Mindgeek ou le côté obscur du X

C’est la multinationale du sexe qui a fait basculer le porno. En quasi situation de monopole aux États-Unis, le groupe M est devenu, depuis sa création en 2007, incontournable grâce à des méthodes plus que douteuses.

Tout le monde est sur le dos du porno en ce moment. Il n’y a qu’à regarder les médias ou la nouvelle plateforme #balancetonsite, pour s’en rendre compte. Effectivement, les ados ont certainement beaucoup trop de facilité à tomber par hasard et pas rasé sur un site de boule. Alors la faute à qui ? Aux pouvoirs publics, aux parents ou à l’industrie elle-même ?

Comme disait l’un de mes amis, tout est question d’éducation. Aussi, il semblerait que ce soit bien aux parents d’éduquer un peu leur progéniture aux « dangers » d’Internet. Parce que les petites phrases du genre : « Mes enfants regardent Pornhub, ils y ont accès trop facilement », je trouve ça un peu léger. Réveillez-vous un peu, m’sieurs, dames, le Web ça fait quand même quelques décennies que ça existe alors les : « on ne pouvait pas savoir », vous m’excuserez du peu, mais vous pouvez les ranger dans votre besace.

Le grand danger, plus encore que les sites de téléchargement illégaux, qui s’en prennent plein la tronche actuellement, c’est ces sites que l’on appelle les « tubes ». Alors c’est sûr, c’est simple. On a envie de se faire une petite pougnette dans son coin, mais allons donc faire un tour sur Youporn ! C’est gratuit youpi ! Bah oui, on ne saurait vous en blâmer, c’est « gratos » après tout. Mais savez-vous réellement ce que sont ces trucs et comment ils fonctionnent ? Si vous pensiez que la plupart des vidéos que l’on peut trouver dessus ont été gracieusement fournies par les sites auxquelles elles appartiennent, cessez de rêver ! La méthode est simple : autopromo, piratage et, comme un parfum de chantage.

Je dis M… Comme mafia ?

Mais déjà, je vous entends venir et de loin, quel est le rapport avec ce Mindgeek dont il ne nous a pas encore parlé ? Allez donc regarder les adresses postales auxquelles sont rattachés les tubes les plus populaires. Eh oui ! Ils sont tous au même endroit, à Chypre. La raison ? Ils appartiennent au même groupe : Mindgeek. Alors c’est quoi ce truc ? Allez-vous me demander avec la curiosité qui vous sied tant. Bah oui, c’est quoi… C’est LA multinationale du cul. Chez eux on ne branlotte pas la carotte à grands coups d’OGM cancérigènes, même si on peut les considérer comme une maladie grave pour le porno. Mindgeek, c’est une multitude de sociétés écrans basées dans des paradis fiscaux, un siège social fantôme, basé au Luxembourg, qui sert plus de boîte aux lettres – sans doute restées sans réponse – que de bureau et des pratiques dignes de la Camorra.

On fait moins les fiérots là hein ! Mais le groupe M c’est avant tout un homme. Un Allemand nommé Fabian Thylmann. Au cours des années quatre-vingt-dix, il développera des logiciels destinés à la gestion de publicités pornographiques sur les sites Internet. Très vite, de la pub, il passe au rachat de sites X [Privat Amateure, MyDirtyHobby, Webcams et Xtube] jusqu’à investir et prendre le contrôle de deux des géants du porn : Brazzers et Pornhub. Et depuis, c’est l’avalanche des millions d’euros ou de dollars qui se déverse dans les caisses de ce nouveau consortium dénommé Manwin. Il investit dans Playboy TV, afin de pouvoir mettre ses contenus à la disposition du plus grand nombre. Ballot, mais en 2012, il est arrêté pour fraude fiscale à l’aéroport de Bruxelles. Détenu à la prison de Cologne, il en est libéré contre une caution de dix millions d’euros. Il « aurait » cédé ses parts de Manwin à deux hauts responsables du groupe : Feras Antoon et David Tassilo qui change le nom du groupe en Mindgeek. Mais l’ombre de Thylmann ne planerait-elle toujours pas derrière ces personnages qui ne pourraient être que de simples prête-noms ?

Comme un parfum de chantage…

La méthode de fonctionnement est simple. Primo, l’autopromo : Une chose est sûre, placer les trailers des vidéos de ses sites officiels sur un tube en créant les liens de redirection, rien de plus simple. Tapez donc, dans Pornhub, Brazzers ou RealityKings et vous aurez, au-dessus des vidéos, les liens afin de prolonger vos petits visionnages mais en payant cette fois. Par contre, niveaux longs-métrages, même s’ils en mettent quelques-uns en ligne, c’est juste pour attirer le chaland, n’oubliez pas qu’un tube fonctionne à la base sur la publicité aussi à chaque fois que vous y allez c’est encore du pognon qui leur tombe droit dans l’escarcelle. Non, les vidéos de longue durée, mises en ligne, sont issues d’un pillage incessant de sites concurrents.

Secondo, le piratage des autres sites. Ils ouvrent un compte « réglo » sur tel ou tel autre site bien sûr sous des identités diverses et variées, ils ne vont pas non plus arriver en disant : « Bonjour ! C’est Pornhub, c’est pour une petite vidange ! » Forcément, avec les comptes dits « premium » ils peuvent télécharger autant de vidéos qu’ils le souhaitent. Et après… Simple, ils les mettent à disposition de tout le monde, illégalement, bien entendu. La DMCA ? me direz-vous, c’est fait pour les chiens ? Effectivement, le site piraté peut, en théorie, aller sur le tube et demander la suppression du fichier incriminé au titre de la protection du droit d’auteur [Quoi que sur Youporn, jetez un œil à l’onglet formulaire DMCA… Ah ! Y’a rien. Mais ne serait-ce pas très légal tout ça ?]. Mais, parce qu’il y en a un et pas un petit, Mindgeek possède quasiment la totalité des tubes. Alors, effectivement, d’accord, on retire votre vidéo. Sauf qu’une heure voire moins après, elle sera sur un autre tube ou sur le même mais sous un autre nom. Et vous ne pouvez pas employer quelqu’un 24 heures/24 uniquement pour faire de la surveillance de tubes. De plus, il faudrait qu’il soit un tantinet devin pour trouver le nom attribué à la vidéo piratée. Et les vidéos tirées des sites officiels des actrices les plus connues, comme Lisa Ann ?Allez-vous me demander. Bah vu qu’elle travaille pour Brazzers…

Big Brother is watching you…

Tertio et là, on entre dans le côté véritablement sombre de l’histoire, vous ne voulez plus que l’on vous pirate ? Ok, par contre il va falloir passer à la caisse. Mais ils ne vous demandent pas non plus un chèque, bien sûr que non. On va vous référencer. Et, chaque fois qu’un lien vous appartenant est cliqué pour une redirection sur votre site officiel, c’est 50 % en « el pocketta ». Personnellement, cela me rappelle les méthodes des bons vieux films noirs quand des mafieux venaient offrir leur protection à de pauvres commerçants… Pas vous ?

Je pense que, comme moi, vous n’aimez pas avoir dans votre assiette des produits OGM estampillés Monsanto [même si Bayer a fait disparaître la marque récemment]. Eh bien dans le porno c’est pareil ! C’est sa diversité qui en fait sa richesse. Vous imaginez, vous, un Internet dans lequel vous ne pourriez plus retrouver vos petits Jacquie & Michel préférés, parce qu’avec ses magouilles, le groupe M aura dynamité tous les indépendants ? Un jour, si l’on ne prend pas garde à ce genre de pratiques, c’est toute l’industrie qui pourrait se retrouver dans l’escarcelle Mindgeek et vous risquez de ne plus trouver sur la toile que des vidéos toutes identiques, à quelques nuances près. Aussi, la prochaine fois que vous vous faites une petite séance sur un tube, réfléchissez donc un peu aux conséquences, peut-être pas dans les cinq minutes à venir, mais pour éviter que le monde du X devienne, un jour, celui des clones…

Elise

À propos de Elise

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).