Suivez-nous

Actu/News

Nacho Vidal sort de son silence

Clint B

Publié

le

Pratiquement sept mois après la panique sanitaire qui s’empara du X-business européen, concomitante à la révélation d’un test positif au VIH chez un performeur espagnol, Nacho Vidal prend enfin la parole. Très tôt, ce fut son test à lui qu’on incrimina, déclenchant ainsi une véritable tempête médiatique autour de sa personne et de son entourage, qui n’eut pour toute réponse que silences et démentis. Aujourd’hui, la superstar espagnole prend le parti de s’exprimer, à travers une séquence publiée sur Youtube, dans laquelle il revient sur les événements de février et leur gestion.

Trêve de tergiversations, le test était bien le sien. Il fut réalisé par Nacho Vidal en prévision d’un voyage en Colombie, au cours d’une semaine de travail très chargée, avec sept actrices différentes. Ces tournages étaient, quant à eux, couverts par un précédent test, toujours valable puisqu’effectué au cours des quinze jours précédents. Dès qu’il prit connaissance de sa sérologie positive, le dernier jour de tournage avec la dernière actrice, Vidal prévint sa secrétaire, qui fit parvenir aux sept performeuses un mail sans équivoque : « Nacho a été testé positif au VIH. S’il vous plaît, cessez de travailler, faites-vous dépister, mettez-vous en quarantaine, ne couchez avec personne, n’ayez de rapports sexuels avec personne, jusqu’à ce que vous vous sachiez en bonne santé. »

Il fit ensuite part de sa situation aux pontes du business européen, par l’intermédiaire d’un groupe WhatsApp réunissant les plus grandes agences et productions d’Europe de l’Est. Enfin, il prit à sa charge les frais des dépistages par ARN (pertinents dès le troisième jour post-exposition) pour toutes les actrices concernées. Quelles que furent les implications de la crise de février, on ne pourra pas reprocher à Nacho Vidal d’avoir manqué de droiture ou de discernement.

Le reste des seize minutes de vidéo s’étendent sur les conséquences de l’outing extrêmement médiatisé de la star, qui impliqua, par l’intermédiaire de journalistes peu scrupuleux, sa mère et ses enfants. Stigmatisation, exclusion, pensées suicidaires. L’acteur rappelle ici toute la violence invariablement liées à la divulgation publique du statut sérologique d’une personne, a fortiori dans la presse à scandale, d’autant plus dans le cas d’une star du X. Il affirme en outre avoir lancé une procédure judiciaire à l’encontre des journaux inconséquents, pour réclamer deux millions d’euros de dommages et intérêts.

Il conclut finalement sur sa volonté de prouver, par un nouveau test, qu’il n’est pas atteint du SIDA. Si les traitements actuels permettent effectivement de réduire la charge virale à un niveau indétectable, et donc statistiquement intransmissible, y voir la promesse d’un retour sur les plateaux semble utopique, tant le business s’avère fermé aux travailleurs désignés séropositifs. Mais Nacho Vidal n’étant pas un performeur comme les autres, seul l’avenir nous le dira.

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.