Funérailles et design gode

Ah mon chéri, tu prends tellement moins de place maintenant.

On n’arrête pas le progrès. En avril dernier, au salon du design de Milan, a été présenté un tout nouveau type de sex-toy. Au vu de « l’engin » en question, on ne pouvait que vous parler de cette « révolution » qui ravira les nécrophiles de tous bords.

Serait-il à roulettes et se déplacerait-il tout seul dans la maison pour répondre au moindre de vos appels ? Serait-il équipé d’un smartphone intégré, pour faire profiter vos amis de vos orgasmes à répétition ? Ou finalement, moudrait-il le café comme une sorte de « vibromixeur ». Eh bien non ! Le 21grams (car tel est son nom) est tout simplement le premier sextoy en verre transparent à renfermer une petite urne dorée contenant 21 grammes des cendres… de votre défunt conjoint ! Une seule question demeure, est-il équipé comme certains autres jouets d’une éjaculation factice, et dès lors, giclera-t-il en poudre des perles à papy ?

Si ce n’est pas beau une idée comme celle-là. Vous me direz, pour les veuves du monde entier, c’est tout de même plus soft que de couper le chibre du cadavre tout frais de leur compagnon pour le faire empailler dans une condition des plus rigides [La rédaction tient d’ailleurs à rappeler à toutes les fans d’Hannibal Lecter que seuls les pendus ont une érection et que cette dernière est provoquée par un afflux de sang dans les corps caverneux. De fait, la séparation d’avec le corps en annule instantanément les effets].

"Je n’en aurais pas rêvé, qu’ils l’auraient fait."

Pour le designer hollandais Mark Sturkenboom, créateur du susdit objet et sans doute aficionado de la série The Walking Dead, « 21 Grams est une boîte à souvenirs qui permet à une veuve de revenir à des souvenirs intimes de l’être aimé qu’elle a perdu ». Car ce n’est pas qu’un gode. 21 Grams est un magnifique coffret de bois, peint en blanc, contenant un diffuseur à parfum, le « fumeux » sextoy, un tiroir à souvenirs, un porte-bague et une station d’accueil pour iPhone.

Le « créatif » poursuit : « En rassemblant différents moments de nostalgie, comme l’odeur de l’être aimé ou la musique qu’on écoutait avec lui, cela permet de revivre des moments d’amour et d’intimité ». Ce à quoi j’ajouterai, tout en s’envoyant en l’air.

Ce qui s’appelle se passer le gode autour du cou.

On connaissait déjà le fantasme d’aller baiser dans un cimetière, un soir d’Halloween ou un vendredi 13, en espérant croiser Jason Voorhees ou Freddy Krueger. Et bien, là, on fait mieux et encore plus loin ! Ah l’est beau le coffret ! Ça, on ne peut pas lui enlever ! Et de plus, madame en porte la clé, accrochée au bout d’un seyant pendentif autour de son cou.

L’avantage pour la gent féminine, fraîchement veuve, c’est que si monsieur faisait partie d’une secte intégriste ultra-catholique et ne copulait qu’à l’occasion de procréations validées et certifiées par la Sainte Église Romaine, Madame pourra enfin laisser libre cours à toutes ses déviances et autres perversions, voire pouvoir enfin obtenir une version extended de son cher et tendre : « Y m’a éclaté la rondelle, Robert, hier soir. - Mais… il est pas mort y’a trois ans ? ».

« Pourrais-je […] créer sur l’amour, le manque et l’intimité ? »

Le coffret complet 21 grams.

Alors d’où bien peut venir une idée aussi c… surprenante. Apprenez, mécréants, qu’au début du XXe siècle existait une croyance selon laquelle l’âme humaine pesait 21 grammes (une étrange anomalie fait que le nouveau président de la première puissance mondiale obtient le même résultat en ajoutant à son âme, le total de sa masse cérébrale).

Son amitié pour une dame âgée lui a donné l’envie de trouver une solution au problème majeur que rencontrent les veuves : « C’est bien gentil tout ça mais qui, maintenant, va s’occuper de minette… ». Mark Sturkenboom a déclaré lors d’un entretien à Dezeen [magazine d’architecture et de design] : « Il m’arrive d’aider cette dame à porter ses courses jusque chez elle, et elle a une urne, posée près de la fenêtre, qui contient les cendres de son mari. Elle parle de lui avec tellement d’amour, mais cette urne ne reflétait pas du tout cela […] À cette période, j’ai lu un article sur les veuves et les tabous autour de leur vie intime et je me suis dit, pourrais-je combiner ces thématiques et créer sur l’amour, le manque et l’intimité ? ». Mais « queue » voilà de nobles sentiments, pour un jeune homme, qui voulait juste aider une mamie gâteau à pouvoir se refaire une gâterie grâce à l’attribut désormais définitivement rigide de son étalon regretté.

Il y a même une station d’accueil pour iPhone, trop fort !

A Gdansk, en Pologne, une équipe d’archéologues vient de découvrir, au milieu de vieux glaives, dans ce qui pourrait être une ancienne académie d’escrime, un sex-toy de 20 cm de long, datant de la seconde moitié du XVIIIe siècle ! « Assez long et épais, fait de cuir et rempli de poils. Il a un gland en bois qui est très bien préservé » selon l’un des responsables des monuments historiques.

Donc pour conclure, à l’époque les godes étaient farcis aux poils, aujourd’hui on les bourre aux cendres, et demain ? Seule la frénésie créatrice de ces designers non ignifugés, ayant pris feu et éteints à coups de pelle, pourra trouver une nouvelle matière à glisser à l’intérieur des jouets du futur.

Personnellement, je dirai qu’on pensait avoir touché le fond, mais grâce au site marksturkenboom.com, en fait, on continue de creuser, et pour l’instant on en est… qu’à six pieds sous terre.

Paul Bauer

À propos de Paul Bauer

Consommateur de porno, obsédé sexuel et journaliste pigiste pour la presse respectable. Sous couverture ici car je tiens à conserver mes jobs ailleurs, merci de votre compréhension.