Suivez-nous

Actu/News

Décolorer l’anus

Elise

Publié

le

Éclairage sur une pratique

Il n’est pas difficile de saisir pourquoi cette pratique est attractive : pour une jeune actrice porno soucieuse de son image, l’uniformisation du teint de cette région – la zone péri-anale – donne un velouté et un côté plus frais à ce qu’on appelait autrefois la feuille de rose.

1024px-Anal_bleachingLa couleur des actrices

De nombreux produits sont apparus sur le marché, dans la même ligne que d’autres produits éclaircissants, mais avec la prise en compte des spécificités de cette zone, beaucoup plus sensible que le reste de la peau, car elle s’apparente à une muqueuse. Ainsi de nombreuses actrices particulièrment américaines et japonaises y on eu recours, citons entre autres, Tabitha Stevens. Cette dernière qui se définit comme dépendante à la chirurgie plastique, ne s’est décoloré l’anus qu’après avoir refait le reste (4 implants pour le nez, 6 pour les seins, 1 au menton, et quelques injections), ce qui pose la question des risques encourus.

Female_human_anusPratique à risque ?

Les produits de blanchiment de l’anus sont sujets aux mêmes scandales que les produits éclaircissants pour la peau, lesquels sont principalement à destination des publics africains, car ce sont les mêmes produits mis en cause. Hydroquinone, acide kojique, arbutine, tous ne sont pas sans danger, particulièrement le premier, mis en cause en raison de ses potentiels effets cancérigènes et interdit en France. Au-delà des divers risques d’allergies et/ou d’irritation des autres produits, il convient de prendre en compte l’interdiction absolue, suite à une décoloration, d’aller se bronzer le trou, lequel devient très sensible aux rayonnements UV. Il faut aussi de toute façon en parler à son médecin traitant, et éviter les crèmes les plus agressives. Si ça décolore trop, c’est que ce n’est pas bon !

Littérature anale et médicale

kiss-my-ass-manga-volume-1-simple-218918Dans la littérature cette pratique est encore peu évoquée. Au cinéma c’est Sacha Baron Cohen qui en parle version gay dans Brüno. Mais les japonais, toujours un temps d’avance sur ces questions, s’en saisissent notamment aux travers des esthétiques médicales, développées à pleine page dans des mangas aux cohortes d’infirmières, et aux jupes plutôt courtes. Une catégorie de manga en particulier explore les fantasmes de CHU : le shonen.

Shonen anal

Le shonen cible comme lectorat les garçons adolescents, et ces mangas comportent régulièrement une visée éducative, dans un sens assez large. En France un manga sous le titre français d’Anus beauté, référence au film Vénus beauté institut, sortira le 14 avril, aux éditions Kurokawa. Le pitch est simple : Mitsuki Yakushiji, 16 ans, souffre d’hémorroïdes. Son lourd secret ne connaît la rédemption qu’avec l’aide d’une jeune infirmière frappée du même mal, Shiori Miura. Shiori connaît tout de l’anus et saura faire profiter au jeune homme, de gré ou de force, de ses salutaires conseils et traitements d’appoint. On notera que la couverture japonaise présente la jeune infirmière tendant triomphalement au lecteur une poire à lavement portative qui est un cadeau assez original pour un premier rendez-vous.

Étudiante en lettres modernes et libertine assumée. Mes deux passions: la littérature et le sexe. Que je peux enfin concilier sur ce blog, où je vous raconterai mes aventures sexuelles et autres coups de cœur et coups de gueule en rapport avec la sexualité. Bisous à tous (et à toutes, j'aime bien les filles aussi !).

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.