Les ados et le porno, une conférence pour parler aux parents

C’est une drôle de conférence qu’a accueilli jeudi 11 mai le lycée Touchard, au Mans. Cet échange est là pour mieux comprendre la sexualité numérique de nos têtes blondes, et comment les protéger. L’expérience avait déjà été tentée avec succès en décembre dernier, en Basse Goulaine. L’amphithéâtre où se déroule cet événement était interdit aux mineurs.

Le thème est très actuel : « Les jeunes et internet : Amour, sexe et pixel ». Pour animer cette conférence, deux hommes, Stéphane Blocquaux, docteur et maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, et Renaud Hétier, docteur en sciences de l’éducation.

De La Redoute à YouPorn, Stéphane Blocquaux est revenu sur les évolutions du rapport à la pornographie et aux pratiques extrêmes. Il pose l’importance d’une éducation au virtuel par une implication des parents dans cet espace de loisirs si adulé de nos jeunes ados. Renaud Hétier aborde, par une approche sociologique et psychologique, la question dans son contexte plus général. Il interroge sur le rapport au corps.

Pourquoi cette conférence est-elle si importante ?

Car ce sont deux experts en cybersexualité :

À tour de rôle, Renaud Hétier et Stéphane Blocquaux retracent l’histoire de la pornographie, précisent la façon dont les adolescents l’abordent, expliquent la façon dont l’internet a bousculé le rapport à la sexualité.

LVDX - Ados et le porno (Les) - Visuel (1) - UnePour dédramatiser :

Avec clarté, sans faire dans le pathos et en glissant volontiers une touche d’humour pour dédramatiser, les deux conférenciers proposent une série de recommandations d’ordre à la fois technique et éducatif.

L’importance de l’estime de soi

« L’important, c’est la construction d’une bonne estime de soi. Les images dégradantes sont consultées quand on a une image dégradée de soi », a déclaré Stéphane Blocquaux. Pour lui, « trop de parents valorisent leur enfant uniquement en fonction des résultats scolaires, de la performance ». Les réunions de famille sont parfois traumatisantes pour les enfants quand les parents n’arrêtent pas de comparer leurs résultats scolaires, les mettant dans une compétition entre cousins dont ils ne veulent pas. Les orientant parfois dans les mêmes professions qu’eux, sans s’intéresser à ce qu’ils désirent vraiment. Et c’est souvent de là que naissent les premiers complexes d’infériorité de l’adolescence qui se traduiront plus tard dans un métier où on ne s’épanouit pas, parce qu’on a suivi la voie qu’on nous a forcée à suivre. Un mal-être qui passera pour certains par des addictions diverses et des pratiques sexuelles plus extrêmes.

Maître de conférences à l’UCO et chercheur associé à l’ENSAM, à Angers, Stéphane Blocquaux insiste sur une « présence » des parents : « Par une télé-présence, où on offre du confort, de l’équipement, du loisir. L’essentiel, c’est le temps passé avec son enfant. »

Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.