Holly Hendrix, la reine de l’anal !

Débarquée de sa Géorgie natale il y a un peu moins de trois ans, Holly Hendrix n’a eu aucun mal à percer dans le milieu du X, forte d’une plastique pas forcément avantageuse pour qui veut se lancer dans le mannequinat, mais très appréciée dans le porno. Est-ce la seule raison pour laquelle nous devrions lui consacrer un sujet ?

Récompensée en 2017 aux AVN Awards [qui reste la cérémonie de remise de prix la plus prestigieuse de l’industrie du X] en tant que Meilleure nouvelle starlette [l’un des plus significatifs] et pour la Scène de sexe la plus scandaleuse [avec Adriana Chechik et Markus Dupree dans le film Holly Hendrix’s Anal Experience], ainsi qu’aux XRCO Awards où elle a décroché le titre de Superslut, Holly avait de quoi voir son avenir professionnel sereinement. Depuis, son téléphone n’a plus arrêté de sonner aussi, des scènes avec Holly Hendrix, vous n’avez pas fini d’en bouffer.

On ne peut passer à côté de l’étonnante ressemblance entre Holly Hendrix et Kristina Rose. On ne sait pas encore combien de temps la seconde a prévu de rester actrice dans le porno mais, alors qu’elle a fêté l’an dernier ses dix ans de carrière, il est fort probable qu’elle en soit plus proche du terme que de l’amorce. Dans le cas où elle raccrocherait, ses fans pourront aisément se consoler et sortir leurs mouchoirs pour Holly, qui cumule plusieurs points communs avec la star du X. Physiquement d’abord, ce sont deux petites « bombas latinas » [1,47 m pour Holly, 1,55 m pour Kristina] sans trop de poitrine mais avec un fessier bien rebondi. Et puis surtout, comme Kristina, Holly semble avoir l’appétit d’une vraie performeuse et n’a pas peur de se confronter à plus gros qu’elle.

L’anal, ça lui donne la banane !

Holly a vite compris combien il serait tentant pour un réalisateur de confronter son si petit gabarit à des appendices massifs la pénétrant analement. Très vite même, puisque dès sa première scène X, elle s’est fait dilater le rectum. Depuis, on ne l’arrête plus, d’autant qu’elle a compris qu’elle était bâtie pour ça. « Au départ, je faisais vachement attention avant de faire une scène anale, raconte-t-elle. Je faisais des lavements matin et soir, je ne mangeais rien d’autre que des barres de céréales et des graines de tournesol. Je crevais de faim ! Puis j’ai fini par comprendre que je n’avais pas besoin de tout ça pour faire de l’anal. Désormais, je mange ce que je veux et je me fais enculer sans problème ! Mon trou du cul s’ouvre naturellement parce que c’est ce que je veux, parce que je suis excitée. Sinon, il m’arrive de porter un petit plug anal avant la pénétration. »

Holly fait partie des femmes que l’on aimerait tous avoir dans son pageot. Mais si votre idéal féminin, c’est une gentille petite femme qui aime faire l’amour en étoile de mer lumière éteinte, alors Holly n’est certainement pas la copine que vous aimeriez avoir. Si au contraire, vous n’avez pas peur de terminer vos nuits avec des courbatures et le chibre en flammes, alors elle est faite pour vous. Mais il faudra assurer ! « Depuis que je suis dans le porno, ça ne me branche plus de faire l’amour avec quelqu’un qui me dira : “Oh je t’aime, laisse-moi t’embrasser dans le cou. Moi, ce je veux, c’est quelqu’un qui m’attache, qui me retourne et qui me baise comme un dingue. »

Vous reprendrez bien un peu de sale ?

Le porno, avant de l’avoir eu dans tous les orifices, elle l’avait dans le sang, car elle le confesse, avant même d’avoir 18 ans, elle avait déjà contacté un agent pour se lancer dans le porno. Ce qu’elle s’est évidemment empressée de faire dès sa majorité atteinte. C’était il y a presque trois ans. Depuis, elle s’y épanouit et se verrait bien rester dans le milieu encore longtemps. « J’aime le porno, j’aime ce style de vie, explique-t-elle. J’aimerais me faire un nom dans le milieu, puis réaliser des films et monter une compagnie. » Et sans surprise, le porno qu’elle réaliserait ne tendrait pas vers le soft. « De l’anal, des gang-bangs, du sale ! Rien que des trucs pervers ! »

Holly Hendrix, en résumé, c’est un AVN et un XRCO Awards, de l’anal à foison, un enthousiasme contagieux et des perspectives d’avenir réjouissantes. Décidément, on n’a pas fini d’entendre parler d’elle.

Vincent Lacrosse

À propos de Vincent Lacrosse

Pigiste globe-trotter, essentiellement pour la presse américaine.