Porno odorant en réalité virtuelle : respirez le futur

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (1) - Une

Après la 3D et la réalité virtuelle, une nouvelle expérience est proposée aux aficionados du porn : les films VR en odorama. Les mateurs que nous sommes vont bientôt pouvoir se faire une idée des effluves sexys – ou pas – de nos plus belles stars.

Les Dieux de la technologie ne se reposent jamais. Nous avons déjà signalé dans cette rubrique que l’essentiel des progrès techniques grand public avaient été développés avant tout par – ou grâce au – porno. Citons-en vrac la vidéo, le minitel et, bien sûr, Internet. Voici l’une des dernières nouveautés censées nous apporter un réalisme supplémentaire à l’expérience de l’amateur de X.

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (4)Entre un serial killer et la Guerre des Étoiles

Cette nouvelle technologie impose au spectateur un masque encore plus invasif que les traditionnelles lunettes VR. Vous allez donc vous retrouver avec l’équivalent d’un masque à gaz sur le visage pour profiter de la version odorante de votre film hard préféré. L’ensemble (voir photo) donne un visage qui se situe entre le serial killer qui se glisse de nuit dans votre chambre et la dernière version du casque des Stormtroopers dans la Guerre des Étoiles. À noter qu’un film était déjà sorti en salle en odorama. Il s’agit de Polyester de John Waters, pour lequel les spectateurs disposaient d’une plaquette numérotée qu’il fallait gratter et sentir à certains moments du film.

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (5)Ça peut sentir la rose ou le slip

La société CamSoda est à l’origine de ce nouvel équipement. Il est livré avec deux cartouches et peut se connecter avec votre smartphone par le biais d’une application dédiée. L’utilisateur dispose alors d’un sens supplémentaire quand il va sur le site d’une camgirl. Les odeurs proposées vont de celles de l’océan, d’un champ de roses jusqu’à des odeurs corporelles, voire des odeurs intimes. Selon le président de CamSoda, Daron Lundeen, le porno odorant est la prochaine étape d’immersion pour le X en réalité virtuelle. Il pense également que le fait de proposer cette option devrait augmenter les revenus des camgirls de 25 %.

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (6)Ils veulent sentir Victoria          

C’est une performeuse de Floride, Victoria Ryan, qui témoigne de la demande des internautes en matière de porno nasal. « Bon dieu, je voudrais pouvoir te sentir », lui auraient glissé nombre de spectateurs pendant ses shows live en webcam. Elle ajoute que ces mêmes fans paient jusqu’à 50 dollars pour acheter une de ses culottes – déjà portée bien sûr. L’argument n’est pas dénué de sens : si le masque peut leur donner l’odeur de choupinette de Victoria pendant le show… Le masque odorant n’a pas pour seule vocation de vous donner l’odeur corporelle de la strip-teaseuse. Il peut aussi vous mettre dans l’ambiance du spectacle devant lequel vous êtes. « Une ménagère excitée pourrait accompagner son show d’une odeur de cuisson de pain », précise Lundeen. Et il s’empresse de préciser que les odeurs d’urine ou d’excrément ne figureront pas au catalogue. Nous voilà rassurés.

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (7)Une idée qui sent la cata ?

Le masque est disponible à la vente depuis début janvier et coûte 60 dollars. Les cartouches doivent durer entre trois et six mois et leur remplacement coûte une trentaine de dollars. Si la société émettrice est fort logiquement enthousiaste sur l’avenir de son produit, les experts marketing du monde adultes le sont nettement moins. Ils soulignent que d’autres expériences ont eu lieu dans le domaine de l’odeur et se sont toutes soldées par un échec cuisant. Les investisseurs aujourd’hui parient plus facilement sur l’intelligence artificielle qui accompagnera les futurs sex-robots.

LVDX - US 30 - Réalité virtuelle odorante - Visuel (8)Et, de vous à moi, même si le procédé se perfectionnait et si l’accès aux odeurs ne se faisait plus par un masque qui rappelle les tranchées de 14-18, je ne suis pas sûr que de sentir les dessous de bras d’une performeuse ou le plastique de son sex-toy ajoute une note indispensable à l’expérience VR d’une camgirl. Il restera peut-être le marché de niche de ceux qui, parmi les fétichistes des pieds, voudront sentir le musc des orteils pendant qu’ils les admirent à l’écran.

Jason Cold

À propos de Jason Cold

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.