Suivez-nous

Actu/News

Parodies Porno Gay : quand le x fait son drôle de cinéma

Thomas Fap

Publié

le

Le point commun entre Star Wars, Game of Thrones, Twilight et Super Mario ? Ils ont tous leur parodie porno gay ! Pourquoi s’en taper une devant un pastiche de cinéma hollywoodien ou de jeu-vidéo ? La parodie rime-t-elle nécessairement avec nanar ?

Le plaisir d’une histoire, le goût de l’interdit

Le public des parodies pornos est, contrairement à ce que l’on pourrait croire, exigeant. Soit des mecs qui veulent s’astiquer mais avec une histoire. Une simple vidéo avec deux inconnus qui s’enfilent ne suffit pas, une trame apporte toujours une montée en puissance appréciable. L’avantage de la parodie x, c’est qu’elle propose de plonger dans un univers bien connu pour le détourner de façon hyper sexualisée. On est en terrain connu mais en même temps on se laisse surprendre. Si aujourd’hui le sexe s’affiche partout, le cinéma, et Hollywood en particulier, continue de jouer sur la frustration. Tous ces mecs canons qui font fantasmer en Batman ou en James Bond mais qu’on ne voit jamais vraiment en pleine action, ça donne faim !

La parodie porno gay a comme arme supplémentaire qu’elle rend gay des figures considérées comme des modèles absolus d’hétérosexualité. Il y a un petit plaisir transgressif à voir enfin, après des années et des années de fantasmes, Batman enfiler Robin ou Superman. Ça n’est pas prêt d’arriver sur grand écran alors on refait l’histoire, la queue à la main.

Qui plus est, les parodies ne manquent en général pas, quand elles sont bien faites, d’originalité. On apporte davantage d’attention aux détails, on crée un univers, on s’évade…

parodie_porno_gay_01

Une vision déculpabilisante du porno

En consommant un pastiche porno, on n’opte pas pour une énième scène sordide. On regarde un divertissement. En général, les clins d’œil sont légion et on passe facilement du rire à l’excitation. Pour les plus timides ou coincés, ça détend, ça aide à se relaxer et à ne pas se sentir seul devant son écran avec le rouleau de Sopalin à côté. On peut regarder ça comme un film ou une série, c’est fun, c’est propre.

Il y a parodie et parodie !

Bien sûr on trouve toutes sortes de parodies. Certains labels peu scrupuleux se font une joie de lancer des films avec des titres en référence à des blockbusters ou des sagas grand public. Mais si c’est tourné dans un appartement avec des costumes carnavalesques, on déchante vite. Une bonne parodie est une parodie un minimum respectueuse de l’univers auquel elle emprunte son petit nom. Plus le studio derrière le film est grand, plus la production sera élaborée et le bon moment assuré. Bref, il faut savoir faire le tri !

parodie_porno_gay_03

MEN, la référence du genre ?

L’avantage de la parodie porno, c’est qu’elle fait plus parler d’elle qu’un banal film. Ne serait-ce que par son caractère rigolo par essence, la parodie attise toujours la curiosité des journalistes, blogueurs et du public. Le studio gay MEN, l’un des plus puissants au monde, l’a bien compris et a accumulé depuis plusieurs années les productions du genre. Plutôt que de proposer des longs-métrages, elle articule ses adaptations en format série. Et l’équipe ne fait pas les choses à moitié, partageant sur le net des photos très pros qui vendent du rêve, mettant en ligne des trailers soft et hard pour favoriser le partage de contenu et mettre toutes les chances d’obtenir une forte notoriété de son côté.

Game of Thrones, Batman vs Superman, les X Men et surtout dernièrement Star Wars : MEN met en scène ses modèles les plus sexy dans des parodies très bien produites et vendues de façon extrêmement sexy. Le label joue volontiers la carte du second degré, s’amuse du potentiel grotesque et suscite régulièrement le buzz. Les bandes-annonces et photos donnent envie de voir jusqu’où ça va aller. En regardant les films, on déchante un peu : les mises en place sont poussives et côté fond ça ne vole vraiment pas haut. Les passages les plus croustillants sont souvent mis en avant dans les trailers. Mais le soin particulier apporté aux costumes et aux décors assurent le dépaysement.

On vous laisse apprécier les bandes-annonces de Gay of Thrones, Star Wars Parody et Batman vs Superman.

James Bond, l’agent qui faisait bander les gays

parodie_porno_gay_02

Parmi les deux meilleures parodies gays, on en trouve au moins deux qui s’attaquent à la figure de James Bond. On n’est pas vraiment surpris : il est difficile de faire plus hétéro, et donc plus inaccessible que l’agent 007.

La première adaptation vient des anglais de Eurocreme qui ont lancé Spy Boy, deux films suivants les aventures d’un certain James Bonk. Dans le premier épisode, il doit mettre la main sur un aphrodisiaque offrant l’extase suprême avant de causer la mort de ceux qui l’utilisent. Dans le second, il s’agit de contrer les plans machiavéliques d’un grand méchant qui a volé de façon mystérieuse le sperme du Pape pour tenter de le reproduire, d’inséminer des femmes et de créer une « armée de petits papes ». Comme vous l’aurez compris, le film ne se prend pas du tout au sérieux et opte pour un ton jubilatoire de comédie. Dans la peau de l’interprète principal, le super sexy british Chris Cooke fait des merveilles.

Les parodies françaises gays sont rarissimes et l’une des seules à avoir vu le jour dans la décennie écoulée est aussi inspirée directement de Mr Bond. Il s’agit d’Agents X, réalisé par Ridley Dovarez. Le personnage principal, Craig 00sexe, doit empêcher les plans dangereux d’un certain Gustav qui a créé un spray transformant tous les hétéros en gays afin que toute reproduction devienne impossible. Là aussi, l’humour n’est pas en reste et l’excitation au rendez-vous. Agents X a définitivement mis sur le devant de la scène le beau Doryann Marguet qui déborde de charme dans ses petites tenues d’agent secret excité.

L’omniprésence des héros

Si les jeux-vidéo et les sagas ados ne sont pas en reste (Super Mario a eu droit à son « Super Barrio Bros », le pauvre Harry Potter a été parodié dans les films « Fucking Harry Palmer » ou « Whoorey Potter », Twilight s’est métamorphosé en « Twinklight » pour les amateurs de minets…), ce sont avant tout les super-héros qui obsèdent les producteurs de porno gay.  Le fait que les productions Marvel et DC Comics accomplissent des prouesses au box office n’y est pas pour rien mais là encore le porno répond à la frustration de geeks gays qui ont passé leur adolescence à fantasmer des liaisons homosexuelles entre leurs héros. Si MEN s’est imposé sur ce créneau, d’autres labels indépendants se sont essayés au genre en optant parfois pour un caractère complètement improbable comme Manville Entertainment avec son déjà culte Green Lantern dont voici la bande-annonce :

Au final, la parodie porno gay amuse et corrige une réalité où tout ce qui est grand public est forcément hétéro. Dans un monde x, Harry Potter, James Bond ou Super Man sont des gays exhibs et super montés qui oublient tous leur mission pour des parenthèses musclées entre mâles. Et si l’essence d’un super héros c’était de se faire enculer de temps en temps ?

Thomas s'abreuve de porno depuis ses 15 ans. Après les premiers émois des VHS hétéros, il développe une passion débordante pour le x gay alors qu'Internet fait son apparition. Pornophage et curieux, tous les genres et fétiches attisent sa curiosité. Il partage ses fantasmes et addictions sur son propre blog, Gaypornocreme, et régulièrement pour le magazine gay Qweek.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.