Flyzobe

Les habitants d’Okanogan mènent une vie tranquille, dans un bled sympathique de l’État de Washington, au nord-ouest des USA, pas bien loin de la frontière canadienne. Au mois de novembre dernier, un phénomène a troublé la tranquillité de cette sympathique bourgade : une bite dans le ciel !

Ne riez pas ! La marine américaine a lancé une enquête à propos d’une image obscène dessinée dans le ciel avec un avion de combat de plusieurs millions de dollars. Des officiels de la Navy ont déclaré que le pilote pourrait faire face à une sanction disciplinaire.

Ce moment de la journée où le pilote se dit : « Je vais faire une bite dans le ciel ».

Un « grogneur » créatif

Le trublion en uniforme s’est livré à ses acrobaties phalliques avec un EA-18G Growler Jet. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec la langue de Shakespeare, « Growler » signifie « grogneur » ou « rugissement ». C’est avec ce monstre de métal que le rigolo a dessiné avec les traces de condensation un phallus géant. Pour les puristes, le Growler rappelle le F-14 Tomcat piloté par Tom Cruise dans le film Top Gun, notamment à cause du double empennage caractéristique des deux engins. Pour le dessin dans le ciel, il y a une autre pièce en double pour des raisons d’exactitude anatomique.

L’aviation, un domaine technique avant tout.

Une hiérarchie sans humour

La Navy a déclaré que les actes du pilote et de son copilote étaient « inacceptables ». Les deux zozos sont interdits de vol en attendant les résultats de l’enquête. Le lieutenant-colonel Leslie Hubbell, porte-parole de la base navale de Whidbey Island, a ajouté que cette farce allait « à l’encontre de toutes les valeurs éthiques de base de la Navy ». La Marine a été obligée de présenter ses excuses pour « ce comportement immature et irresponsable. » Au cinéma, Tom Cruise avait moins d’ennuis en passant au ras de la tour de contrôle avec son F-14.

La responsable du contrôle technique explique bien des choses.

Des spectateurs outrés ou mort de rire

Les habitants d’Okanogan ont trouvé la manœuvre choquante ou hilarante selon les cas. Ramon Duran a expliqué aux journalistes qu’il avait vu le pilote faire son dessin et que dès « qu’il a fait les deux cercles du bas, j’ai compris de quoi il s’agissait et je me suis mis à rire ». De l’autre côté, une maman était fâchée de se dire qu’elle allait peut-être devoir expliquer à sa jeune fille ce que représentait le dessin.

La base de l’armée de l’air de Whidbey Island, d’où est parti l’avion fautif.

Une bite ou une torpille ?

Certains internautes, inquiets du sort qui pourrait attendre les deux pilotes, ont tenté une explication annexe : « Peut-être ne s’agit-il pas d’un pénis mais tout simplement d’une torpille et de son hélice. Ces pilotes de la Navy auraient donc en fait rendu hommage à leurs collègues marins ». Si ça part d’une excellente intention, il n’est pas certain que cette hypothèse suffise à sortir les blagueurs du pétrin. Pour être complet sur le sujet : ce n’est pas tant la blague qui a provoqué la colère de la Navy mais le fait d’être obligée de s’excuser auprès de la presse, du public, du gouvernement etc. Dans une période où la virilité est associée à Weinstein, une blague à base de quéquette ne passe pas très bien.

Rassurez-vous, l’armée américaine prend votre sécurité au sérieux.

Contactés par la presse, les officiels de la Sécurité Aérienne Américaine ont déclaré que « si la manœuvre ne représentait pas un risque pour la sécurité des pilotes ou des habitants, ils ne pouvaient pas intervenir ». Reste donc à savoir si le chibre aérien était dessiné avec une capote ou pas.

Réaction sur les réseaux sociaux : une grosse rigolade !
Cécile Saint Laurent

À propos de Cécile Saint Laurent

Ancienne actrice de X des années 80, reconvertie dans le journalisme et éditrice de sites Internet X. Sous pseudonyme dans un souci de discrétion, mais toujours bien informée des dessous du milieu.