La Louisiane et l’Arkansas contre le public porn

Les villes de Jonesboro (Arkansas), et Houma (Louisiane), ont entamé au même moment des poursuites judiciaires contre des couples-producteurs pour avoir diffusé des scènes hard tournées dans leurs rues. La fin du Public porn ?

Les deux villes de Jonesboro et Houma n’ont pas grand-chose à voir l’une avec l’autre. L’Arkansas et la Louisiane ne sont pas franchement voisins. La première compte environ 115 000 habitants contre 35 000 pour la seconde. Mais ces deux villes ont en commun de ne plus vouloir découvrir sur des sites X que des couples produisent des porno dans leurs rues. À Jonesboro comme à Houma, on a donc décidé de porter l’affaire devant les tribunaux.

Les exhibitions de rue sont maintenant chose commune

« L’obscénité » remise au goût du jour

La décision a été prise après que les autorités locales des deux cités aient reçu des plaintes et des liens vers des sites X contenant les scènes incriminées. Pour information, les sites concernés sont des tubes permettant à des utilisateurs d’uploader leurs propres scènes. Les protagonistes sont donc des amateurs du cru. Consulté sur la question, l’avocat Larry Walters rappelle que si les affaires « d’obscénité » sont plus rares, elles peuvent encore, dans le cas de « contenu pour adultes », attirer l’attention de la loi. La justice américaine étant fort différente de la nôtre, le fait de filmer en public est protégé par le premier amendement de la constitution. Cela n’empêche pas les propriétaires des lieux, où se déroule « l’action », ainsi que d’autres citoyens, de déposer plainte.

Leslie se touche au resto et se gode sur les parkings !

Mayvendoll, la voisine dont on rêve

Dans le cas de l’Arkansas, Leslie Sessions, plus connue sous le nom de MayvenDoll et son mari Derek Calloway, ont été arrêtés après une enquête de la police, sur de nombreuses scènes tournées en public et diffusées sur des sites porn tube. Parmi ces chefs-d’œuvre du septième art, on peut voir madame se masturber à la table d’un restaurant local, ou encore se mettre un gode sur le parking d’un magasin Home Depot. Monsieur se contentait ici de filmer. La police a relevé que MayvenDoll faisait sa promotion en ligne, notamment sur Twitter. Le couple doit donc faire face à de multiples accusations d’exhibitions sexuelles explicites, d’obscénités et de promotion de performance obscènes.

En Louisiane, lecture et « tagazou » pour Elizabeth et Rex

Elizabeth et Rex intimes, chez eux pour une fois

 

Dans le cas de la Louisiane, un couple marié est sous le coup de six chefs d’accusation d’obscénité, après s’être filmé en train de « tagazouter » dans une bibliothèque publique. La justice leur reproche ensuite d’avoir diffusé ces scènes sur leur page PornHub. Là aussi on peut parler de performances : selon les enquêteurs, ce ne sont pas moins de 160 scènes hard qui auraient été réalisées en public par le couple à travers toute la ville. Ce n’est plus une page porno mais une découverte touristique de la ville d’Houma à grands coups de queue. Parmi les commerces qui ont servi de décor, on citera un magasin Walmart et un Burger King. Je ne vais plus regarder mon prochain Whopper de la même façon. Dans la bibliothèque municipale, Elizabeth terminait généralement ses exploits par une turlutte sur son époux. On peut parler de tourisme quand on ajoute que les vidéos du couple ont déjà été vues plus de 1,7 million de fois.

Un problème de production et d’exhibition récurrent

Le porno en public est lui aussi devenu incontournable

Selon Maître Walters, cela fait un moment maintenant que les avocats concernés par la production pour adultes doivent faire face aux problèmes générés par le contenu explicite filmé dans des lieux publics. Le souci est encore plus fort quand des mineurs sont susceptibles d’être présents dans le périmètre. Le cabinet de Larry Walters prévient régulièrement ses clients des dangers de produire ou de diffuser du contenu de ce genre. Et de rappeler que d’autres affaires avaient déjà défrayé la chronique avec des webcam girls s’exhibant ou baisant en public.

Mayvendoll côté glamour - on remarquera le côté annonciateur du tee-shirt

La raison de tout cela reste que les goûts du public ont changé et que - vous comme moi - on se contente plus difficilement d’une bonne vieille scène hard tournée à la papa dans le lit honnête d’une chambre discrète. On veut de l’exceptionnel, du frisson : et une éjaculation faciale n’a pas la même saveur - si je puis dire - quand elle est réalisée sur le quai d’une gare ou entre deux voitures en plein midi sur un parking. Les producteurs se sont mis au goût du jour mais si d’autres villes - et d’autres pays - suivent les exemples de ces deux communes, il faudra bientôt que les producteurs de hard se munissent d’un guide des villes « porno-compatibles » pour éviter la prison. Bonne chance à tous.

Jason Cold

À propos de Jason Cold

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.