Le top des zones érogènes d’un homme, caressées par un homme

Les zones érogènes sont ces petites parties du corps, riches en terminaisons nerveuses et en capteurs sensoriels. Ce sont ces petits points qui nous font trembler, gémir, ceux qui nous donnent la chair de poule quand du bout des doigts on les effleure.

  1. Les testicules

Les bijoux de familles, les cousines, les grelots… Ce sont forcément d’elles qu'il fallait parler en premier. La peau est couverte de capteurs sensibles, vous pouvez donc y aller à fond, mais toujours avec délicatesse. Langue, doigts, lèvres, et même avec le bout du gland pour les plus imaginatifs.

  1. L’intérieur des cuisses

Étant plus fine, la peau y est plus sensible. Le bon chemin à prendre, c’est de suivre les lignes qui partent du genou et de remonter délicatement vers le sexe. Plus c’est lent, plus c’est excitant.

  1. Les aisselles

Elles ne servent pas qu’à faire des chatouilles, bien au contraire. Du bout des doigts, parcourez le muscle extérieur puis, pour éviter de casser le moment intime et de risquer la crise de rire, caressez-les du plat de la main.

  1. Les oreilles

Sur cette zone, on laisse les doigts de côté, et on y passe la langue. C’est bien plus efficace et bien plus érotique. Léchez, sucez le lobe, donnez-vous en à cœur joie. Le bruit de la respiration douce dans le creux de l’oreille a aussi un effet torride, ne mentez pas, on le sait tous.

  1. Les tétons

Les classiques sont indémodables. Seulement ces petites choses sont si fragiles ! Exit les dents et on ne se prend pas non plus pour un veau qui veut téter. Avec la langue, doucement autour, puis avec la pulpe des doigts on caresse avec passion, voir même comme un petit massage. Attention, tous les hommes n’apprécient pas.

  1. Le périnée

Le périnée c’est quoi ? C’est cette petite zone entre le pénis et l’anus. Ultra-sensible, c’est la cachette du point G chez l’homme. Le masser au cours des préliminaires ou en plein ébat provoque des sensations inédites chez votre partenaire.

  1. Le bout du gland

Bien sûr, on sait tous que le pénis est très sensible, mais ce que beaucoup ignorent, c’est que le gland, notamment le bout, l’est encore plus. Inutile de sauter dessus comme la légion sur Kolwezi, mais plutôt avec un doigt humide, lui appliquer des mouvements circulaires. Effet garanti. Pour les plus impatients, faire le tour du gland avec la langue est aussi une très bonne façon de faire monter son chéri au 7e ciel.

  1. Le frein (Pour ceux qui l’ont encore)

Le frein c’est cette petite liaison de peau entre le pénis et le gland, c’est ce qui permet de décalotter sans perdre un morceau. C’est une muqueuse, et qui dit muqueuse dit « baveuse ». Avec la langue, il est facile de le stimuler et de faire grimper son partenaire aux rideaux, rapidement. Attention, le stimuler trop longtemps peut devenir très vite inconfortable. C’est une petite chose fragile, faites attention à ne pas le rompre, sinon ça peut vite tourner au film d’horreur et adieu la nuit de folie.

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gay depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.