Suivez-nous

Actrices

Teen, milf, cougar, mature, granny : le porno à l’âge de grâce

Clint B

Publié

le

Dans le X, on ne vieillit pas, on mûrit. Tiraillé entre un jeunisme industriel et un engouement toujours plus fort pour les dames aux airs adultes, voire très adultes, le X-business décline la femme avec la poésie qu’on lui connaît, en redoublant de dénominations toujours plus farfelues pour signifier le degré de maturité de celles qu’il met en scène. Egérie des années 2000, la teen doit dorénavant laisser un peu de place à ses ainées sur les mouchoirs de nos fantasmes ; ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes de définition auprès du public. Sauriez-vous différencier une milf d’une cougar ? Feriez-vous la distinction entre une mature et une granny ? Ne paniquez pas, La Voix du X est là pour démêler tout ça !

On a beau gueuler contre le caractère rigoureusement fasciste du tag, qui découpe les êtres en un nuancier de couleurs, de formes et d’usure, on ne se prive jamais de taper « milf » dans le premier moteur de recherche porno venu, après avoir aperçu la voisine du quatrième allaiter le petit dernier au balcon. C’est qu’au fond, le mot-clé pornographique répond à un désir pas franchement politiquement correct pour un archétype, une somme de caractéristiques arbitraires correspondant vaguement au fantasme de l’instant. Aussi, le tag se veut précis et fiable, c’est pourquoi il se permet de discriminer les femmes en fonction de leur âge, en des termes pour le moins douteux. Nous pourrions d’ailleurs représenter les termes canoniques décrivant le mûrissement des actrices par des tranches d’âge.

Teen : 18 – 23 ans. Contrairement à ce que laisse supposer le sens originel du terme, diminutif de « teenager » (adolescente), on s’assurera toujours que la participante est majeure, sous peine de se farcir le remake intégral d’Anal Speleology, en zonz’, avec huit copains.

MILF : 35 – 45 ans. Le fameux « Mother I’d Like to Fuck » popularisé par la maman de Stifler dans American Pie.

Mature : 45 – 60 ans. Une femme séduisante que l’on décrirait pudiquement « entre deux âges », plus vraiment maman, mais pas encore mamie.

Granny : 60 ans et plus. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, comme dirait l’autre…

Facile, non ? Si seulement c’était si simple…

Milf versus Teen

Vous l’aurez remarqué, il y a comme un hiatus dans cette belle frise. Un hiatus, que dis-je ? Une crevasse, un fossé, un canyon. Douze ans, entre les teens et les milfs ! Mais alors, comment désigne-t-on ces demoiselles trop âgées pour faire « gamine » mais trop jeunes pour vraiment faire « maman », qui représentent tout de même le gros des effectifs ? Eh bah, on fait comme si, on déguise, on maquille.

Un moment de cinéma.

Alors que la MILF originelle, la fantasmatique Jennifer Coolidge, faisait valoir trente-sept années de sensualité provocante dans le premier American Pie, l’on ne s’embarrasse plus d’autant de patience aujourd’hui. Dès trente ans, on est milf dans le X. Et il n’est pas rare de d’apercevoir des jeunettes d’à peine 25 ans aux formes généreuses désignées comme telles, pour peu que la situation s’y prête ; généralement, un classique scénario de belle-maman chaudasse où la comédienne donnera dans la composition en prenant sa voix la plus grave et ses airs les plus maternels pour instruire par procuration le jeune puceau derrière son écran.

Mature versus Granny

De la même manière, la dichotomie mature/granny relève moins de l’acte de naissance de la concernée que de la mise en scène à laquelle on la soumet. Ainsi, la mature, c’est la femme d’expérience qui, le désir à fleur de peau, court le mâle en rut, la crinière au vent et la ride fière, invariablement vêtue d’une robe léopard à la coupe attentatoire. Par opposition, la granny, c’est la mamie « confiture », tablier à fleur et fichu en dentelle, qui aurait oublié jusqu’au plus petites choses de l’amour, si un golgoth surdimensionné ne lui enfonçait pas présentement vingt-trois centimètres de tendresse dans la boîte à gâteau (vous savez ce qu’on dit des vieux pots). En outre, deux fantasmes bien distincts, l’un pour une féminité culminante, aguerrie par des décennies de débauche, l’autre pour la transgression absolue de sexualiser mémère ; deux stéréotypes qu’une même cinquantenaire mûre et facétieuse pourrait tout à fait interpréter, selon la thématique de la scène. Après tout, tout ça n’est que du cinéma.

Alors, mature ou granny ?

Gare aux cougars

Et la cougar, alors ? Les plus attentifs l’auront noté, la plus célèbre des félidés n’a pas voix au chapitre dans la chronologie dépeinte précédemment. Et pour cause ; contrairement à ses voisines, elle est moins un degré de maturité sexuelle qu’un concept narratif. Le terme « cougar » désigne une prédatrice au régime alimentaire très particulier, puisqu’elle ne consomme que du jeune mâle farouche mais vigoureux. Aussi, un tel appétit pour la viande fraîche ne se conçoit pas sans un ascendant libidinal manifeste sur ses proies. La cougar est donc, invariablement mais indisctinctement, plus vieille que ses partenaires. Milfs, matures et grannies peuvent ainsi se révéler cougar, à la faveur d’un scénario qui lâcherait entre leurs griffes acérées un bel éphèbe bien inconscient de son destin de hors-d’œuvre charnel. 

Prédatrice…

Entre les éternelles teens et les milfs précoces, les matures plus si jeunes, les grannies pas si vieilles et les cougars de tous âges, pas toujours facile de se démêler avec un lexique porno aussi arbitraire. Au final, l’ancienneté des actrices prend moins la la forme d’une succession de paliers que celle d’un spectre où, à la marge de chaque notion, les nuances se confondent. Ce flou artistique est encore renforcé par une volonté des producteurs de faire feu de tout bois, et de bouffer à tous les râteliers. De fait, il n’est pas rare de voir ces derniers bourrer inconsidérément les mots-clés en marge de chaque séquence, dans l’espoir de ferrer l’onaniste perdu dans la jungle des tags.

Jamie Jackson, une « milf » de 24 ans…

Et si, au fond, ce n’était pas ça, le miracle du porno 2.0 ? On se met en quête d’une fiction avec de jeunes ingénues graciles en manque d’instruction sexuelle, et l’on finit, sans trop savoir comment, par s’astiquer avec passion devant une belle septuagénaire pulpeuse et autoritaire qui malmène une troupe de besogneux fichés dans ses orifices…

Titulaire d'une maîtrise en cinéma, auteur d'une Porn Study à l'Université Paris VII Diderot, Clint B. est aujourd'hui chroniqueur de l'actualité porno.

Populaire

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité pour accéder à ce site.

ADBLOCK a cassé ce site en voulant supprimer son contenu publicitaire.
Désactivez ADBLOCK pour consulter nos articles.