustrant les premières visites d’aliens, et ses copulations avec « Crescent » (c’est le petit nom de sa copine). 

David Huggins et son tableau représentant ses ébats avec sa copine alien.

Curieusement, Huggins ne livre aucun détail croustillant sur la sexualité des aliens. On aimerait quand même savoir s’ils apprécient la fellation ou la levrette, si les mâles sont bien membrés, et si les femelles pratiquent le sexe anal… 

Il arrive également que les ébats avec des non-humains s’achèvent par une fécondation. Ainsi, la française Louise raconte avoir été abductée, à l’âge de 37 ans, par des « petits gris » et fécondée par « insémination artificielle » (source : Vice.com). Attention, ce n’est pas du sperme d’alien qui a mis Louise en cloque ! Non, pour la féconder, les malicieux petits gris ont prélevé le sperme de son mari pour en modifier l’ADN. « Sur trois fils, j’en ai deux dans ce cas, explique Louise. Ils sont précoces. » Nous n’avons pas pu vérifier la précocité de la progéniture, mais après tout, l’essentiel est que les enfants ne ressemblent pas à des petits gris, sous peine d’effrayer leurs camarades de classe…  

Des psychologues se sont penchés sur ces récits étranges, et ont avancé plusieurs explications. L’une d’elle est une désynchronisation du corps et du cerveau provoquée par une paralysie du sommeil. Ce réveil en plein milieu d’une phase de sommeil paradoxal provoquerait des hallucinations… Autre hypothèse : un réveil en plein milieu d’une anesthésie générale. Que voit alors la personne ? Des individus masqués penchés sur elle, une lumière aveuglante… Ajoutez à cela un imaginaire sexuel foisonnant, et la salle d’opération se transforme rapidement en club libertin intersidéral ! 

Si vous pensez, vous aussi, avoir vécu une abduction, vous pouvez contacter l’association CERO France : https://cero-france.com, et le GEIPAN, service du CNES qui collecte les « phénomènes aérospatiaux non identifiés ». Vous pouvez aussi essayer d’arrêter la drogue. 

Pierre Des Esseintes est auteur et journaliste, spécialisé dans les questions de sexualité. De formation philosophique, il est également sexologue. Il a publié, aux éditions La Musardine, Osez la bisexualité, Osez le libertinage et Osez l’infidélité. Il est aussi l’auteur, aux éditions First, de Faire l’amour à un homme et 150 secrets pour rendre un homme fou de plaisir.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.