Suivez-nous

Bio/Milieu du X

Les Meilleures Séries de Hotwifing !

Dimitri Largo

Publié

le

Le hotwifing, ça n’a rien à voir avec le wifi et les hot spots. C’est un énième anglicisme pour désigner les épouses libérées qui s’envoient en l’air partout avec le consentement joyeux de leur mari qui regarde, à la différence du cuckolding. Dans l’idéal, trentenaires blondes aux gros seins, les hotwives sont au porno ce que le safran est aux épices : rare, cher et des séries entières leur sont consacrées. Passage en revue de ce qui se fait de mieux dans le genre. 

Watching my Hotwife

C’est la mère de toutes les séries, créée par le studio New Sensations qui a totalement maquerauté la niche. Avant Watching My Hotwive, premier du nom, le hotwifing n’était pas un phénomène clairement identifié, noyé qu’il était dans les histoires de couple classiques. En 2015, Dahlia Sky et Anikka Albrite sont les visages du premier opus. Le succès est tel que le film qui n’était envisagé que comme un one shot se transforme en itération. Cinq autres épisodes de Watching My Hotwife sont produits avec les vétérans réalisateurs Paul Woodcrest et Eddie Powell aux manettes. Les standards sont les mêmes d’un épisode à l’autre. La réalisation est léchée, les superstars s’enchaînent : la défunte August Ames, Riley Reid, Angela White, Emily Willis, Lena Paul… Une valeur sûre.

A Black Bull for My Hotwife

On prend les mêmes ingrédients mais on rajoute une grosse rasade d’interracial avec un colosse de couleur qui fracasse une bourgeoise à l’opulente poitrine. C’est le concept de A Black Bull For My Hotwife, une série dont le premier numéro fut produit en 2017. Le Taureau Noir est interchangeable : tantôt il a les traits de Shane Diesel, tantôt ceux d’Isiah Maxwell ou Jax Slayher. On en est au troisième numéro et les hotwives ont toujours été au diapason : de Valentina Nappi à Giselle Palmer en passant par Sydney Cole ou Kendra Spade, les taureaux ont plus de boulot qu’à Pampelune…

Hotwife Life

Une série produite par un studio nouvellement créé : NSFW Films et qui fait la part belle aux femmes mariées à des fiottes. Sur ce point, on flirte avec le cuckolding vu qu’elles n’hésitent pas à narguer leurs époux tandis que le sexe d’un redneck lambda rentre en elles. Le premier épisode sorti l’année dernière a permis de revoir la grande Chanel Preston en action et jusqu’au numéro quatre, les stars se sont succédées : Brett Rossi, Jessa Rhodes, Natalia Starr, Bridget B., Romi Rain… Excusez du peu !

A Hotwife is a Happy Wife

S’intéresser au bien-être de sa femme, voilà une qualité d’un bon mari. Si ça passe par le fait qu’elle se fasse fracasser ailleurs, soit… Si la série A Hotwife is a Happy Wife se distingue du gros de la production, c’est parce qu’elle s’attache à développer des histoires plus complexes que la moyenne. Les épouses ne sont pas si hot que ça avant de se mettre en tête de découcher et chaque épisode est l’occasion de voir les doutes de la première concernée et le parcours initiatique qui suit. Notez que le deuxième volume affiche Cytherea et Jasmine Jae au casting. Nostalgie quand tu nous tiens…

 

My Asian Hotwife

Les crossover de niches, c’est astucieux. Cela permet d’intéresser deux publics à la fois. Avec My Asian Hotwife, New Sensations réunit les amateurs d’amours adultérins et de beautés extrêmes-orientales. Quatre numéros sont déjà sortis avec Marika Hase, Kalina Ryu, Saya Song et Jade Kush. Les mecs qui les baisent sont toujours des Occidentaux et les maris qui regardent aussi. Question de marché.

Hotwife Bound

Chouette, une dose de SM ! Avec Hotwife Bound, on tient une série bourrée de bonnes idées comme celle de toujours bander les yeux de la hotwife jusqu’au milieu de la scène de manière à ce qu’elle ne sache pas à quelle sauce elle va être mangée. La plupart du temps attachée et immobile, elle subit une domination soft du meilleur effet sous le regard jubilatoire du mari. Le rendu à l’image est darky et sensuel à la fois, chacun des quatre épisodes dépasse allègrement les deux heures et donne à voir une escadrille d’avions de chasse. Une des toutes meilleures collections du genre.

My Hotwife is Fucking Blackzilla

Une touche de vintage avec cette mini-série dont le dernier opus remonte à 2005. A l’époque, le studio Hush Hush était spécialisé dans l’interracial et sur trois titres, il a cherché à initier la mode en inscrivant « Hotwife » sur la jaquette. Ceci dit, ce n’est pas ce qui choque le plus quand on regarde les boxcovers de My Hotwife Is Fucking Blackzilla, mais bien la queue de Shane Diesel et surtout, la tronche consternée de celle qui le prend en bouche ! A voir pour le délire, d’autant qu’avec un réalisateur comme Zulu Royale aux commandes, on est direct rassuré sur la qualité !

He Came Inside my Hotwife

La pratique du creampie qui consiste à jouir dans sa partenaire est un gros dada des Ricains, alors qu’en France, on a beaucoup de mal avec ça. Qui plus est, lorsqu’un autre mec jouit dans celle qui est censé être une épouse, on tombe carrément dans le tabou et là-dedans, les rejetons de l’Oncle Sam excellent. Avec quatre volumes, He Came Inside My Hotwife est donc naturellement une des séries qui cartonne le plus d’autant que les performeuses sont bien choisies et crédibles comme Cali Carter et la franco-américaine Natasha Nice dans le numéro 3.

Hotwife Blinfolded

Dans le style kinky, bander les yeux est un passage obligé car l’inconnu pimente plus encore la scène. NS l’a bien compris en sortant la série des Hotwife Blindfolded dans laquelle les performeuses ont les yeux bandés du début à la fin. Amenées à leurs amant par leur mari, elles n’ont aucune idée du traitement qui leur sera réservé et ça, c’est terriblement excitant. Mention spéciale au numéro 3 avec la délicieuse Sofi Ryan. 

My Hotwife’s First Gangbang

Impossible de conclure cette sélection en règle sans parler de pluralité ! Les deux niches se complètent naturellement et dans l’imaginaire masculin, une femme mariée prise en gangbang est forcément une salope hors catégorie. En jouant sur ce réflexe quasi pavlovien, le succès fut d’emblée quasi assuré pour My Hotwife’s First Gangbang. Cerise sur le gâteau, les sodo et les doubles jalonnent chaque épisode. Reste à se mettre d’accord sur la dégaine assez contestable de certaines épouses tatouées de partout comme Anna Bell Peaks. On ne peut pas tout avoir…

Journaliste professionnel depuis 2003. Rédacteur du magazine Hot Video de 2007 à 2014.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.