Suivez-nous

Actrices

C’est officiel : Onlyfans bannit le X de son réseau !

Clint B

Publié

le

Les rumeurs allaient bon train depuis quelques mois, quant à la quête de respectabilité de la célèbre plateforme de fan-clubs. Aujourd’hui, le couperet tombe. À compter du 1er octobre, OnlyFans cessera de diffuser tout contenu pornographique. Un changement de cap drastique et délétère qu’il convient d’éclaircir.

La nouvelle fait l’effet d’une bombe dans l’industrie pour adulte : le porno sur Onlyfans, c’est terminé ! Comme le révèle le magazine financier Bloomberg, dès le 1er octobre prochain, la célèbre plateforme de fan-clubs entamera la purge de tous les créateurs de contenus à caractère sexuel, pour recentrer son activité autour du marché beaucoup plus consensuel des tutos cuisine, des jam-session et des séances de coaching. Perçue comme une véritable trahison des travailleuses et travailleurs du sexe, communauté sur laquelle la marque a bâti son succès, la stratégie d’OnlyFans laisserait perplexe (on se souvient tous du naufrage de Tumblr), si on ne la savait pas initiée par le chantage financier des sociétés bancaires et prestataires de paiement à la solde des anti-porno.

Dans le microcosme des créateurs classés X, l’heure est à la confusion. Alors que la plupart se prépare à migrer vers la concurrence, certains soutiennent qu’il s’agit simplement d’un communiqué de complaisance, destiné à satisfaire les institutions financières en mettant l’accent sur la rigueur de ses conditions d’utilisation (pas d’inceste, de fist, d’uro, d’exhib’ en public, etc.), en vue de conclure une levée de fond à la hauteur de sa valorisation : 1 milliard de dollars. Et de citer le deuxième paragraphe de l’article de Bloomberg comme preuve :

« À partir d’octobre, la société interdira aux créateurs de publier des médias impliquant des comportements sexuellement explicites sur son site, que de nombreux travailleurs du sexe utilisent pour vendre à leurs fans des contenus explicites. Ils seront toujours autorisés à poster des photos et vidéos de nu, pourvu qu’ils restent en accord avec les politiques d’OnlyFans, annonçait la société ce jeudi.»

Or, tout indique que les conditions d’utilisation du site vont changer dans les prochaines semaines, comme l’indique cette fois-ci le communiqué officiel de l’entreprise, publié sur XBiz et retranscrit ici :

« À compter du 1er octobre 2021, OnlyFans interdira toute forme de contenu impliquant des comportements sexuellement explicites. Afin d’assurer la pérennité à long terme de la plateforme, et de continuer d’héberger une communauté inclusive de créateur et de fans, nous devons faire évoluer nos consignes en matière de contenu. Les créateurs seront toujours autorisés à publier de contenus contenant de la nudité, tant qu’ils restent en accord nos conditions d’utilisation acceptable.

Ces changements sont opérés afin de se conformer aux requêtes de nos partenaires bancaires et prestataires de paiement.

Nous donnerons plus de détails dans les jours qui viennent et nous soutiendrons et guiderons activement nos créateurs à travers ce changement de notre politique de contenus.

Nous restons dévoués à cette communauté de 120 millions d’utilisateurs et de plus de 2 millions de créateurs qui a gagné plus de 5 milliards de dollars sur notre plateforme.

OnlyFans reste attaché aux plus hauts niveaux de sécurité et de modération des contenus que n’importe quelle autre plateforme sociale. Tous les créateurs sont certifiés avant même d’être en mesure de téléverser n’importe quel contenu sur OnlyFans, et tous les contenus téléversés sont vérifiés par un système automatisé ainsi que des modérateurs humains.

Dans le cadre de notre engagement pour la sécurité et la transparence, nous publions notre premier rapport mensuel de transparence pour juillet 2021. »

En dépit des tournures rassurantes et des ronds de jambe rhétoriques, le message est assez clair : plus de porno sur OnlyFans. Mais s’il est légitime de condamner la forfaiture plus ou moins annoncée d’OnlyFans vis-à-vis de ses partenaires historiques, ceux qui ont construit la notoriété de l’entreprise au plus fort de la pandémie, il est essentiel d’appréhender la situation dans son ensemble avant d’en désigner les responsables définitifs.

Bien entendu, la direction d’OnlyFans sait pertinemment que l’essentiel de son business-model repose sur le travail du sexe. S’en couper, c’est courir à la ruine, et les exemples à ce sujet ne manquent pas. Fin 2018, Tumblr avait notamment entrepris ce genre de cascade, dans l’espoir de se conformer aux TOS de l’AppStore, pour finalement voir son trafic s’effondrer. Et comme Tumblr, la manœuvre risquée d’OnlyFans est motivée par un souci de respectabilité, non pas auprès d’Apple, mais directement des sociétés de cartes bancaires, qui menaçaient de leur couper les vivres.

La date du 1er octobre n’est, à ce titre, pas anodine. C’est aussi la date d’entrée en vigueur des nouvelles conditions d’utilisation du géant de la carte bleue MasterCard. Suite à la débâcle médiatique qui a frappé Pornhub et Mindgeek en décembre dernier, la société de cartes bancaires a initié un durcissement de sa politique de service concernant les transactions à caractère pornographique. Conscient de sa toute-puissance face à l’industrie du divertissement pour adultes et soucieux de plaire au lobby anti-porno qui l’avait épinglé sur l’affaire Pornhub, Mastercard annonçait en avril qu’elle exigerait bientôt de chaque plateforme partageant des contenus explicites un fichage complet et permanent de chaque individu apparaissant dans ces contenus, sous peine de se voir radier de ses services.

Perçu comme le nouveau taulier du X-business après les déboires de l’empire du streaming Mindgeek, OnlyFans fait aujourd’hui les frais de la grande croisade contre le porno orchestré par les lobbyistes religieux d’Exodus Cry, sous couvert de leur vitrine aux faux airs d’institution officielle NCOSE, le National Center On Sexual Exploitation. Crucifié par un article racoleur et orienté de la BBC, copié-collé de l’argumentaire discutable employé contre Pornhub quelques mois plus tôt (soupçon de trafic sexuel et pédo-criminel), et sous la menace d’une enquête du Congrès américain initiée par la représentante républicaine Ann Wagner, partisane de la cause puritaine, la plateforme est dorénavant dos au mur. Pour échapper à la mise au pilori, synonyme d’excommunication financière, OnlyFans sacrifie finalement le X sur l’autel de la bienséance et de la respectabilité.

Eternelles victimes expiatoires de la guerre contre l’expression sexuelle, les travailleuses et travailleurs du sexe paient une nouvelle fois le prix fort, nombre d’entre eux ayant consolidé leur situation financière et leur indépendance sur les revenus générés par leur fan-club. Comme toujours, le business se relèvera, mais la migration vers les plateformes concurrentes (AVN Stars, Fancentro, Swame…) pourrait bien laisser de nombreux créateurs sur le carreau.

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.