Flynt veut se payer Trump

Le pornocrate Larry Flynt est mondialement connu comme le « King of Porn » et aussi comme un ardent défenseur de la liberté d'expression. Après les révélations sur les propos sexistes du candidat Donald Trump et les accusations de harcèlement sexuel, Flynt, ennemi notoire des républicains, veut se payer le milliardaire.

 lvdx-us-14-larry-flynt-veut-se-payer-trump-visuel-2-jessica-drake

La fin de campagne présidentielle prend des formes de descente aux Enfers pour le candidat républicain Donald Trump. Attaqué par les médias, lâché par les ténors de son propre camp... Pas un jour ne passe sans qu'une une nouvelle « affaire Trump » ne s'étale en première page. Après les propos injurieux, les déclarations d'impôts fumeuses, voici les accusations de harcèlement sexuel !

lvdx-us-14-larry-flynt-veut-se-payer-trump-visuel-3-jessica-en-mode-amical

Jessica Drake : hardeuse harcelée

Parmi les femmes qui viennent devant les caméras dénoncer le comportement intolérable du candidat républicain, une célébrité inattendue : l'actrice et réalisatrice de pornos Jessica Drake. Elle affirme que le milliardaire lui aurait proposé, lors d'un tournoi de golf en 2006, 10 000 dollars pour une relation sexuelle tarifée. Donald l'aurait également invitée à venir le rejoindre dans sa chambre d'hôtel, lui offrant de mettre ensuite à sa disposition son jet privé pour retourner à Los Angeles. Trump a rejeté en bloc ces accusations mais, malheureusement pour lui, ce sont maintenant une dizaine de femmes qui l'accusent de faits similaires. Le milliardaire exubérant voit s'effondrer ses chances de mettre un jour les pieds à la Maison Blanche. Entre les femmes qui prétendent s'être fait tripoter ou embrasser contre leur gré et celles à qui il aurait proposé de l'argent pour coucher, la campagne du candidat commence à sentir le sapin...

lvdx-us-14-larry-flynt-veut-se-payer-trump-visuel-4-soutien-flynt-clinton

Larry Flynt dans l'arène

Amoureux de la liberté d'expression et des femmes, Larry Flynt aurait déjà d'excellentes raisons de se mettre sur le chemin de Trump. Ses affrontements avec le camp républicain ces dernières années lui donnent un motif supplémentaire pour barrer le chemin de Donald vers Washington. Flynt n'étant pas lui-même dépourvu de moyens financiers, il a utilisé une méthode maintenant récurrente : informations for money. C'est un million de dollars, pas moins, qu'offre le magnat du porno pour tout enregistrement de Trump tenant des propos « dégradants » ou ayant un comportement « illégal ». Une façon de faire qui est familière à Larry : il avait fait des offres semblables contre les républicains en 2007 et en 1998 pour soutenir Clinton pendant son procès en destitution au moment de l'affaire Lewinsky.

lvdx-us-14-larry-flynt-veut-se-payer-trump-visuel-5-avec-miss-connecticut

Porn VS Trump

Pour un homme qui semble autant attiré par le sexe féminin, Trump n'a pas de chances avec l'industrie du cinéma pour adultes. Admettons, par ailleurs, que le businessman de l'immobilier est d'une délicatesse toute relative quand il s'adresse aux femmes ou qu'il parle d'elles. De nombreux médias se font l'écho ces jours-ci de toutes les « horreurs » que Donald a pu laisser échapper en public ou devant un micro. Entre les journalistes qui deviendraient enragées, parce qu'elles « ont leurs règles », la concurrente républicaine aux primaires « trop moche pour arriver à la Maison Blanche » et les femmes qu'il veut séduire et qu'il s'autorise à « attraper par la chatte ».  Une de ses meilleures perles est ce compliment original adressée à sa fille lors d'une émission de télévision : « Si Ivanka n'était pas ma fille, je sortirais probablement avec elle ». Élégance, quand tu nous tiens...

NEW YORK, NY - MAY 08:  Donald Trump (C) poses with Miss USA Contestants and Miss USA Alyssa Campanella (center left) at Trump Tower on May 8, 2012 in New York City.  (Photo by Cindy Ord/Getty Images)
Jason Cold

À propos de Jason Cold

Reporter bilingue basé aux États-Unis, spécialiste du Xbiz américain.