Pourquoi les femmes hétéros aiment-elles tant les histoires gays ?

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (1)

Il fut un temps où la littérature gay, c’était surtout des auteurs gays qui décryptaient chacun leur milieu – dans leur pays et leur époque – dans des autobiographies romancées. Après avoir écrit avec succès sous des pseudonymes masculins, les femmes qui ont rejoint les rangs de ces auteurs qui nous font fantasmer révèlent leur identité et leur genre au grand jour. Qui sont-elles et pourquoi ce coming out aujourd’hui ? Nous sommes allés enquêter sur ce phénomène.

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (7)

  1. De la littérature gay à la littérature MM (Men/Men)

De l’Anglais E. M. Forster (Maurice, 1913, publié en 1971) au Canadien Michel Tremblay (La nuit des princes charmants, 1995) en passant par le prolifique Américain Armistead Maupin (Chroniques de San Francisco, premier roman en 1978), les premiers personnages gays étaient avant tout littéraires, avant d’être adaptés dans des séries télévisées. Le documentaire Celluloid Closet (1996) retrace d’ailleurs la censure sur les personnages gays et lesbiens dans le cinéma hollywodien des années 30 aux années 90. Aujourd’hui apparaît une nouvelle littérature MM écrites par des femmes derrière des pseudos mystérieux comme AJ Whit or CJ Fake. Qui sont-elles ?

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (2)

  1. Fan fictions and gay parodies (slash)

Au début, elles écrivaient des slashs : des fans-fictions en empruntant deux héros de séries ou de comics et en leur inventant des histoires gays. Puis, arrive le MM : des romans d’amour à l’eau de rose : le Harlequin gay. Aujourd’hui, il y a des milliers de titres et elles s’organisent même des conférences et se remettent des prix. C’est là que leur identité est révélée. Or, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce ne sont pas des filles à pédés mais plutôt des femmes au foyer à l’imagination débordante. Bref, elles ne connaissent rien de la vie des gays, de leur sexualité, du sida. Ce ne sont que de belles histoires d’amour à la mode hétéro, mais avec deux mecs.

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (4)

  1. Pourquoi et pour qui ?

Nous avons rencontré Pedro Torres, de Textes Gais. L’éditeur nous explique que sa clientèle est devenue aujourd’hui plus féminine que gay. Souvent déçues de leur vie sexuelle et de leur train-train quotidien dans l’éducation des enfants, elles se prennent à fantasmer sur les modèles de nos revues gays : mannequins et autres acteurs pornos, toujours si bien foutus et aux engins si parfaits et si durs. Peut-être que si elles avaient testé le libertinage avec leurs maris, ceux-ci ne les verraient plus uniquement comme la mère de leurs enfants ? Elles n’ont que les images, alors elles vont se créer leurs propres histoires. Pour se les partager, entre elles. Entre Desperate Housewives.

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (5)

  1. De l’arrivée du succès

Principalement destinés à leurs pairs – comprendre à d’autres ménagères de moins de 50 ans, cette catégorie si prisée des médias –  leurs livres attirent aussi les gays romantiques, très friands de cette littérature qui touche leur côté fleur bleue (avec parfois une scène de cul ou deux). Elles inondent le marché avec ces romans et, face au succès, prétendraient un temps être des gays pour répondre aux interviews. En effet, il fut un temps où les hommes qui voulaient écrire des histoires d’amour devaient aussi prendre des prénoms unisexes et ce temps n’est pas si loin, puisque J.K. Rowling elle-même dut user de son pseudo pour écrire des livres d’aventures. Les clichés sexistes ont la vie dure !

  1. Les séries, Internet et la sortie de l’anonymat

Le genre de l’auteur compte-t-il réellement ? Les années 90 virent apparaître les premiers personnages gays à la télévision et le début d’internet. Dès la fin des années 2000, l’essor des réseaux sociaux fait qu’aujourd’hui, les auteurs ne sont plus simplement un nom et une mini-bio du livre : on cherche des infos sur internet, pour suivre son Twitter, son Insta ou son Facebook et être à l’affût de sa prochaine œuvre. Assister à une rencontre, une dédicace, lui parler… On veut savoir qui est derrière. Elles font aujourd’hui leur « coming out » et l’assument pleinement. Et bien qu’étonnés, c’est avant tout leur esprit et leur imagination qu’on admire.

  1. Qu’est-ce qu’un roman gay au final ?

Un roman dont le héros est gay ? Dont l’auteur est gay et qui ne parle que de gays ? Patricia Nell Warren (The Front Runner) et Mary Renault (The Persian Boy) figurent parmi les pionnières à s’être révélées à leur public. Alors que les romans des gays prennent en compte leurs expériences et souvent plein de plans culs pour peu de grands amours. Les histoires d’hétérotes sont des contes de fées avec des happy ends. En même temps, certains gays en ont peut-être marre de ne lire que des histoires de drogues ou de rencontres d’un soir dans les saunas ? ou de la difficulté des relations familiales après un coming out quand on décide de vivre sa vraie vie sans se cacher ?

  1. Autres domaines déjà mixtes

Sur les séries, comme Queer As Folk, nous retrouvions déjà beaucoup de filles sur les forums de fans, comme celui de PinkTV en 2006. Dans le domaine des yaoi, ces mangas gays– à la limite entre l‘érotique et le porno -, les auteures japonaises se sont fait leur place depuis longtemps, à l’image de Marimo Ragawa et l’histoire d’amour entre un policier et un barman dans New York, New York. Avant, nous avions besoin de savoir que l’auteur était gay et nous racontait sa propre histoire, pour nous sentir moins seul. Comme J. K. Rowling pour écrire des livres d’aventures, des hommes prennent aussi des prénoms neutres ou féminins pour écrire des histoires romantiques.

LVDX - GAY - SOCIÉTÉ - Pourquoi les femmes hétéros - Visuel (6)

L’homophobie et le sexisme tirent leur origine du machisme d’une société patriarcale. Femmes et homosexuels sont donc souvent considérés comme des citoyens de seconde zone. Histoires d’amour, d’acceptation et d’égalité sont également ce qui rassemblent, notamment lors des premières Gay Prides, dont nous fêterons les quarante ans en France cette année. Alors, finalement, peu importe le sexe de l’auteur, ce qui compte ce sont les histoires et les fantasmes, non ? Et, qui de mieux qu’une femme pour comprendre la sensibilité des gays ? Si nous partageons ce même goût pour les hommes, nous rêvons aussi parfois des mêmes princes charmants.

Mickael Cock

À propos de Mickael Cock

Michael Cock est journaliste et archiviste : il suit l'actualité et l'évolution de la communauté gaie depuis plus de 20 ans. Militant de santé sexuelle, les nombreuses confidences qu'il a recueillies lui permettent de relativiser sur les sexualités. De formation scientifique et théâtrale, il décrypte avec humour et logique l'inconscient sexuel de tous les sujets trop sérieux. Il contribue régulièrement pour Garçon Magazine.