Suivez-nous

Bio/Milieu du X

Le téléphone rose : interview avec une hôtesse !

Multon

Publié

le

Nous avons rencontré Marianne, une grande artiste du téléphone rose. Marianne est une brunette pulpeuse aux yeux pétillants de malice. Son imagination fertile, sa voix enjôleuse et son goût des choses du sexe l’ont guidée tout naturellement vers la communication téléphonique coquine. Et en ce qui la concerne, c’est tout un art.

La Voix du X :  Bonjour Marianne. Tu n’as pas souhaité que l’on publie ta photo, pourtant tu es drôlement sexy. Tu as honte?

Marianne : Pas du tout. C’est tout simplement parce que je respecte les fantasmes de mes correspondants. Chacun m’imagine selon ses désirs et il me plait de me savoir ainsi multiple et différente au gré des rêves de mes appelants. Pour eux, je suis une sorte de fée, un ange.

495-041-1024x768

Blonde peut-être?

Non, je suis brune et je ne m’en cache pas. D’ailleurs, en leur for intérieur, je crois que les hommes préfèrent les brunes. Les blondes, c’est plutôt pour parader devant les copains.

Et ton nom?

J’ai un nom «de scène»: Pour mes correspondants, je m’appelle Marie-Ange.

Comment ça se passe en réalité ?

Il y a tout un rituel: Avant de commencer je prends un bain chaud, je me parfume, je m’habille sexy et je m’installe très confortablement sur mon moelleux divan. Parfois, je me masturbe légèrement en attendant que le téléphone sonne. Bien qu’on ne me voie jamais, cette mise en condition et ces préparatifs, me sont indispensables pour me mettre dans une ambiance propice à l’accueil. Je dois me sentir désirable pour être désirée par mes appelants et pour accéder, moi aussi dans leur fantasme.

Et quand tu décroches ?

Là, je ne suis plus maîtresse de la situation. C’est un peu comme une actrice de théâtre ou de cinéma que je suis emmenée dans la scène de mon appelant. Tout dépend donc du fantasme de mon correspondant.

Mais comment se fait-il que le téléphone rose ait encore du succès malgré les webcams?

Tout simplement parce que l’image définie sur un écran ôte une possibilité à l’imaginaire. Au téléphone, l’appelant m’imagine exactement comme il en a envie. S’il appelait une webcam, il risquerait de gâcher son scénario en voyant une femme qu’il veut imaginer à sa guise. La webcam c’est une autre démarche.

Comment entre-t-on dans le fantasme de l’autre ?

A partir de là, c’est facile d’autant plus que certains sont déjà mûrs lorsqu’ils m’appellent.

Mûrs ?

Je veux dire qu’ils se sont masturbés longuement avant de téléphoner. Il s’agit alors pour moi de débarquer au centre de leur transe et de trouver les quelques mots qui pousseront leur excitation à son comble jusqu’à ce qu’ils jouissent. J’en connais un qui me téléphone régulièrement dans cet état-là et qui ne me laisse pas placer un mot. Il me traite de tous les noms d’oiseaux, m’accuse de briser son ménage, me reproche mes poses lascives, mon ton de voix provocant… Mais il s’excuse chaque fois après avoir pris son pied ! Ce doit être un monsieur bien poli dans la vie de tous les jours.

teenkasia_052-014

Je suppose qu’ils ne sont pas tous aussi expéditifs.

Evidemment, mais je peux te dire que c’est là que ça se corse. C’est qu’il s’agit alors de s’immerger au cœur de fantasmes tellement extraordinaires ou inattendus que cela en devient très excitant pour moi. J’ai moi-même beaucoup d’imagination dans ce domaine. Cela donne des scénarii détonants où je brûle moi aussi de désir au point de me masturber sans vergogne tout en téléphonant.

Tes correspondants s’en rendent compte?

Tu penses, je ne peux pas le cacher. Mais cela leur plaît.

Quels sont les fantasmes que tu inspires le plus souvent ?

Je me trouve tour à tour l’infirmière qui vient vérifier auprès d’un malade si ses fonctions sexuelles sont toujours en état, l’étudiante qui se fait draguer à la sortie des cours, la religieuse violée dans un confessionnal, la maîtresse exigeante envers le correspondant, la lesbienne qui donne du plaisir à une maîtresse de maison bcbg sous l’oreille attentive de son mari…

4406-fille-au-telephone-WallFizz

Ce sont des correspondants anonymes à chaque fois différents ?

Penses-tu ! Ils ont eux aussi leur petit nom de scène, ce qui me permet de les reconnaître en fonction de leurs appels précédents. Il en est des très fidèles qui me téléphonent plusieurs fois par mois et qui à chaque fois ajoutent un piment nouveau à leur scénario.

Une question indiscrète pour conclure: as-tu déjà rencontré l’un ou l’autre de tes correspondants ?

C’est arrivé, mais très rarement et ça, c’est une autre histoire…

Diplômé du CUNIC en biosexologie, du CERIA en pédagogie, formé à LLN à la communication par les médias. Auteur de "La Sexte", un roman érotico-policier aux Editions du Rocher et traduit en italien sous le titre "La Figlie di Lesbia" , Multon est un grand voyageur qui a accosté de nombreuses nanas dans 46 pays différents, Multon aurait voulu être un serpent… pour être toute une queue, c'est un homme ordonné qui tient chaque chose à sa place: les animaux dans son assiette et les femmes dans son lit.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.