Graves hippies

909 Productions, filiale de Lagardère Studios, a acquis les droits pour une adaptation française de la téléréalité américaine Naked and Afraid dont les trois saisons [2014] ont été diffusées sur RMC Découverte sous le titre Retour à l’instinct primaire.

Où t’es ? Mama où t’es ?

« Partir un jour, sans bagages… » Et c’est le moins que l’on puisse dire pour cette émission de téléréalité qui voit pendant 21 jours, des couples jetés à poil dans une jungle inhospitalière avec deux ou trois outils rudimentaires pour voir s’ils seraient de bons « survivalistes ». Alors comme ça on veut jouer à Adam et Ève ? Suivez-nous c’est par là…

S’il me met un doigt… je lui coupe la bite !

Un paradis sous les tropiques ? Eh non. L’Eden en question, c’est la version 2.0, soit après qu’une truffe ait bouffé une pomme sur les conseils d’un crétin de serpent. À chaque épisode, ils sont deux et à poil : « Bonjour, bonjour, on a trouvé facilement ? » Ah, instant magique de la rencontre où Monsieur arrive a garder son chibre au repos, face à la bombasse qui se balade devant lui, la fouf à l’air. Mais ne rêvez pas, seuls les culs sont visibles, tout le reste est flouté.

Un silex, un bâton, un sac, et hop ! C’est parti pour 21 jours de survie en milieu sauvage. Si l’équipe de tournage les suit en permanence pendant la journée, ils évacuent la nuit [ils sont pas cons, eux, ils vont pas risquer de se faire bouffer] et laissent le charmant couple se faire des selfies voire de petites sextapes avec des caméras à vision nocturne. Bon ils ne sont pas complètement seuls, car chacun d’eux porte un collier contenant un micro relié à un émetteur HF caché dans un sac qu’il doive porter en bandoulière, en permanence.

J’ai trouvé ça sur un arbre… sans doute un arbre à pains…

« Allez donc tricoter des capotes avec du roseau et des feuilles de bananier ! »

On leur laisse quand même le droit d’apporter un machin doué d’une quelconque utilité. Rouge à lèvre, masc… machette ou allume-feu [pratique, dans le cas ou Madame, prise d’une légère fringale, décide de dézinguer Monsieur en pleine nuit, afin de se tailler un petit steak]. Bien sûr, tout est cadré, surveillé, leur poids en particulier [ah, bah on s’improvise pas pêcheur au harpon du jour au lendemain non plus] et on leur attribue une évaluation de capacité à survivre qui évolue au fil de l’émission [Pour les amateurs de jeux de rôle et, en particulier, de L’appel de Chtulhu, c’est comme les points de santé mentale, quand on a plus…]

C’est quoi le dresscode ? Tressage de godes.

Et pour l’équipe de la prod, Verbotten intervienirt ! Sauf bien sûr, cas d’extrême urgence, le : « Help ! J’me suis pété un ongle » ou « J’ai chopé des morbacs », ça ne marche pas. Et évidemment, dans le cas où Monsieur parvient à se retrouver pendu par les couilles dans un arbre, forcément, on rapplique et on le descend… Meuh non, jusqu’au sol ! Mon Dieu que vous avez l’esprit mal placé ! D’ailleurs, l’une des candidates Alison Teal s’est fait livrer en urgence un tampon par l’équipe technique. En cas de « grosse tuile », la prod peut arrêter l’aventure à n’importe quel moment [de préférence un peu avant que les candidats ne commencent à s’entre-tuer]. Pour ceux qui parviennent à terminer l’aventure, ils sont recueillis par tout moyen de transport approprié à un point de rendez-vous fixé par avance. Canoë, hélicoptère, ovni…

Bon, pour la guêpe, j’ai pas réussi à l’assommer, je vais tenter de la noyer.

Je vous voit déjà, vous, les aficionados des Mac Gyver et autre Survivor ! Ah, on aimerait bien aller se la jouer Préhistoparc à poil avec un petit canon de 36 [pas l’âge… la taille !] qui se balade en permanence avec le dindon qui danse la Macarena, hein ! Pervers que vous êtes… Mais allez donc tricoter des capotes avec du roseau et des feuilles de bananier ! Bon, le concept ne me dérange pas outre mesure, quoique personnellement et par soucis de « réalité historique », il est vrai, que j’aurais tendance à leur balancer une meute de vélociraptors aux miches ou une petite tribu du style Cannibal ferox, histoire de faire plus vrai. Ah bah là ! Je vous garantis qu’ils courraient et ils ne se plaindraient pas d’avoir des cloques aux pieds, ces glands.

Peter Dinklage [Tyrion Lannister dans la série Game of Thrones] et Leslie Jones [humoriste au Saturday Night Live] dans la version Celebrity de Naked and Afraid.

« Y fait trop chaud… Et l’eau elle est trop mouillée… »

Le fait est que, comme d’habitude, et dans un souci d’innovation toujours plus présent au sein des productions françaises, on va l’adapter avec des candidats bien de chez nous. Mais qui choisir pour présenter un tel programme. Denis Brogniart, encore ! Michel Drucker… Ah bah non, c’est pas Walking deads. Et pourquoi pas Manuel Ferrara à poil également ? [Ah bah y’a pas de raison si les candidats le sont] Et là, il y en a que ça va calmer ! Pendant que la jeune demoiselle va avoir les yeux rivés sur le membre viril du « Pénétrator », Monsieur pensera « Eh m…, c’est pas demain que je vais la serrer celle-là. »

La famille « Surichatte », son petit côté dominatrices à la Mad Max, ses épilations à la machette…

Niveau candidats, je ne sais pas si les Ch’tis ou les Marseillais sont déjà sur les rangs. Mais Nabilla ou Kim à poil, paumées dans une jungle sans portable, mascara ou autre, j’avoue que je paierais cher pour voir leurs permanentes jérémiades : « Y fait trop chaud… Et l’eau elle est trop mouillée… »

C’est bizarre, je sens comme une grosse branche… C’en est pas une.

RMC Découverte, comme on l’a dit plus haut, avait diffusé la version originale sous le titre Retour à l’instinct primaire, alors quelle innovation nous réserve donc Frédéric Joly, patron de 909 Productions, pour attirer le chaland ? 21 jours pour 18 cm ? Le chibre de la jungle ? Mi-fion [bah oui, c’est flouté] ? En tout cas, on va suivre de près les premiers épisodes, dès diffusion, et on ne manquera pas de vous donner notre avis. Mais une question me turlu… pine. À quand une version hardcore XXX non censurée ? Il y a bien eu SexFactor [à la recherche de la nouvelle pornstar] ? Alors de petites saynètes du style Monsieur taille des roseaux pendant que Mademoiselle lui taille… une pipe, moi je vote pour !

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.