Suivez-nous

Actu/News

Du porno sur YouTube en accès libre ?

Rodrigue Martin

Publié

le

YouTube résonne dans la conscience collective comme le service numéro un de partage de vidéos. Fort d’une hégémonie quasi-totale, la plateforme dicte les règles qui régissent les contenus acceptables et ceux qu’elle ne veut plus voir apparaître. Aux côtés de la violence et des scènes de torture, le cul tient une place de choix parmi les sujets bannis. Si l’on peut positivement penser que cette modération protège les utilisateurs fragiles du contenu inapproprié, des décisions de modérations déconcertantes laissent planer un doute sur le bien-fondé des valeurs de YouTube…

Il y a une quinzaine de jours, le streamer et youtubeur Joueur du Grenier se fendait d’un tweet incendiaire sur la classification de sa nouvelle vidéo comme contenu pour adultes. Le vidéaste aux 3 millions d’abonnés, venait de voir sa dernière production assortie d’une restriction d’âge n’autorisant que les plus de 18 ans à la visionner… La raison de cette limite d’âge ? Le youtubeur a employé les mots « couilles », « cul » et « seins » en vidéo. Pas de quoi heurter vos oreilles d’initiés au Dirty Talk ? Ce n’est apparemment pas le cas des responsables de YouTube dont la pudeur de gazelle fait régner un climat de terreur auprès des vidéastes à la verve trop libre.



La pudibonderie de la plateforme de vidéos à fait bondir les internautes et un responsable de YouTube a rapidement répondu sur Twitter avant de retirer la limite d’âge. Dans sa réponse, il a par ailleurs rappelé qu’une équipe dédiée à la gestion des contenus « inappropriés » était opérationnelle « 24h/24 et 7j/7 ». Une très bonne nouvelle pour la protection des mineurs qui peuvent donc (en théorie) profiter d’un espace sans contenu inadapté. Mais c’était sans compter sur nos amis twittos qui ont fait remonter des contenus embarrassants pour l’image que souhaite donner l’entreprise…

Des publicités très explicites…

 



Si la plateforme ambitionne de proposer aux annonceurs un espace garanti sans contenu offensant, ces derniers ne se privent pas pour proposer des annonces crues voire carrément obscènes. D’un visage rempli de sperme faisant la publicité d’un site de rencontre en passant par une annonce pour un jeu vidéo porno incestueux, aucune règle ne semble régir les idées malsaines des publicitaires. Les vidéastes, eux, ne peuvent pas contrôler les encarts publicitaires qui s’affichent avant leurs vidéos et subissent cette situation sans pouvoir réagir.

 



Nous pourrions naïvement imaginer que le contenu des publicités échappe parfois à la modération de YouTube, mais il semble en réalité que cette dernière soit en fait complètement dépassée. En dehors des annonces graveleuses, il existe un ensemble de vidéos tendancieuses qui jouissent pourtant d’une grande impunité.

Du soft porn comme s’il en pleuvait

On retrouve notamment une série de vidéos de massages qui offrent une vue imprenable sur le postérieur d’une demoiselle en petite tenue… Cette dernière va langoureusement se faire enduire d’huile de massage par une femme non moins affriolante… À la fin de la séquence, sa petite culotte blanche pleine d’huile laisse malencontreusement entrevoir sa toison pubienne, et même le début de son intimité. Quelle maladroite cette masseuse… Bien que présentant un potentiel érotique indéniable qui aurait dû alerter YouTube, cette vidéo a été vue plus de 26 millions de fois. Une simple limite d’âge et un disclaimer freinent légèrement l’accès à cette vidéo de pornographie soft. Après quelques clics, des mineurs peuvent donc tomber sans difficulté sur une vidéo dont le caractère pornographique est indiscutable. Et le double standard de YouTube sur sa politique de censure de la nudité ne s’arrête pas là. Il est possible de retrouver de véritables vidéos pornographiques entre une vidéo d’« Instagram contrôle ma vie » et une compilation de trickshots sur Fortnite.

 



Plus de demi-mesure avec des culottes transparentes ou des massages érotiques. On peut directement trouver en accès libre, et sans restriction d’âge, des bons gros boulards non-censurés.

Les vidéos licencieuses font en général moins d’une dizaine de secondes et s’inscrivent dans une stratégie globale d’incitation au clic. Ceux qui souhaitent gonfler leurs statistiques de visionnage partent d’un constat assez simple : si vous souhaitez que les clics s’accumulent sous votre vidéo, il vaut mieux que la miniature montre un joli cul bien galbé ou une grosse paire de seins. Certaines vidéos putassières jouaient déjà de ce principe sans enfreindre les règles. Mais pour d’autres, un fessier dans un legging ne suffisait plus pour attirer le public.

Kiều Trang est de ceux-là. Ce youtubeur au nom exotique est présent sur la plateforme depuis 2006 et compte un total de 8 000 abonnés. Étonnamment, la chaîne ressemble à ce que pourrait produire un jeune adolescent, des lives sur Minecraft, Roblox, Arena of Valor et autres bouillies vidéoludiques, mais rien qui ne laisse imaginer que ses vidéos côtoient, dans une playlist, une scène d’anal à faire frémir de passion les esthètes les plus avisés… Alors qu’une grosse partie des retransmissions de live et des compilations Minecraft ne dépassent pas les 1000 vues, le ton change il y a tout juste deux mois. Notre ami se découvre une passion pour le dessin et commence à inonder sa chaîne de ses créations. Et c’est à ce moment-là que la mayonnaise prend. Sa première vidéo de dessin dépasse les 90K vues et la seconde explose la barre des 14 millions de vues. Deux possibilités s’offrent donc à nous pour expliquer cette envolée soudaine, soit les internautes se sont pris d’intérêt soudainement pour des dessins de personnages d’Among Us et de Spiderman soit le vidéaste a trouvé une astuce pour faire grimper ses vues. Un simple coup d’œil suffit à nous assurer que nous ne sommes pas en face du prochain Picasso et nous amène à nous questionner sur la méthode qu’il utilise pour que ces dessins aux feutres gras dépassent les 14 millions de lectures… C’est à ce moment-là que nos vidéos pornos de quelques secondes interviennent. Les youtubeurs qui ne produisent pas de contenu suffisamment incitatif vont employer d’autres méthodes pour pousser au clic en utilisant le porno comme produit d’appel…

 

 

C’est ainsi que des vidéos coquines de quelques secondes ont commencé à fleurir çà et là. Ces courtes séquences rabattent les utilisateurs naïfs ayant cliqué sur la miniature incitative vers une playlist comprenant un ensemble de scènes pornos entrecoupées des vidéos de Kiều Trang et d’autres de ses collègues. Les youtubeurs profitent alors des visionnages malencontreux dus au lancement automatique à la fin de la séquence porno pour faire augmenter leur compteur de vues. Les vues générées par ce système sont loin d’être négligeables dès lors qu’on dépasse plusieurs millions de visionnages par vidéo. YouTube supprime généralement les micro-séquences porno quelques heures après la mise en ligne, mais le mal est profond puisqu’elles réapparaissent automatiquement dans les minutes qui suivent. Pour leur part, les vidéastes qui ont profité de ce système ne sont pas inquiétés puisqu’ils n’enfreignent aucune règle. On ne peut pas leur reprocher de se retrouver « par le plus grand des hasards » dans les mêmes playlists que des contenus inappropriés… Et c’est par ce bien heureux aléa que le Mozart du feutre gras se retrouve à faire des scores impressionnants. 

 

Ces productions gonflées artificiellement sont une véritable manne financière selon Zulie Rane, écrivaine et vidéaste elle-même sur la plateforme, qui estime que sur « chaque vue qui rapporte de l’argent frauduleux, YouTube prend sa part… » Comment imaginer alors que la plateforme se saisisse de ce problème qui lui rapporte autant ? Une posture fâcheuse pour une entreprise qui s’astreint à lutter contre les contenus NSFW avec autant de vigueur !

Twitter, Facebook et consorts durcissent donc leurs politiques de censure sur les images explicites et dans le même temps YouTube fait le chemin inverse ? Comment ne pas être interloqué par l’hypocrisie du puritanisme de cette plateforme qui ne saurait tolérer qu’on parle de couilles et de cul à des adolescents tout en leur laissant sous le nez une vidéo des dites couilles en action… Laissons le bénéfice du doute au géant de la vidéo virale en espérant que cette « faille » dans leurs systèmes soit rapidement comblée malgré les bénéfices qu’elle génère.

 

Après plusieurs années en tant que pigiste dans un média régional, Rodrigue se lance dans le milieu du X.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.