Suivez-nous

Libertinage

Mobilier SM et Fetish par Marie Laure, libertine

Cécile Saint Laurent

Publié

le

Nous avons rencontré Marie laure et Michel cet été au détour d’une ballade dans le camp naturiste du cap d’Agde. Ils avaient installé une magnifique tente marocaine dans laquelle ils avaient planté une grande partie de leurs objets SM Fétichiste. Intrigué par la diversité et l’originalité de leur art, nous avons voulu les mettre en avant.

Libertins depuis 4 ans, il y a deux ans, Marie-Laure et Michel ont de nombreuses passions. L’une d’elles, les meubles. Ils dirigent d’ailleurs tous les deux une entreprise qui fabrique du mobilier en métal brossé, bois de pirogue et tôles recyclées (DECOWO). Depuis peu, ils se sont lancé un nouveau défi : créer des meubles et accessoires ludiques pour que de nouveaux clients puissent assouvir certains de leurs fantasmes.

9

Vous semblez être un couple très fusionnel ?

Oui en effet nous nous entendons très bien et l’amour qui nous lie est total. Nous partageons un style de vie qui nous uni, la passion des voyages et de la vie à l’étranger, celle de l’art aussi qui nous rapproche tant et nous anime dans notre créativité mutuelle. Nous vivons une véritable osmose tout en étant indépendant par ailleurs ! Le libertinage est pour nous un vrai mode de vie qui attise nos fantasmes et développe notre épanouissement, nous permettant aujourd’hui aussi de l’exprimer à travers nos art Fetish…
7

Comment avez-vous eu l’idée de fabriquer des meubles et des accessoires érotiques ?

Marie-Laure : Nous étions déjà dans le domaine du meuble et de la déco. Nous étions également libertins. Un jour, pour notre donjon, nous avons créé une croix de Saint-André recouverte de maïllechort sculpté (alliage de cuivre, nickel et zinc aspect argenté). Le résultat était très esthétique et déco tout en restant un mobilier BDSM. Ce sont des amis qui nous ont encouragés à poursuivre dans Cette voie. Nous avons donc commencé à créer du mobilier et des accessoires pour les libertins en petite quantité.

2

Aujourd’hui, que fabriquez-vous ?

Essentiellement des meubles et des accessoires qui tournent autour de l’univers BDSM. Des croix, des cages au sol ou suspendues, des chaises en métal avec attaches, maintenant les cuisses écartées. Certaines pièces sont uniques car réalisées avec des matériaux chinés et ayant une histoire… Nous créons aussi des colliers, des corsets, des parures, etc.

Pourquoi avoir choisi l’univers BDSM ? Par rapport à vos propres fantasmes ?

3

Nous ne sommes pas des adeptes du SM au sens pur et dur mais l’univers BDSM fait travailler l’imaginaire et la fantasmatique… C’est tout un jeu entre ces fantasmes, l’esthétisme et le mystère. Ce qui nous attire dans le BDSM, c’est avant tout le côté cérébral…

Vous avez beaucoup de commandes ?

C’est une activité en devenir. Les résultats sont encourageants. Nous avons nos réalisations mais nous avons aussi des clients qui nous contactent pour des créations particulières et de fil en aiguille notre activité se développe.

5

Comment faites-vous pour vous faire connaître ?

Le bouche à oreille fonctionne bien… Certaines personnes me contactent directement lors de soirées libertines, en club ou privées, par rapport au collier que je porte. Nous participons aussi aux salons de l’Erotisme, Metz, Mulhouse, Reims où nos créations reçoivent un excellent accueil. Et bien sûr, il y a Wyylde par là où tout a commencé …Des photos faites uniquement pour le plaisir et des questions posées, soit sur les colliers, soit sur la déco du donjon. Notre site internet Be-marquise ou la page Facebook sont des « vitrines ». Ils permettent toutefois de nous contacter.

4

On sent que cette nouvelle activité est devenue une véritable passion ?

Oui, complètement. Nous nous investissons de plus en plus dans ce nouveau domaine. Je dessine les colliers, les corsets… Les séries sont limitées. Je pars du principe que chaque femme est unique…

Pourquoi porter la même chose ? C’est une passion que partage également Michel. Travailler dans le milieu libertin, est très agréable. Ce n’est pas une démarche commerciale « agressive » comme on pourrait l’avoir dans d’autres domaines. Il y a un réel partage avec nos clients. Et beaucoup d’échanges. C’est donc du plaisir avant tout.

Site Internet pour en savoir plus.

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.