La granny, recherche tendance !

La Milf, pour certains, mais c’est bien trop jeune mon bon ami ! Vive la Gmilf ou quand grand-mère s’envoie en l’air. Si on est loin du beau et du bon, on a au moins du bonnet, même si à partir d’un certain âge de la poire au gant de toilette, il n’y a qu’un pas.

« J’ai la mémoire qui flanche, j’me souviens plus très bien », disait la chanson. Mais oublions Alzheimer pour nous occuper de ce que certaines femmes âgées peuvent s’envoyer dans les différents tiroirs. Car ici, plus de risque de s’y retrouver avec un polichinelle à l’intérieur, sauf cas de miracle dûment certifié et attesté par les autorités vaticanes.

Les mamies, des femmes toujours très ouvertes…

Certes elles sont un peu… enfin vous voyez ce que je veux dire, hein ? Les nibards n’ont plus la barre, la culotte de cheval est plus proche du percheron, voire de l’outsider que du favori à Vincennes, nonobstant que niveau favoris, elles sont souvent bien pourvues de ce côté-là et le dindon pendouille dangereusement. Elles ne sont sans doute plus de la première fraîcheur, mais l’adage ne dit-il pas : « Ce n’est pas parce qu’il y a de la neige sur le toit, qu’il n’y a plus de feu dans la cheminée » ? Et question ramonage, elles trouvent toujours de gentils « galopins » pour vérifier le tirage de leurs conduits.

C’est l’amour… sans les dents.

Chérie ! T’as pas vu mon passeport ?

La question qu’on est en droit de se poser : « Mais comment des dates limites de consommation dépassées, arrivent-elles à nous faire dresser le chibre à ce point ? » Du point de vue des spécialistes du « T’as pris feu, on t’a éteint à coups d’pelle », aussi appelés psychiatres, cette paraphilie [comportement sexuel atypique] classée sous les noms d’anililagnie ou de matrolygnagnie, soit une attirance pour les femmes très âgées [gérontophilie], cela résulte d’une quête de l’aspect rassurant et initiateur de la personne désirée. Bref une sorte de « laisse mamie, elle sait faire ».

Beurre Charente-Poitou, la tradition du trou.

Mais n’oublions pas au passage qu’au niveau risques de reproduction accidentelle, c’est plutôt peinard. À quatre-vingt piges passées, voire plus si affinités, il y a quand même moins de probabilités que la dame se retrouve à une première échographie, quelques mois plus tard, et vous sorte un truc du style : « Oh mon chéri il aura tes yeux… ». En cas d’accident je tiens à vous rappeler que depuis les soixante-dix dernières années, l’Uruguay demeure l’un des coins les plus sympas pour s’expatrier en urgence.

Éva Delage, l’expérience de l’âge.

C’est dans les vieux pots…

Aussi, la niche « grannies » dans la langue de Shakespeare rencontre-t-elle un certain succès sur les divers tubes qui fleurissent sur la toile. On ne compte d’ailleurs plus les films qui ont été tournés sur le sujet que ce soit en Allemagne ou chez nous et qui ont assuré la carrière d’actrices telles qu’Éva Delage, Gilda Moreno, Olga, Dany ou Sophia Verdi.

On peut être mamie gâteau et mamie sapho.

Ils suffit que vous cherchiez quelques titres contenant les mots « omas » [dans la langue de Goeth] ou « vieille », sur les sites de vente par correspondance de DVD, pour que vous tombiez sur des chefs-d’œuvre du genre, tels que Vieilles nymphos périmées, Vieilles gouines et chattes gluantes ou Vieux trous à boucher pour nos productions françaises, mais vous pourrez aussi trouver votre bonheur chez les éditeurs étrangers tels que Magic horn, Oftly goldwin, Bb-video ou Create-X. Comme vous le voyez, si vous êtes amateur du genre, vous n’êtes pas prêts d’être à sec pour vous dégorger le poireau.

Une fois par an, bien purger le conduit. Question de sécurité.
Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.