[Brève #71] Sortie de Porn Valley, le livre de Laureen Ortiz sur le business pornographique

À la manière de Hunter S. Thompson qui, en son temps, décrivait ces marginaux de Hell’s Angels, la journaliste Laureen Ortiz plonge dans le milieu sinistré de la pornographie californienne pour raconter de l’intérieur le destin des travailleurs qui y évoluent. Son enquête, intitulée Porn Valley, en référence à la vallée enclavée où sont installés les studios de productions, met l’accent sur les trajectoires des acteurs et des actrices porno à l’ère d’Internet et de l’hégémonie des tubes. Rationalisation des coûts, maximisation des profits, ces personnes sont au cœur de mécaniques capitalistes qui les surplombent et les précarisent. Alors, il leur faut accepter des cadences toujours plus grandes, des pratiques toujours plus hard, et des conditions de travail de moins en moins favorables.

Si le livre, qui sort ce jeudi, se revendique comme une enquête de fond sur les méandres du business pornographique, à la manière de ce que faisait Ovidie avec son documentaire Pornocratie, il ne renie pas son héritage du journalisme gonzo, dans la droite lignée de son prestigieux créateur. Aussi, si sa saveur désenchantée, crépusculaire, fait indubitablement des merveilles en termes de narration, l’œuvre a le défaut inhérent à sa méthode, la partialité de son point de vue. Les travailleurs de ce business ne sont pas tous au bord du gouffre, et il est encore possible d’être heureux de sa condition de pornographe. L’essai a, en tout cas, le mérite de tirer la sonnette d’alarme sur un système économique aujourd’hui en bout de course…

Porn Valley de Laureen Ortiz, aux éditions Premier Parallèle, 320 pages.

Clint B

À propos de Clint B

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.