Suivez-nous

Sextoys à la mode

Chaises vibrantes, Viagra et CBD : la nouvelle ère du bien-être sexuel féminin

Ricardo

Publié

le

Après des décennies consacrées au seul plaisir masculin, l’industrie du bien-être sexuel se tourne enfin vers le sexe opposé et s’engouffre dans un marché de plusieurs milliards de dollars. Tour d’horizon de ces produits destinés à faire jouir les femmes.

La chaise Emsella

Conçue par BTL Aesthetics pour lutter contre l’incontinence féminine en renforçant les muscles pelviens, la chaise Emsella semble particulièrement appréciée pour ses qualités vibratoires.

Un gynécologue et obstétricien de Calabasas, en Californie, raconte ainsi qu’il a été forcé de déplacer la sienne dans une pièce privée de son cabinet. La raison ? L’excitation visible des patientes qui l’utilisaient dans la salle d’attente ! Une session dure une demi-heure, durant laquelle l’appareil envoie des ondes électromagnétiques à haute intensité qui améliorent notamment la sensibilité vaginale, en plus de renforcer le plancher pelvien, et équivaut à 15 000 exercices Kegel.

Aux États-Unis, six sessions coûtent la bagatelle de $1,800 et en France il faudra débourser environ €150 pour 30 minutes de bonheur. À noter qu’à l’heure actuelle, la chaise Emsella ne se trouve que dans quatre cliniques ou cabinets médicaux (Paris, Lyon, Montpellier et Aix-En-Provence).

 

Cliovana

Autre technique non-invasive, Cliovana est un appareil qui envoie des ondes sur la zone génitale afin de favoriser l’angiogenèse, la formation de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de vaisseaux existants.

Il faut savoir que la première cartographie 3D d’un clitoris date seulement de 2009 et que le petit bouton présent à l’extérieur n’est que la partie émergée de l’iceberg, un réseau très innervé. Cliovana ne prétend pas soigner un quelconque dysfonctionnement sexuel, simplement d’améliorer la vie sexuelle et l’intensité des orgasmes en développant ce réseau sanguin.

Une séance dure une dizaine de minutes et il n’est pas rare d’expérimenter des orgasmes au cours de la session, rapportent les femmes qui ont testé Cliovana. Pas encore présent en France, le dispositif coûte $ 2,000 pour 4 séances aux États-Unis et il est conseillé de faire une séance annuelle de « maintenance ». L’efficacité réelle de Cliovana sur la vie sexuelle demeure cependant à prouver par des études scientifiques, inexistantes à l’heure actuelle.

O’Shot

Le réhaussement du Point G, ou Orgasm Shot, consiste en une piqûre d’acide hyaluronique sur la zone afin de faire gonfler les tissus et le rendre plus sensible. Une variante consiste à injecter du PRP, soit un concentré de plaquettes obtenu par centrifugation de sang autologue. En des termes plus compréhensibles, on prélève environ 20cc de sang sur le patient, on le débarrasse des globules rouges et blancs pour ne garder qu’un sérum riche en plaquettes qui sera injecté dans la zone désirée, la rendant plus souple, plus sensible et plus élastique.

Découverte par Charles Runels, qui l’a testée sur son propre pénis avec la certitude que cela l’a rendu plus grand et plus raide, cette technique est censée offrir aux femmes une excitation sexuelle accrue, une meilleure lubrification, des orgasmes plus fréquents et plus intenses, moins de douleurs lors de la pénétration vaginale et serait même efficace contre l’incontinence. À l’image du Cliovana, il n’existe toutefois pas d’études scientifiques capables de prouver ces dires. 

En France, depuis décembre 2017, le Ministère de la Santé a interdit toute utilisation à visée non médicale ou non scientifique (donc esthétique) de tissus, cellules et produits dérivés du sang. Cela doit donc être un traitement à visée thérapeutique, pour soigner des troubles de trophicité vaginale entrainant des douleurs intimes, par exemple. L’effet dure un peu plus d’un an et une séance vous coûtera environ €500.

Vyleesi

Estampillé à tort comme le « Viagra féminin », le Vyleesi a été approuvé en 2019 par la Food and Drugs Administration. En activant les voies cérébrales impliquées dans le désir sexuel, le Vyleesi, ou brémélanotide, aiderait donc les femmes atteintes de trouble du désir sexuel hypoactif. Il s’injecte à l’aide d’un stylo au niveau du ventre ou de l’abdomen, au moins 45 minutes avant le rapport sexuel.

Déconseillé aux femmes souffrant de problèmes cardiaques ou d’une haute pression sanguine, il a aussi été prouvé responsable de nausées légères à modérées pour 40% de participantes aux essais cliniques. Il s’agit pourtant d’un bond en avant par rapport au seul traitement disponible jusqu’à maintenant, l’Addyi, approuvé depuis 2015. Jugé peu efficace et potentiellement dangereux, il nécessite d’être pris pendant plusieurs mois avant de ressentir les effets et réagit très mal à la prise d’alcool, avec des risques d’évanouissement.

Les produits au CBD

En plein boom depuis quelques années, le CBD est la molécule non-psychotrope du cannabis. Sa vente a été légalisée en France depuis le 23 juin 2021 après avoir été longtemps dans une zone grise. Il est possible de trouver une grande variété de produits à base de CBD et le marché du bien-être sexuel ne fait pas exception, au sein d’une économie qui pèse déjà plusieurs milliards de dollars et qui est d’ailleurs la tendance bien-être la plus recherchée sur Instagram.

Nombre d’entreprises américaines comme Flower By Edie Parker ou Privy Peach proposent ainsi des produits au CBD destinés à améliorer la vie sexuelle. Soulagement de la douleur, augmentation du flux sanguin ou baisse de l’anxiété, les propriétés du CBD semblent effectivement pouvoir parfaitement coller avec une utilisation dans la chambre mais cela reste à prouver par des études sérieuses. Aujourd’hui, le marché américain pèse $600 millions mais devrait exploser dans les prochaines années, accompagnant la progression spectaculaire de celui du bien-être sexuel féminin. 

 

Pornographe du phonographe

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.